Le 12e Dilembu au Gulmu se délocalise à Fada

495 0

Du 23 au 26 avril se tiendra la 12ième édition du festival Dilembu au Gulmu (FESDIG) sous le thème « Jeunesse, intégration et Union africaine ». Cette édition qui a fait l’objet d’une conférence de presse, ce mercredi 8 avril 2015 à Ouagadougou, quittera Tantiaka pour la ville de Fada N’Gourma.

Le festival dilembu au Gulmu (Fesdig), inspiré de la fête des récoltes en pays gulmantchema, qui s’était définitivement établi à Tantiaka, site de la première édition, se délocalise pour cette 12édition à Fada N’gourma la capitale de la région de l’Est, et ce pour plusieurs raisons.

« Chaque année la population de Fada faisait 25 Km pour soutenir le festival à Tantiaka, nous nous sommes dits que nous allons faire le déplacement pour aller à Fada, pour dire merci à la population », explique Alfred Ouoba, directeur du festival.

Pour lui, organiser un festival à Fada est plus facile parce qu’il y a plus d’infrastructures. C’est aussi dans le but d’agrandir le festival et une possibilité d’alterner les éditions chaque deux ans entre Fada et Tantianka sera envisagée «si Fada porte cette édition».

Toutefois, les organisateurs veulent lever tout doute au sein de la population, « le festival part de Tantiaka pour revenir », la délocalisation n’est pas définitive.

Le festival offre la possibilité de présenter les potentialités culturelles de la région de l’est et d’ailleurs. Pour ce faire, les organisateurs souhaitent que le festival ne soit pas seulement une activité culturelle mais une activité de développement qui ne profite pas qu’à une seule localité.

«C’est ce que les 11 années ont déjà prouvé à Tantiaka, on sent que beaucoup de choses ont bougé», fait comprendre le directeur.

Pour cette 12e édition, plusieurs espaces d’attractions, une rue marchande, des spectacles d’artistes modernes et traditionnels, un espace dédié aux associations et ONG, un espace dédié aux enfants, entre autres, sont aménagés.

Afin de permettre à chaque festivalier de vivre dans la quiétude le festival, le directeur rassure toujours que les mesures sécuritaires, d’hygiène et de santé sont prises pour garantir un bon séjour.

Reveline SOME

Burkina24



Article similaire

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *