Les CALIFA, un nouvel espace de rencontre pour les amoureux du livre

548 0

Le ministère de la culture et du tourisme, dans le souci d’offrir aux opérateurs du livre plus d’espaces de rencontre, d’échanges sur les questions majeures de la filière, a créé les « Cafés Littéraires du Faso » (CALIFA). La cérémonie de lancement de cet espace réservé à toutes catégories de livres et quelle que soit la langue d’écriture, a eu lieu, jeudi 9 avril à Ouagadougou, en présence des acteurs du livre et du grand public. Plus d’une douzaine d’auteurs ont présenté une vingtaine d’œuvres.

De tous les regroupements professionnels dans le secteur de la culture, l’un des points faibles du secteur réside dans l’insuffisance des espaces de découvertes des acteurs du livre et de leurs produits.

Jusque-là, la Foire internationale du livre de Ouagadougou (FILO) et la semaine nationale de la culture (SNC) restaient les seules occasions de rencontre pour les acteurs du livre. La création d’un nouvel espace « les cafés littéraires du Faso » (Califa) par le ministère de la culture et du tourisme, vient apporter un nouveau souffle à la filière.

« Le pan le plus faible est l’industrie du livre, il faut que nous travaillons à faire une branche forte dans les industries culturelles. La forte mobilisation de ce soir prouve que c’est une filière porteuse », explique Jean-Claude Dioma,  ministre de la culture.

Malheureusement, aucune statistique sur les sorties de livres n’existe,  selon Yves Dakuo, directeur général du livre et de la lecture publique. « Le ministère travaille à suivre cela à travers ce que nous appelons le dépôt légal ». Mais le dépôt légal ne donnerait pas une liste exhaustive de la production littéraire car tous ne se pliant pas à cette règle.

La cérémonie a été l’occasion de découvrir le deuxième numéro de la bibliographie nationale qui, parue en 2015,  recense l’ensemble des productions au Burkina et sur le Burkina.

Les CALIFA qui se tiendront tous les derniers jeudis du mois et seront  le lieu de débattre pour les acteurs du livre, non seulement de leurs œuvres mais aussi des problèmes qu’ils rencontrent, puis le moyen de se faire connaître par le public.

Au lancement des CALIFA, le ministre de la culture, Jean-Claude Dioma a annoncé avoir signé un arrêté, créant le grand prix littéraire de la Foire internationale du livre de Ouagadougou qui récompensera à chaque édition la meilleure œuvre éditée au Burkina Faso.

Ce prix sera décerné pour la première fois à la 13ième édition de la FILO qui se tiendra du 26 au 29 novembre 2015. A côté de ce prix officiel, des prix spéciaux pourront être décernés par toute institution qui se conformera aux termes du règlement intérieur desdits prix.

Reveline SOME

Burkina24



Article similaire

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *