Augmentations des tarifs de connexion Internet : L’ABCE dénonce

297 0

Ceci est une déclaration de l’Association burkinabè des consommateurs des services de communication électronique (ABCE) sur l’augmentation des tarifs d’une compagnie de téléphonie mobile.

Par la présente,  l’Association Burkinabé des Consommateurs des Services de Communication Electronique tient à attirer l’attention des consommateurs et des autorités compétentes sur les récentes augmentations des tarifs de connexion internet par l’opérateur TELMOB.

Ces augmentations sont pour le moins déguisées si elles ne transgressent pas les impératifs de transparence et d’objectivité qui canalisent  le principe de la liberté des prix censé présider à la fixation des tarifs en matière de communication électronique.

En effet, TELMOB vient de supprimer son forfait mensuel de 5 Go qui coûtait 10 000 FCFA et a institué un forfait de 2 Go à 7 000 FCA et un autre de 3 Go à 8 500 FCA. Pour obtenir 5 Go comme auparavant, l’abonné de TELMOB doit débourser désormais 15 500 FCFA alors que la qualité est de plus en plus médiocre.

Cet état de fait est contraire aux dispositions du décret 2011-_ 094/PRES/PM/MPTIC/MEF du 28  février 2011 portant modalités d’établissement et de contrôle des tarifs de la communication électronique. En effet, l’article 4 dudit décret a affirmé le principe de la liberté dans la fixation des tarifs  en prenant le soin de l’assortir d’un certain nombre de réserves que sont la non-discrimination, la transparence et l’objectivité.

Si la non-discrimination n’appelle pas de commentaire dans le cas d’espèce, puisque le tarif est le même sur toute l’étendue du territoire, il en va autrement pour les principes de  transparence et d’objectivité.

Ainsi  le caractère déguisé de l’augmentation nous semble de nature à tromper le consommateur et viole ce faisant, la transparence qui doit caractériser une telle décision.

En ce qui concerne l’objectivité, bien de consommateurs se demandent aujourd’hui ce qui a bien pu justifier une telle augmentation puisqu’elle est curieusement concomitante à une baisse vertigineuse et lamentable de la qualité du débit de connexion si bien qu’il est inutile de se demander si  cette augmentation émane d’un quelconque investissement.

En tout état de cause, le consommateur est exaspéré par une telle augmentation et souhaite voire ces genres de pratiques cesser.

 Dans ce sens, l’ABCE tient à interpeller  l’ARCEP et le ministère en charge de l’économie numérique par rapport au caractère laconique du décret car il ne définit pas certaines notions  comme la notion d’objectivité. Pourtant, une telle définition permettrait à l’ARCEP d’effectuer un contrôle plus efficace sur la modification des tarifs:

De plus, nous pensons que la liberté des prix devrait faire l’objet- d’un encadrement plus strict  vu que le domaine de la communication électronique n’est pas ouvert à la grande concurrence  comme le témoigne  le nombre d’opérateurs réduits.

Mais en l’état actuel des choses, il est crucial que l’ARCEP  s’investisse davantage dans un contrôle de fond au lieu de se borner  chaque fois à vérifier que les formalités (communication des tarifs et modifications à l’ARCEP  et ou publication des tarifs avant leur mise en application. voir art 6 du décret cité) en matière de modification des tarifs sont respectées.

Le président                                                                                                                                                    

Seydou BARRO


NDLR : Le titre est de la Rédaction B24 

B24 Opinion

Les articles signés B24 Opinion sont la propriété de Burkina24 et soumis par nos lecteurs. Pour partager votre coup de gueule à publier sur Burkina 24 rendez-vous sur Coup De Gueule Coup De Coeur

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre