Burkina : L’UPC affirme ne pas cautionner une “justice des vainqueurs”

553 0

La première session  statutaire du Bureau Politique National de l’Union pour le Progrès et le Changement (UPC), tenue  ce 11 avril 2015, a réaffirmé la position du parti quant aux poursuites actuelles opérées contre certaines personnes soupçonnées de malversations et autres délits. 

Pour le parti du Lion, ces poursuites doivent se faire sans discrimination. Le Bureau politique national, en effet, “exige que cette opération « mains propres » concerne toutes les personnes auteurs de crimes de sang, crimes économiques, crimes politiques ou autres malversations et cela sans aucune discrimination“, peut-on lire dans le compte rendu de la session.

Le bureau a instruit le Secrétariat exécutif national du parti à  “se désolidariser de toutes actions sélectives tendant à soustraire de cette opération certains fossoyeurs et autres vampires de notre richesse nationale, car l’UPC ne saurait cautionner une justice des vainqueurs“.

A noter que deux personnalités, arrêtées dans le cadre de ces poursuites, ont été relaxées. Il s’agit de l’ancien ministre des infrastructures de Blaise Compaoré, Jean Bertin Ouédraogo et du président de la Nouvelle Alliance du Faso (NAFA), Rasmané Ouédraogo, un parti déclaré proche de Djibrill Bassolé.



Rédaction B24

L'actualité du Burkina 24h/24.

Article similaire

Il y a 1 commentaire

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *