Massacre de Garissa : Un sit-in de dénonciation à Cheick Anta Diop

277 0

Le vendredi 10 Avril dernier  le mouvement panafricain «  Les Jeunesses Fédéralistes Africaines » (JFA) et le mouvement « Mobilisation pour la paix et la consolidation de la justice » (MPCA) ont co-organisé un sit-in à l’Université Cheick Anta Diop (UCAD) de Dakar pour dénoncer l’attaque survenue à l’université kenyane de Garissa et qui a fait 147 morts (tous étudiants).

Sous le thème «  Jeunesses d’Afrique mobilisées contre le Terrorisme » les différends mouvements de jeunesses ont eu le soutien de l’ancien Ministre Sénégalais Landing Savané par ailleurs Président du parti politique AJ/PADS ; et celui du Médiateur de l’UCAD représentant également le Recteur de l’UCAD à cette manifestation.

Dénonçant les actes barbares qui ont eu lieu à Garissa, ils ont témoigné de leur compassion et de leur soutien à l’endroit de leurs camarades du Kenya. Plus encore, ils ont dénoncé la timide réaction des africains et principalement celle des chefs d’Etats que l’on a vu prompts à aller marcher en France suite à l’attaque de Charlie Hebdo qui avait fait 12 morts, mais qui sont restés par contre pratiquement inaudible après l’attaque de Garissa qui a pourtant fait 147 morts.

MYoussouf Bâ, le Coordonnateur Général des Jeunesses Fédéralistes Africaines (JFA) , dira que bien au-delà de la réaction naturelle qui doit être celle des africains, « ces attaques montrent une fois de plus que les Etats Africains font face aux mêmes difficultés et que cela appelle une seule solution à savoir l’édification d’un Etat Fédéral Africain » conformément à ce pour quoi militent les JFA.

Le secrétaire administratif de la MPCA, Mamadou Saliou Diallo a dénoncé l’attaque des shebabs qui pour lui traduit « leur non-respect de la vie humaine, leur soif de sang, en s’en prenant de la façon la plus barbare à 147 personnes constituées en majorité d’étudiants, réunis en ce lieu pour la quête du savoir ».

Pour sa part, l’ancien Ministre Sénégalais et responsable de l’AJ/PADS, Landing Savané ; a dénoncé « l’indifférence criminelle par rapport aux actes de terrorisme qui se passent en Afrique ». « Il faut changer cela, les Africains doivent être à la tête du combat contre le terrorisme. Puisque, comme on dit, charité bien ordonnée commence par soi », a-t-il exhorté.

De l’avis du médiateur de l’UCAD, « la solution contre le terrorisme consiste à mobiliser le peuple africain, le peuple de l’humanité, à lancer des campagnes d’action comme celui-ci afin de donner l’exemple ».

Burkina24

Rédaction B24

L'actualité du Burkina 24h/24.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre