Channel : L’UNFPA veut garantir la disponibilité des produits de santé à tous les niveaux

517 0

Conçu par le bureau régional du Fonds de Nations Unies pour la Population (UNFPA) pour résoudre le problème de ruptures des produits de santé, le logiciel CHANNEL, revisité, est l’objet d’un atelier débuté ce 13 avril 2015. Présidé par le ministre de la santé, l’atelier de formation des formateurs sur la nouvelle version du logiciel CHANNEL prendra fin le 24 avril prochain.

Le logiciel CHANNEL, logiciel de gestion des produits de santé dans le circuit de la distribution, constituera deux semaines durant le centre d’intérêt de 65 participants (gestionnaires des centrales d’achats, responsables de la gestion logistique des produits santé de la reproduction et les consultants) venus de 17 pays.

Introduit sous l’impulsion du bureau régional de l’UNFPA basé à Dakar au Sénégal, CHANNEL a été conçu pour répondre au problème de rupture de stocks des produits de la santé dans les points de prestations.

De l’atelier sont attendus une présentation claire de l’environnement et de l’ensemble des fonctions de la nouvelle version de CHANNEL, que les participants puissent installer, utiliser et former les utilisateurs sur le logiciel et enfin une définition des modalités d’introduction du logiciel modifié dans les pays concernés.

De l’avis du Dr Edwige Adékambi Domingo, Représentante de l’UNFPA au Burkina, cet atelier revêt une importance majeure, tant pour l’organisation que pour les gouvernements qu’elle accompagne dans la mise en œuvre de leurs politiques de santé publique en vue de l’atteinte des OMD et la mise en œuvre de l’agenda post-2015.

Le présent atelier de formation régional des formateurs sur la nouvelle version de CHANNEL qui se tient aujourd’hui au Burkina Faso fait suite à une rencontre tenue à Freetown en juillet 2013 et a pour but de renforcer la compréhension et la capacité des participants à utiliser la nouvelle version du logiciel.

C’est au cours de cette même rencontre que le Burkina a été commis par ses pairs pour apporter des retouches sur l’ancienne version dans le but de l’améliorer en le rendant plus fiable, simple, robuste et adapté. D’où cette formation des formateurs.

Tout en félicitant l’ensemble des partenaires techniques et financiers « qui ont permis l’aboutissement de cet important travail », le ministre de la santé, A. Prosper Djiguemdé se dit satisfait de la tenue à Ouagadougou de l’atelier afin de permettre aux acteurs sur le terrain d’être mieux outillés pour avoir des services qui répondent au mieux aux attentes et sont très alertes vis-à-vis des populations.

Oui Koueta (stagiaire)

Burkina24



Oui Koueta

'The vitality of a country can also be measured through that of its journalists'

Article similaire

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *