Oups ça, ce n’est pas un poisson d’avril deh !

595 0

Ça y est Zida est en train de rectifier la transition. Après avoir tapé du poing sur la table, il est passé aux choses piquantes.

Une exclusion pour une inclusion durable !

Si tu ne comprends pas français, ça veut dire qu’il faut empêcher tous ceux qui ont créé la colère du peuple le 30 octobre dernier de revenir si vite au pouvoir. Comme ça ils deviendront sages après leur purge d’inéligibilité de cinq ans. Entre nous, c’est mieux que la prison non ? Où bien ADO ? Toi tu as fais mieux avec les pros Gbagbo.

A-t-on déjà vu les vaincus d’une insurrection revenir aussitôt au pouvoir ? Même en 1966, ce n’était pas comme ça. Dès l’insurrection, on arrête tous les commanditaires, on passe aux élections ensuite, ils font profil bas, on les libère et on proclame qu’il y a eu la réconciliation nationale et c’est là qu’ils peuvent penser au pouvoir.

Mais au Faso, on a voulu tout faire en même temps. Or il est démontré que les hommes ne peuvent pas faire plusieurs choses à la fois.

Pendant qu’on se battait pour savoir qui va être le nouveau Kosyam naaba, que la société si vile, pardon civile, et les partis politiques se déchiraient pour les postes, les anciens dignitaires, eux, emportaient les preuves accablantes et mettaient leur argent à l’abri des yeux indiscrets de Luc le contrôleur.

Dans ce même temps, on voulait se réconcilier, faire les reformes, juger l’affaire Zongo, Sankara et pire encore, préparer les élections d’octobre.

Heureusement que la rectification est arrivée

La transition a changé de cap. Désormais, les syndicats qui revendiquent pour rien seront matés, les travailleurs qui coupent la bière du peuple seront gazés. On peut tolérer la coupure du courant, mais pas celle de la bière. Zida a donc raison, sa colère était légitime.

Le CDP également doit se calmer et aller à l’école de l’opposition en fermant sa bouche. L’exclusion, c’est juste pour cinq ans.

C’est rigolo, le CDP se lamente comme si de rien n’était. C’est comme s’ils étaient de purs innocents qu’on martyrise. A peine l’insurrection terminée, qu’ils sont sortis de leur coin et ont recommencé les mêmes actes avec les mêmes propos arrogants, comme pour dire « c’est l’homme qui a peur sinon y a rien ».

Si eux ont oublié, nous on s’en souvient, comme quoi le sorcier oublie toujours vite, mais les parents de la victime se souviennent toujours.

Il faut ratisser large comme dirait l’autre.

Vive l’exclusion pédagogique !

Exclure Djibril… oups il ne faut pas dire de nom, la loi est impersonnelle. Et puis ça ne le « concerne ni de près ni de loin », il va déposer sa candidature pian ! Bon autrement dit, le nouveau code électoral n’est pas un code de vengeance, mais une sanction logique d’une insurrection réussie.

Si certains se sont découverts présidentiables avec l’insurrection, il convient d’éviter un retour facile de ces barrons qui par action ou par omission soutenaient jusqu’au bout que « seul Blaise Compaoré peut diriger le Burkina ». On ne s’improvise pas président du Faso.

On avance !

La loi a finalement été promulguée, les membres du conseil constitutionnel, ces retraités, non universitaires, anticonstitutionnellement nommés, ont prêté serment. Tant pis pour SOMA, lui qui voulait qu’on nomme des actifs et surtout des universitaires agrégés en droit constitutionnel.

Mais d’anticonstitutionnel, ces nominations n’en avaient point. D’ailleurs on ne l’a pas entendu sur la modification du code électoral. Zut ! c’est inconstitutionnel de ne l’avoir pas nommé hein ! Mais patience jeune frère ton chemin est long, continue de te perfectionner, le reste viendra.

En tout cas les députés de l’ex majorité avancent avec nous. Ils ont refusé de s’exclure du CNT comme le voulaient leurs gourous. Ah qui est fou, si tu ne peux pas te présenter en octobre prochain autant manger ce qui est dans ta main à l’instant présent.

Gageons que le peuple saura reconnaître le bon grain de l’ivraie.

Yelmighan


« Les sermons du vieux  Yelmigan » est une chronique satirique proposée par un « Observateur » avisé de la société burkinabè. Elle traitera deux fois par mois sur Burkina 24 de sujets liés à la vie de la nation burkinabè. Véritable sermonneur, le Vieux Yelmigan ne prendra pas de gant pour parler à ses fils et ses filles de leurs comportements quotidiens dans la société.  Ame détestant les sermons, s’abstenir donc !

Article similaire

Il y a 1 commentaire

  1. vieux Yelmigan, on atted ta publication sur les v?rit?s du MPP. Tes ?crits sont toujours clairs et dits avec l’art. Courage.

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *