Vote du nouveau Code électoral: “J’approuve”

820 42

Ceci est une déclaration d’un citoyen sur le vote du nouveau code électoral dont il dit approuver l’esprit.

La loi portant modification du code électoral est conforme à la volonté du peuple insurgé des 30 et 31 octobre.

J’approuve les conditions d’éligibilité à l’élection présidentielle telles que prévues par la loi.

Ces conditions sont édictées par la loi n°005-2015/CNT du 07 avril 2015 portant modification de la loi n°0146-2001/AN du 03 juillet 2001 portant code électoral dont le contenu est libellé ainsi qu’il suit :

TITRE II : DISPOSITIONS RELATIVES A L’ELECTION DU PRESIDENT DU FASO

CHAPITRE II : DES CONDITIONS D’ELIGIBILITE ET D’INELIGIBILITE

Article 134. Tout burkinabè qui a la qualité d’électeur, peut être élu Président du Faso sous les réserves énoncées à l’article 123 ci-dessus.

Article 135. Sont inéligibles :

1) les individus privés par décision judiciaire de leurs droits d’éligibilité en application des lois en vigueur ;

2) les personnes pourvues d’un conseil judiciaire ;

3) les individus condamnés pour fraude électorale ;

4) toute personne ayant soutenu un changement anticonstitutionnel qui porte atteinte au principe de l’alternance démocratique, notamment au principe de la limitation du nombre de mandats présidentiels ayant conduit à l’insurrection ou toute autre forme de soulèvement.

La loi a été votée à une majorité écrasante : sur un total de 90 députés, 75 ont voté pour, 10 contre, 3 se sont abstenus ; 2 députés étaient absents.

Ladite loi a été promulguée par SEM Michel KAFANDO, Président du Faso, le 09 avril 2015 et sa publication au Journal officiel est attendue et devrait intervenir assez rapidement.

Par voie de conséquences, cette loi est exécutoire et ses dispositions s’appliquent immédiatement, dès sa publication, à tous les citoyens du Burkina Faso, sans exception aucune.

Alors je m’étonne fort qu’un homme comme Djibril BASSOLET, Général de la gendarmerie, se perdant en arguties, depuis Ryad en Arabie Saoudite, annonce sans gêne, lorsqu’il est interrogé par Pauline SIMONET de la rédaction Afrique de France 24: ‘’la loi ne s’applique pas à moi telle qu’elle est formulée, et je ne me sens pas du tout concerné’’. Sur les ondes de Radio OMEGA il prévient : « je pense que certains tirent un peu trop sur la ficelle. Ils vont finir par compromettre la bonne réussite de la transition. Ils sont entrain, petit à petit, de reproduire les mêmes excès qu’ils ont reprochés à l’ancien régime. Et comme les mêmes causes produisent les mêmes effets, ils ne pourront s’en prendre qu’à eux-mêmes»

En tant qu’ancien ministre des affaires étrangères, vous auriez dû vous soumettre à une certaine obligation de réserve qui voudrait qu’on ne critique pas son pays à l’étranger. Pire, depuis l’étranger, vous appelez à des actions de boycott et de sabordage de la transition. Mon Général, ce n’est pas cette image que nous avons de la gendarmerie, un corps respecté et adulé par une immense majorité des burkinabè.

Par ailleurs, vous estimez que « les objectifs de la révolution ont été atteints. Elle visait à empêcher que l’article 37 soit révisé : c’est réussi. Elle visait à empêcher que le président Compaoré se présente à nouveau : c’est réussi ». Permettez-moi de vous dire que vous ne savez pas grand-chose des objectifs de l’insurrection. Pendant que nous battions le macadam dans la rue vous étiez solidaire avec votre champion, vous n’avez pas osé lever le petit doigt pour l’empêcher d’entériner son projet funeste. Le 30 octobre, pendant que le peuple se faisait tirer dessus à balles réelles par les hommes de votre clan, vous étiez occupés à sauver la peau de vos députés qui, après avoir escaladé des murs et rivalisé en athlétisme, se sont retrouvés dans votre domicile.

L’objectif de l’insurrection était d’écrire une nouvelle page de l’histoire du Burkina Faso. Nous aurions souhaité utiliser de l’encre, mais vous nous avez obligés à utiliser le sang de nos camarades tombés sur le front. Non mon général. Les bourreaux ne peuvent pas s’associer aux victimes pour écrire cette nouvelle page de notre histoire. Non !

Vous étiez le relai entre la communauté internationale, qui nourrissait un silence coupable, et Blaise Compaoré, avec lequel vous nouez une idylle éternelle. C’est certainement pour cette raison que vous êtes allés à Abidjan prendre ses instructions avant de créer la Nouvelle Arnaque du Faso, la NAFA. Nous sommes vigilants. Nous ne nous laisserons pas arnaqués.

Pour revenir à la loi, à mon sens, elle n’exclut, a priori, aucune candidature. Elle énonce simplement des critères supplémentaires d’appréciation des potentielles candidatures par le Conseil Constitutionnel. Ce critère sur lequel vous polémiquer vient s’ajouter à d’autres (dont vous ne faites aucunement cas parce que guidé par des intérêts égoïstes) et qui sont les suivants :

  • tous les candidats qui ne sont pas « burkinabè de naissance et né de parents eux-mêmes burkinabè » ;
  • tous les candidats qui ne sont pas « âgés de trente-cinq ans révolus à la date du dépôt de la candidature » ;
  • tous les candidats qui n’auront pas déposé une caution de 25 000 000 FCFA ;
  • les individus privés par décision judiciaire de leurs droits d’éligibilité en application des lois en vigueur ;
  • les personnes pourvues d’un conseil judiciaire ;
  • les individus condamnés pour fraude électorale.

Mon général, moi je n’ai pas 35 ans et conséquemment je suis inéligible. J’ai un ami qui veut bien être candidat mais sa mère est américaine. Il est lui aussi inéligible. J’ai mon voisin du quartier, président d’un parti politique, qu’il a créé depuis 25 ans, mais il est sûr de ne pas avoir les 25 000 000 FCFA pour la caution. Sa banque ne peut lui en prêter que 10 000 000 FCFA et les militants de son parti ne sont pas prompts à cotiser. Pourtant il a de belles idées et un programme politique alléchant pour le peuple. Lui aussi est inéligible.

Voyez-vous, mon Général, ne craignez pas d’être seul si jamais le conseil constitutionnel venait à rejeter votre candidature. Nous sommes nombreux. Soyez sûr que nous dépassons la moitié de la population. Au CNT aussi beaucoup ne pourront pas se présenter au regard de certaines dispositions (l’âge principalement) de la loi. Le Président Michel KAFANDO, son Premier SEM Ministre Yacouba I. ZIDA, les membres du gouvernement sont tout aussi inéligibles bien que, du point de vue du code électoral, ils puissent remplir les critères énoncés. C’est la charte consensuelle de la Transition qui en a décidé ainsi. Mais nous respectons la loi, nous l’acceptons, nous la reconnaissons, nous nous y conformons.

Mon Général, ne vous mettez pas en marge de la République.

Cette loi est une loi hautement populaire. Elle est populaire au regard de la large majorité qu’elle a recueillie au CNT 75/88 votants soit 85, 22 % des voix. Elle est populaire dans l’opinion nationale ; une très large majorité des burkinabè sont favorables à cette loi. En outre, cette loi est conforme à la constitution, à la Charte de la Transition et à la Charte africaine sur la démocratie, les élections et la bonne gouvernance.

La loi est une règle de droit qui organise la vie des membres d’une société donnée à un moment de son histoire.

Le peuple héroïque du Burkina Faso, avec le sang d’une trentaine de ses fils et filles, a écrit une nouvelle page de son histoire les 30 et 31 octobre dernier.

Dans cette nouvelle société burkinabè, le vaillant peuple du Burkina Faso, à travers ses représentants au CNT, a décidé de traduire dans le code électoral (instrument d’encadrement des compétitions électorales) les aspirations des insurgés, celles des parents des victimes et des blessés.

Dois-je rappeler que l’inéligibilité a deux sources principalement. Elle peut être de source judiciaire lorsqu’elle est la conséquence d’une décision de justice privant le condamné de ses droits civiques. Même là, le législateur peut intervenir en dernier ressort et réhabiliter ledit condamné dans ses droits pour peu qu’il se conforme à la constitution.

La seconde source d’inéligibilité est celle prescrite par le législateur, résultant d’une loi. La présente loi portant code électoral émane donc de cette seconde source. Qu’on ne me dise donc pas que le CNT aurait dû attendre une décision de justice avant de prévoir ces nouveaux critères d’inéligibilité.

Certains ont compris l’inclusion comme une prime à l’impunité, comme une absolution des actes ayant conduit à l’insurrection. Dès lors, ils pourfendent tous les autres acteurs de la transition en les accusant de les exclure.

Dès le départ, l’inclusion a été comprise par tous, y compris ceux de l’ex majorité, comme la participation de toutes les organisations (civiles, politiques, religieuses, coutumières et militaires) de la société à la conduite de la transition. D’ailleurs, c’est pour cela que, aussi bien au cours de tout le processus de négociation qu’à la signature de la charte, les partis de l’ex majorité ont été inclus mais les premiers responsables (ceux qui ont soutenu activement la modification de l’article 37) ont été écartés. On comprend aisément pourquoi P. Ernest YONLI a été refoulé à la Maison du Peuple à l’occasion de la signature de la charte, et, Monsieur Amadou DABO a été admis à signer au nom de l’ex majorité.

C’est donc dire que dès le départ, le peuple savait très bien ce qu’il voulait et il avait parfaitement compris le sens de l’inclusion. Le CDP, l’ADF-RDA, et les autres partis du Front Alimentaire ne sont pas exclus du jeu politique, mais Assimi KOUANDA, Gilbert Noel OUEDRAOGO, Ram OUEDRAOGO, Hermann YAMEOGO, Maxime KABORE, Alain YODA et consorts doivent se mettre en retrait le temps que nous fassions le deuil des martyrs et que les blessés guérissent.

Il est constant que c’est la même politique d’inclusion que les partis de l’ex majorité appliquent eux-mêmes en leur propre sein. Cela s’est traduit par la création du Directoire et du CRAC au niveau du CDP et la mise à l’écart (exclusion ?) des membres du Secrétariat exécutif national. A l’ADF-RDA, le maître boulanger Gilbert Noel OUEAGRAOGO a été mis à l’écart pendant longtemps avant qu’il commence ses tournées de pardon.

Cette loi a ceci de positif qu’elle permettra un renouvellement rapide de la classe dirigeante au CDP et au Front Alimentaire. Les jeunes de ces partis jubilent. Beaucoup d’entre eux cachent mal leur joie. Ils pourront enfin rêver par et pour eux-mêmes, avoir des ambitions et se projeter dans un avenir où ils sont maitres de leur destin. N’étouffer pas cette jeunesse. Vous avez fait votre temps ; la roue tourne ; votre tour est passé. A tous ces jeunes : revendiquer vos droits d’être leaders au sein de vos partis, assumez votre liberté, brisez les chaines de l’immobilisme et du suivisme aveugle.

Les six députés de l’ex majorité au CNT qui ont boycotté (le vendredi 10 avril 2015) la décision des partis de l’ex majorité (juste 4 ou 5 partis avaient signé la déclaration dite de résistance sur une cinquantaine de partis que comptait le Front dit Républicain) de suspendre leur participation au CNT et à la Commission des Réformes et de la Réconciliation Nationales (CRNR) ont, eux, commencé à assumer leur liberté et à prendre leur responsabilité. Ceci n’est que le début de la révolte générale des militants de ces partis qui s’annonce dans les prochains jours contre les caciques de ces partis qui veulent encore toujours se faire une place au soleil.

Les leaders de ses partis ont joué, ils ont perdu ; la vie continue. Qu’ils attendent le prochain championnat qui aura lieu en 2020. Ils ne devraient pas participer à la finale d’octobre puisqu’ils ont été sortis aux phases éliminatoires.

La communauté internationale semble, quant à elle, frileuse à l’idée de l’application de cette loi.

Le peuple n’a pas compté sur cette communauté internationale pour mener sa révolution. C’est à contrecœur que certains se sont résignés à accepter la victoire du peuple en constatant, surpris, le départ précipité du faiseur de paix (et de guerre ?) de la sous-région.

Les insurgés, les révolutionnaires d’octobre ne laisseront pas leur révolution dévoyée sous d’éventuelles menaces de sanction de quelque nature que ce soit.

Aujourd’hui, les besoins de financement des élections se chiffrent à 35 milliards (sur les 54 milliards prévus). Nous sommes 17 000 000 de burkinabè. Si chacun s’engage sur une base de 2 000 FCFA au moins, nous pourrons nous-mêmes financer nos élections et ce sera la meilleure manière de couronner notre révolution.

Amicalement !

A très bientôt !

Bagaré Saidou DIALLO

Administrateur des Services Financiers


NDLR : Le titre est de la Rédaction B24



B24 Opinion

Les articles signés B24 Opinion sont soumis par nos lecteurs et/ou des libres penseurs et n'engagent que la responsabilité de leurs auteurs.

Article similaire

Il y a 42 commentaires

  1. je vous en assure que plus de 78% des burkinab? n’est sont favorables avec cette nouveau loi des interdisions de nos propres concitoyens d’?tre candidats ? l’?lection pr?sidentielle prochain chaque citoyen burkinab? est le droit de d?poser sont candidature libre si nous voulons aller sur le chemin de la paix de la d?mocratie

  2. Felicitation pour cet ecrit. Je suis tout a fait d’accord avec cette pensee. Les gens reflechissent peu et se levent pour parler d’exclusion sans mm comprendre le sens profond des choses. Aucun parti politique n’est exclu mais les dignitaires crapuleux de ces partis oui. Pourquoi apres avoir entrainer le pays dans la situation actuelle ne peuvent-ils pas faire profil bas pendant un moment? Tous ces agitements de ces farfelus devraient vous demontrer qu’ils n’ont aucun respect pour la memoire des martyrs, qu’ils n’ont rien a faire de ce que resent ou vit la population; juste un besoin d’avoir encore et tjrs plus du pouvoir et de l’argent. Rappelons nous tous quand on etait petit et qu’on faisait une betise a la maison, on fait profil bas au yeux de papa et maman et cela contribue plus vite a obtenir le pardon que de faire le malin et parler fort ce qui indique qu’on est fier de ce qu’on a eu a faire.

  3. moi,personnellement,je me rejouis.je peux meme dire que je m’en fout.je m’en fout parce que chaque pays est souverain.je m’en fout parce que la democratie c’est le gouverment du peuple par le peuple selon le president Abrahamm Lincoln…ce code electoral est un consensus populaire de la majorit? du peuple burkinabe.alors, la caravane va passer peu importe les cris d’imperialisme.

  4. Vraiment d?plorable qu’on injure l’autre par ce qu’il n’a pas le m?me point de vue que soit. Ou met on alors la libert? d’expression? Que dieu sauve mon Faso.

  5. Oui le burkina va se suffir les aides et les pr?ts accord?s au burkina ont jusque l? servir ? quoi ou ? qui si ce n’est rendre milliardaire les dignitaire de l’ancien r?gime? Si les frais d’acc?s aux h?pitaux nationaux est 4000f et que les clinique font ? 5000f en quoi la communaut? international nous sont util si ce n’est nous piller

  6. Amadou Kere les d?put?s “l?gitimes” ont ?t? chass?s pour avoir planifi? de violer la loi fondamentale, la constitution. Ceux qui sont au CNT sont exactement comme ceux qui sont sortis les 30 & 31 octobre: la plupart sans instruction et originaires des quartiers populaires, le Burkina r?el. C’est cela qu’il faut prendre en compte mon fr?re.

  7. La loi est vot? ? 82% mais quelle est la l?gitimit? et la cr?dibilit? des d?put?s du CNT ???? Tout le staff du CNT a ?t? d?sign? et a des limites et un temps pr?cis

  8. Elle est conforme ? tout et le comble pour ceux qui la rejettent est qu ‘elle est conforme ? la loi de l’union africaine ,loi qui a ?t? ratifi?e par notre pays plus pr?cis?ment par le dictateur blaise compaore. Allons seulement! La patrie ou la mort nous vaincrons!

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *