Burkina : Le gouvernement burkinabè et l’Union Européenne se parlent

622 4

La 9ème session du dialogue politique Burkina Faso- Union Européenne s’est ouverte ce jeudi 16 avril 2015 dans la salle de conférence du ministère des affaires étrangères. Cette rencontre, qui s’inscrit en droite ligne des dispositions de l’article 8 de l’accord de partenariat ACT-Union européenne signé à Cotonou, a été coprésidée par le ministre des affaires étrangères, par ailleurs président de la transition Michel Kafando et le représentant de l’Union européenne Alain Holleville.

Cette 9ème session du dialogue s’est penchée sur plusieurs questions que sont,  entre autres, le bilan à mi-parcours du processus de la transition politique ainsi que le point des préparatifs financiers et logistiques des élections présidentielle et législatives d’octobre 2015, le budget 2015, la réforme de la justice, le nouveau code électoral, la prévention et la lutte contre la grippe aviaire.

Dans son mot introductif, le ministre des affaires étrangères a salué la coopération entre le Burkina et l’Union. Michel Kafando n’a pas manqué de souligner que la transition se porte bien et qu’il faut toujours l’accompagnement des partenaires pour l’aboutissement du processus. « Je voudrais saluer l’Union européenne pour le financement du 11e Fonds européen de développement qui s’étend jusqu’en 2020 », a-t-il dit.

Prenant la parole, Alain Holleville, a aussi mentionné le caractère important de cette rencontre. Pour lui, au nombre des différentes questions inscrites à l’ordre du jour, le plus « important reste »  la transition.

La promesse de l’Union Européenne

Au sortir des échanges qui ont duré plus de deux heures, le représentant résident de l’Union européenne Alain Holleville s’est réjoui du contenu des échanges. Il n’a pas manqué de notifier que ces échanges, même s’ils ont porté sur des questions globales, ont abordé également des points spécifiques, « vu le caractère spécifique » du Burkina.

L’Union européenne devrait selon son représentant apporter un soutien au Burkina Faso. Alain Holleville a soutenu que son équipe s’attèle à exécuter toutes les promesses faites par l’Union au Burkina et précise par ailleurs que des mesures spécifiques devraient venir en renfort.

« Le premier accompagnement est un appui financier spécifique complémentaire qui va être apporté au Burkina pour la préparation des élections. L’Union européenne s’est engagée à apporter un appui de 5,5 millions d’Euro. A quoi s’ajoutera la contribution des Etats membres,  qui s’élève à 7 milliards de F CFA ».

Un autre appui devrait aussi voir le jour selon toujours le diplomate. « Après décision des Etats membres, l’Union européenne va apporter un appui exceptionnel en don au Burkina qui sera d’au moins 100 millions d’Euro, dont plus de la moitié sera versée dans la transition », indique-t-il.

Outre, ces accompagnements financiers, l’Union compte aussi apporter un accompagnement en moyens humains pour le suivi des élections d’octobre prochain.

Pour ce qui concerne les informations sur le déroulement de la transition, débutée en mi-novembre, Alain Holleville rassure que l’Union est consciente qu’elle doit jouer sa partition pour permettre à la transition de travailler sur sa mission essentielle qui est de conduire aux élections.

Bienvenue APIOU

Burkina 24



Rédaction B24

L'actualité du Burkina 24h/24.

Article similaire

Il y a 4 commentaires

  1. C’est pas fini. c’est ?a la diplomatie. Les Djibril vont se gratter la tete. les ?tats ont des in?trets pas d’amis. meme si on a ?t? m?diateur ch?vronn

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *