Code électoral : Des OSC soutiennent la position des chancelleries

581 66

Le débat continue sur les modifications apportées au Code électoral et qui rendent inéligibles les personnes ayant soutenu la modification de l’article 37 de la Constitution burkinabè. Ceci est une déclaration de quatre organisations de la société civile qui déclarent soutenir la position des chancelleries sur ledit code.

Le mardi 7 avril 2015 le Conseil National de Transition (CNT) a procédé au vote de la loi portant révision du Code électoral. Ladite loi en son article 135 alinéa 4 stipule « toutes les personnes ayant soutenu un changement anticonstitutionnel qui porte atteinte aux principes de l’alternance démocratique, notamment au principe de la limitation du nombre de mandats présidentiels ayant conduit à une insurrection ou à tout autre forme de soulèvement, sont inéligibles ».

Avec L’adoption d’une telle disposition, la croisade pour l’exclusion des anciens dignitaires de l’ex majorité et de ses alliés des compétitions électorales à venir se dote d’une couverture légale. Sa promulgation précipitée par le Président de la Transition est la preuve que la politique de l’exclusion d’une partie du peuple burkinabè relève d’une volonté au plus haut sommet de l’Etat.

Plus qu’une forfaiture à la démocratie, cela est une atteinte grave à la Constitution (articles 1 ; 11 ; 12 et 38), et un tripatouillage de la Charte de la Transition (article 1) et de la Charte africaine de la démocratie, de la gouvernance et des élections (article 25 alinéa 4).

Loin d’être un instrument répondant aux aspirations du peuple insurgé, cette loi est de portée spécifique et personnelle visant à éliminer et à mettre à l’écart des adversaires politiques des compétitions électorales.

Convaincus que la transition doit être neutre, impartiale et inclusive ;

Considérant que l’organisation d’élections inclusives, libres, transparentes passe par la participation de toutes les couches sociales et les formations politiques ;

Convaincus que la réussite de la transition est tributaire du respect strict des valeurs de la Constitution et de la Charte de la transition que sont la tolérance, l’inclusion, l’esprit de discernement, etc.

Considérant que l’intérêt supérieur de la Nation passe au devant des intérêts politiciens et partisans ;

Nous, organisations signataires de la présente déclaration :

  • exigeons du Président KAFANDO la prise d’une loi rectificative/modificative de la loi d’exclusion ;
  • exigeons de l’exécutif de la transition de se départir de toutes velléités tendant à mettre les institutions au service d’officines de formations politiques ou d’OSC quelle qu’elle soit ;
  • soutenons fermement la position des chancelleries (ambassadeurs des Etats Unis et de l’Union Européenne attachés au respect des règles et à l’inclusion de tous aux élections ;
  • invitons le Groupe international de soutien et d’accompagnement de la transition (GISAT) à prendre leurs responsabilités pour un bon déroulement du processus de la transition ;
  • appelons les autorités que sont le Président, le Premier ministre et le président du CNT à respecter leurs engagements vis-à-vis de la communauté internationale dans le cadre de la conduite de la transition ;
  • appelons tous les burkinabè patriotes et républicains à rester mobiliser pour des mots d’ordre futur.

Par ailleurs, nous nous donnerons les moyens nécessaires pour engager une bataille légale, démocratique et républicaine pour le respect strict de la Constitution et de la Charte de la Transition.

Vive l’inclusion !

A bas l’exclusion !

Ouagadougou, le 16 avril 2015

Ont signé :

 

La Coordination nationale                                                     Le Mouvement Citoyen Electeur

pour une transition réussie (CNTR)                                       Bâtisseur (MOCEB)


Pascal ZAIDA – 78 83 31 69                                                            Issa KAFANDO – 78 03 98 02

Le Mouvement Sauvons ma Patrie                                       Le Mouvement Soyons Sérieux

(M/SAP)                                                                                 (MSS)

 

Abdoul Karim LOFO – 72 26 34 20                          Frédéric ZOUNGRANA -78 29 96 39


NDLR : Le titre est de la Rédaction b24



B24 Opinion

Les articles signés B24 Opinion sont soumis par nos lecteurs et/ou des libres penseurs et n'engagent que la responsabilité de leurs auteurs.

Article similaire

Il y a 66 commentaires

  1. La franc-ma?onerie en action. Elles passe par ces OSC pour faire la pression. Si vous fouillez bien, leurs dirigeants ou les membres influents sont dans des CLUB…fouillez et vous comprendrez..

  2. C’est terrib;e le nombre d’association qui se sont creees depuis le 30 octobre. A croire que les opportunistes ne sont pas que de la classe politique. Il faut reflechir avant de parler ou d’ecrire du n’importe quoi.
    Les gens reflechissent peu et se levent pour parler d’exclusion sans mm comprendre le sens profond des choses. Aucun parti politique n’est exclu mais les dignitaires crapuleux de ces partis oui. Pourquoi apres avoir entrainer le pays dans la situation actuelle ne peuvent-ils pas faire profil bas pendant un moment? Tous ces agitements de ces farfelus devraient vous demontrer qu’ils n’ont aucun respect pour la memoire des martyrs, qu’ils n’ont rien a faire de ce que resent ou vit la population; juste un besoin d’avoir encore et tjrs plus du pouvoir et de l’argent. Rappelons nous tous quand on etait petit et qu’on faisait une betise a la maison, on fait profil bas au yeux de papa et maman et cela contribue plus vite a obtenir le pardon que de faire le malin et parler fort ce qui indique qu’on est fier de ce qu’on a eu a faire.
    J’approuve totalement cette loi qui en realite n’est qu’une revision de leligibilite des candidats. Tout document a eu a etre revise pour pouvoir refleter au mieu la pensee des gens et c’est par des constats et des experiences qu’on apprecie mieu la situation. Je n’ai pas 35 ans et je n’est pas 25 000 000; dois-je me plaindre d’etre exclu comme candidat a la presidentielle?

  3. Le mardi 7 avril 2015 le Conseil National de Transition (CNT) a proc?d? au vote de la loi portant r?vision du Code ?lectoral. Ladite loi en son article 135 alin?a 4 stipule ? toutes les personnes ayant soutenu un changement anticonstitutionnel qui porte atteinte aux principes de l?alternance d?mocratique, notamment au principe de la limitation du nombre de mandats pr?sidentiels ayant conduit ? une insurrection ou ? tout autre forme de soul?vement, sont in?ligibles ?.

    Avec L?adoption d?une telle disposition, la croisade pour l?exclusion des anciens dignitaires de l?ex majorit? et de ses alli?s des comp?titions ?lectorales ? venir se dote d?une couverture l?gale. Sa promulgation pr?cipit?e par le Pr?sident de la Transition est la preuve que la politique de l?exclusion d?une partie du peuple burkinab? rel?ve d?une volont? au plus haut sommet de l?Etat.

    Plus qu?une forfaiture ? la d?mocratie, cela est une atteinte grave ? la Constitution (articles 1 ; 11 ; 12 et 38), et un tripatouillage de la Charte de la Transition (article 1) et de la Charte africaine de la d?mocratie, de la gouvernance et des ?lections (article 25 alin?a 4).

    Loin d??tre un instrument r?pondant aux aspirations du peuple insurg?, cette loi est de port?e sp?cifique et personnelle visant ? ?liminer et ? mettre ? l??cart des adversaires politiques des comp?titions ?lectorales.

    Convaincus que la transition doit ?tre neutre, impartiale et inclusive ;

    Consid?rant que l?organisation d??lections inclusives, libres, transparentes passe par la participation de toutes les couches sociales et les formations politiques ;

    Convaincus que la r?ussite de la transition est tributaire du respect strict des valeurs de la Constitution et de la Charte de la transition que sont la tol?rance, l?inclusion, l?esprit de discernement, etc.

    Consid?rant que l?int?r?t sup?rieur de la Nation passe au devant des int?r?ts politiciens et partisans ;

    Nous, organisations signataires de la pr?sente d?claration :

    exigeons du Pr?sident KAFANDO la prise d?une loi rectificative/modificative de la loi d?exclusion ;
    exigeons de l?ex?cutif de la transition de se d?partir de toutes vell?it?s tendant ? mettre les institutions au service d?officines de formations politiques ou d?OSC quelle qu?elle soit ;
    soutenons fermement la position des chancelleries (ambassadeurs des Etats Unis et de l?Union Europ?enne attach?s au respect des r?gles et ? l?inclusion de tous aux ?lections ;
    invitons le Groupe international de soutien et d?accompagnement de la transition (GISAT) ? prendre leurs responsabilit?s pour un bon d?roulement du processus de la transition ;
    appelons les autorit?s que sont le Pr?sident, le Premier ministre et le pr?sident du CNT ? respecter leurs engagements vis-?-vis de la communaut? internationale dans le cadre de la conduite de la transition ;
    appelons tous les burkinab? patriotes et r?publicains ? rester mobiliser pour des mots d?ordre futur.
    Par ailleurs, nous nous donnerons les moyens n?cessaires pour engager une bataille l?gale, d?mocratique et r?publicaine pour le respect strict de la Constitution et de la Charte de la Transition.
    Vive l?inclusion !
    A bas l?exclusion !
    Ouagadougou, le 16 avril 2015

  4. Avec L?adoption d?une telle disposition, la croisade pour l?exclusion des anciens dignitaires de l?ex majorit? et de ses alli?s des comp?titions ?lectorales ? venir se dote d?une couverture l?gale. Sa promulgation pr?cipit?e par le Pr?sident de la Transition est la preuve que la politique de l?exclusion d?une partie du peuple burkinab? rel?ve d?une volont? au plus haut sommet de l?Etat.

  5. Plus qu?une forfaiture ? la d?mocratie, cela est une atteinte grave ? la Constitution (articles 1 ; 11 ; 12 et 38), et un tripatouillage de la Charte de la Transition (article 1) et de la Charte africaine de la d?mocratie, de la gouvernance et des ?lections (article 25 alin?a 4).
    Loin d??tre un instrument r?pondant aux aspirations du peuple insurg?, cette loi est de port?e sp?cifique et personnelle visant ? ?liminer et ? mettre ? l??cart des adversaires politiques des comp?titions ?lectorales.
    Convaincus que la transition doit ?tre neutre, impartiale et inclusive ;

  6. nous nous donnerons les moyens n?cessaires pour engager une bataille l?gale, d?mocratique et r?publicaine pour le respect strict de la Constitution et de la Charte de la Transition.
    Vive l?inclusion !
    A bas l?exclusion !

  7. Nous, organisations signataires de la pr?sente d?claration :

    exigeons du Pr?sident KAFANDO la prise d?une loi rectificative/modificative de la loi d?exclusion ;
    exigeons de l?ex?cutif de la transition de se d?partir de toutes vell?it?s tendant ? mettre les institutions au service d?officines de formations politiques ou d?OSC quelle qu?elle soit ;
    soutenons fermement la position des chancelleries (ambassadeurs des Etats Unis et de l?Union Europ?enne attach?s au respect des r?gles et ? l?inclusion de tous aux ?lections ;
    invitons le Groupe international de soutien et d?accompagnement de la transition (GISAT) ? prendre leurs responsabilit?s pour un bon d?roulement du processus de la transition ;
    appelons les autorit?s que sont le Pr?sident, le Premier ministre et le pr?sident du CNT ? respecter leurs engagements vis-?-vis de la communaut? internationale dans le cadre de la conduite de la transition ;
    appelons tous les burkinab? patriotes et r?publicains ? rester mobiliser pour des mots d?ordre futur.
    Par ailleurs, nous nous donnerons les moyens n?cessaires pour engager une bataille l?gale, d?mocratique et r?publicaine pour le respect strict de la Constitution et de la Charte de la Transition.
    Vive l?inclusion !
    A bas l?exclusion !

  8. Cette fameuxe loi d?exclusion vise qui? c?est bel et bien les insurg?s financ? par largent du Niger.C?est eux qui ont viol? la constitution puisque la modification de larticle 37 etait legale et legitime.par contre,linsurrection nexiste pas dans la constitution.Vrzi ou faux?Dites au moins cette verit? a la population au lieu de la mentir.

  9. Cette fameuxe loi d’exclusion vise qui? c’est bel et bien les insurg?s financ? par largent du Niger.C’est eux qui ont viol? la constitution puisque la modification de larticle 37 etait legale et legitime.par contre,linsurrection nexiste pas dans la constitution.Vrzi ou faux?Dites au moins cette verit? a la population au lieu de la mentir.

  10. Aucun burkinab? na le droit de retirer le droit civique d’un autre citoyen donc ceux qui pronnent l’exclusion sont des maudits et ca ne marchera pas au burkina faso.A bas l’exclusion

  11. Le vrai peuple cest celui qui detient les cartes d”elcteurs et des gens seront seront surpris;On eclue personne et cest le vrai peuple qui va decider.

  12. Pensez vous k vous etes les seuls a avoir le monopole de la creation de mouvements bidons? Je souhaiterais pour ma part kon supprime ces organisations fantoches car sources dun desordre.Si adventure lexecutif cede a c chantage honteux il devrait aussi sattendre a dotres bourdonnements ki exigeront le sens contraire. Nous devons ici et maintenant soutenir le gouvernement et la transition a reussir c paris car les membres du CNT sont lemanation reelle du people. A vouloir une chose et son contraire cest une malediction. Vive le Faso!

  13. Deux hypoth?ses en suivant ton raisonnement :
    1. Il fallait aller au referendum de Blaise
    2. Les dignitaires de la modification constitutionnelle sont irr?prochables.
    Si je m?en tiens ? ces deux hypoth?ses, je d?duis que, te concernant, ce qui c?est pass? au Burkina n?est pas une r?volution.
    Alors je pense que vous vous trompez, ces messieurs ne m?ritent m?me pas la compassion du peuple burkinab? pour leur avoir asservi pendant toute ces ann?es.

  14. Si tout le monde croyait ? la maturit? du peuple burkinab?, on laisserait ce m?me peuple sanctionn? ses dirigeants aux ?lections. Si tout le monde croyait en la justice, le cnt qui est politique n’aurait pas eu besoin de cette loi. Malheureusement ceux la m?me qui parle de peuple ont peur de la sanction de ce m?me qu’ils d?fendent pourtant bec et ongle.

  15. Le peuple ,le peuple, chantage quand tu nous tiens.nous n avons pas les m?me probl?me . Ceux qui profite de la transition ne voit pas le feu qui commence ? prendre. Chauffer chauffer personne ne sera ?pargn

  16. vivement que la communaut? internationale soit intraitable sur cette question de loi d’exclusion.Soutien ? cette coalition d’osc.

  17. Vous avez soutenu l’homme fort contre les institutions,vous avez vendu votre dignit? contre le patriotisme,vous avez choisi un pouvoir ? vie contre l’alternance, vous avez choisi les mensonges contre la v?rit?, vous avez perdu le sens de l’?tat pour vos propres int?r?ts continuer ? d?lire au lieu de faire la mea culpa

  18. Vous savez, ce qui fait couler le continent depuis la nuit des temps, c’est effectivement le fait des inepties des n?gres de maison, qui ne pensent qu’? leur situation personnelle. Ainsi, vous burkinab? parmi les burkinab? jugez immature le peuple burkinab? et, de ce fait ne peut aucunement s’assumer sans le dicta des nations dites d?velopp?es. Les africains de cet acabit doivent ?tre mis hors ?tat de nuire, car ce sont des tra?tres, ce sont nos ennemis.
    Ce ne sont pas ces nations qui ont lib?r? le Burkina Faso des 27 ans de dictature de BLAISE COMPAORE. Au contraire, elles y ont contribu? ? cimenter cette dictature. Et ce n?est, sentant sa fin proche, qu?elles tourn?rent leur veste.
    Le Burkina Faso a montr? son pacifisme en ne pr?cipitant pas leur convergence vers la MACO, attendant les d?tails des investigations de la justice burkinab?.
    Alors, vous et vos acolytes deviez vous faire discrets pour ne pas attirer la col?re du peuple Burkinab

  19. Vous acceptez l’argent de la communaut? internationale et vous refusez qu’elle donne son avis sur votre politique int?rieure.vous avez mentis.Ce sera le prix de votre compromission.

  20. La transition doit rester sereine et impertubable la Tunisie a fait quatre ans de transition c’est pas pour autant que les tunisiens n’ont pas pu restaurer la d?moncratie

  21. Rien ? dire c’est du propre. Que ces autorit?s de la transition sache que les m?mes causes produiront les m?mes effets. Une transition mal conduite de fa?on partiale, arbitraire, injuste afin de d’assurer une transmission du pouvoir au MPP peut engendrer une autre. Octobre n’est pas loin, mais tout peut arriver avant