Présidentielle 2015 : Bannir les relents ethniques et religieux

448 44

Ceci est la contribution d’un citoyen burkinabè au  débat politique. Il s’intéresse surtout à l’attitude que devraient adopter les leaders politiques lors de la campagne électorale qui s’annonce.

Qui sera le président du Faso à l’issue de l’élection présidentielle d’octobre prochain ? Nul ne peut le prédire avec certitude. Malgré les déclarations de confiance des différents partis, l’on s’accorde tous à reconnaitre que cette présidentielle sera la plus ouverte et la plus disputée de l’histoire politique du Burkina.

Après le régime Compaoré où le président était connu avant même la compétition électorale, après cette insurrection populaire qui a presque remis les compteurs à zéro pour les forces politiques, les Burkinabè peuvent désormais expérimenter le nectar de la démocratie au sens premier du terme, c’est-à-dire, le pouvoir du peuple. Pour y parvenir, tout le monde doit jouer son rôle. D’abord les citoyens.

Les insurgés des 30 et 31 octobre 2014 doivent parachever la révolution en s’inscrivant sur les listes électorales (pour ceux qui avaient perdu l’espoir de tout changement sous Blaise Compaoré parce que les dés étaient pipés) et en allant effectivement voter le 11 octobre prochain.

Il n’y a pratiquement plus d’excuses à approuver un programme ou à sanctionner un parti. C’est l’occasion d’imposer désormais aux leaders politiques la redevabilité puisque la confiance du peuple devra se mériter. Il faut donc que les Burkinabè fassent « parler » les urnes et prennent véritablement conscience de leur importance dans le jeu démocratique.

Ensuite les leaders politiques. Il est dit dans la Constitution que les partis politiques doivent participer à l’animation de la vie politique nationale. Mais, ils doivent savoir qu’ils sont les premiers bénéficiaires des suffrages des électeurs.

C’est pourquoi, ils doivent sensibiliser les Burkinabè pour qu’ils prennent leurs cartes d’électeurs et aillent voter effectivement en octobre prochain. Dans ce sens et au regard de la nature de cette présidentielle où les jeux sont ouverts, les leaders politiques doivent élever le niveau de la campagne électorale afin qu’elle soit la plus républicaine possible.

Dans ce Burkina post-insurrectionnel à l’équilibre fragile, la responsabilité des leaders politiques est fortement engagée. Le Faso qui a toujours su garder jalousement son unité nationale et magnifier la tolérance religieuse, ne doit pas échouer cette fois-ci.

Oui, la conquête du Saint GRAAL ne doit pas autoriser des politiciens à poser des actes immoraux susceptibles d’opposer les Burkinabè entre eux en utilisant des références ethniques ou confessionnelles.

Et c’est le moment d’attirer l’attention de tous les partis politiques avant que les choses sérieuses ne commencent même si la précampagne est déjà. Ils doivent donner l’exemple pour que sur le terrain, leurs lieutenants puissent véhiculer des discours de paix et de cohésion tout en acceptant la différence dans un esprit républicain.

Dans ce sens, il faut féliciter le premier vice-président du MPP, Salif Diallo, qui lors de sa dernière tournée à l’Ouest, a confié aux militants de Bobo ceci : « Si quelqu’un vient dire de voter le MPP parce que je suis Yadéga ou musulman, chassez-le hors de la ville ».

L’idéal aurait été un engagement solennel des leaders politiques à préserver l’unité nationale et respecter les résultats des urnes. Mais gageons que tous sauront raison garder…

Belko Kaboré


NDLR : Le titre est de l’auteur

B24 Opinion

Les articles signés B24 Opinion sont soumis par nos lecteurs et/ou des libres penseurs et n'engagent que la responsabilité de leurs auteurs.

Article similaire

Il y a 44 commentaires

  1. c’est une man?uvre politique, la population bobolaise est en majorit? musulmane donc en fesant cette appr?ciation , c’est juste pour attirer le regard des musulmans de bobo, qu’il s’appelle salif, est musulman et un des leurs.

  2. M?me si tu n’aime pas le li?vre, reconnais qu’il a de longues oreilles. Je n’aime pas alors pas du tout Salif Diallo, mais je reconnais qu’il est un strat?ge politique. Auteur de “si tu fais, on te fait et puis y a rien”, il a r?ussi ? se faire une place dans ce Burkina poste insurrectionnel. Chapeau l’artiste.

  3. D?j? toi tu es en train de cr?er du racisme.faut dire que Zephirin est ton candidat mais faut pas dire que les gens doivent le voter,chacun est libre de son choix.Et puis tu es l? que tu es mossi et tu sais de quoi tu parles,tu sais ce que les autres penses?

  4. Vrai vrai vrai je ne connais pas ce type et je ne cherche pas non plus ? lui conna?tre. Ce qui est sur il a soulign? un point tr?s important ? l’?lection pr?sidentelle future. Il faut vraiment bannir les propos ethniques et religieux sans quoi l’Etat pourrait se retrouver dans une guerre civile.

  5. Fatigu? de ces propos affligeants, arr?tez de vous comporter comme des ?nes, c’est pas de la politique qui profite au peuple que vous pratiquez, c’est vil et tordu comme le sont vos projets.

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *