Jazz à Ouaga sera au rendez-vous

192 0

La 23e édition de Jazz à Ouaga se tiendra cette année du 24 avril au 2 mai 2015. Les organisateurs étaient, ce samedi 18 avril 2015, face à la presse pour dérouler les grandes articulations de cette édition.

Si les grandes innovations ont manqué pour cette 23ième édition, Jazz à Ouaga, ne sera pas pour autant au rabais. Toutes les activités afférant au festival sont reconduites même si les promoteurs disent avoir du mal à mobiliser les fonds nécessaires (plus de 85 millions FCFA).

« Jazz à Ouaga vend l’image du Burkina. On ne peut pas citer deux événements au Burkina sans citer Jazz à Ouaga », dit Abdoulaye Diallo, président festival.

Jazz à Ouaga se veut une fusion des genres musicaux pour dépasser toute étiquette tout en gardant la qualité du jazz. Il s’agit non seulement d’une exigence musicale permettant de fidéliser son public mais des facteurs d’intégration des cultures et un langage de paix.

Toutefois, Jazz à Ouaga 2015 ne fera pas fi du contexte socio-politique, d’où le choix du thème « Musique et citoyenneté ». Car pour les organisateurs, la musique, compte tenu de sa puissance et sa place dans l’apaisement des cœurs et en tant que « ciment de la société », doit contribuer à la refondation et au renforcement de la citoyenneté.

« Nous ferons en sorte que tout ce qui sera entrepris au festival puisse contribuer à ce qu’il y ait un peu plus de citoyenneté pour que le Burkina puisse sortir de cette transition et se remettre sur la planche d’un destin favorable », explique le président.

Cette année encore, tout en proposant une affiche à même de séduire et surtout réunir le public, Jazz à Ouaga compte garder sa qualité.

Jazz à Ouaga 2015, c’est 10 jours de fête musicale animés par une vingtaine de concerts à Ouaga et à Bobo. Le concours « Jazz performance » mettra en compétition six groupes dont les meilleurs seront récompensés.

Pour valoriser la musique traditionnelle, une soirée spéciale musique traditionnelle dénommée la « soirée racine » sera animée par Zougnazagmda, Sibi Zongo et Yero Kampiti.

Les promoteurs veulent aussi rapprocher le jazz de la jeunesse en initiant le projet « Jazz school ». Il consistera en une journée de salubrité au lycée Zinda, choisi pour l’occasion, la rencontre des élèves avec des professionnels et enfin un concert au sein du lycée.

Le village du festival dressé à la Place de la révolution, sera le lieu de récréation, de rencontre et d’échanges de la population et des musiciens invités.

Plus d’une quinzaine de groupes venus de l’Europe, des Etats-Unis et de la sous-région africaine sont attendus au festival.

Reveline SOME

Burkina24

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre