Pr Augustin Loada : « Le changement, ce n’est pas par décret »

478 2

La Jeune chambre universitaire Ouaga Soleil a organisé une conférence à l’attention des étudiants ce samedi 18 avril 2015 au département des sciences juridiques et politiques de l’Université de Ouagadougou. Une conférence placée sous le thème : « transition politique et ancrage démocratique au Burkina Faso : quels défis pour la jeunesse dans une année électorale ».

Dans sa mission de contribuer à créer des changements positifs, la Jeune chambre universitaire Ouaga Soleil a initié une conférence afin d’avoir des éclaircissements et de bien appréhender la question pour savoir quelle peut être la contribution
véritable de la jeunesse.

Pour l’occasion, le choix s’est porté sur le constitutionaliste Augustin Loada, qui a axé son exposé autour de trois points essentiels, à savoir sur les thèmes transition démocratique, l’ancrage démocratique et les défis qui s’opposent à la jeunesse.

Abordant le premier aspect, il a tenu à faire savoir à toute l’assemblée que « le changement ce n’est pas par décret, c’est plutôt un long processus à comprendre».

Selon le conférencier, une approche minimaliste de la démocratie serait le mieux en ces moments du fait qu’elle offre au peuple de choisir son président par des élections. L’élection étant le point central de la transition, il faudrait qu’elle soit concurrentielle, transparente et sincère.

Le conférencier a souligné qu’il faut attendre par ancrage démocratique le respect des règles du jeu démocratique par tous les citoyens burkinabè. Pour mieux illustrer ses dires, il fait cas de la déclaration du président américain Barak OBAMA « l’Afrique a besoin des institutions fortes et non pas d’hommes forts ».

Concernant les défis qui s’oppose à la jeunesse, il a fait comprendre que l’élection n’est pas seulement un événement mais un cycle ponctué qui s’articule autour de trois phases, c’est-à-dire l’avant élection, l’élection et l’après élection. Cependant, il invite la jeunesse à relever deux défis majeurs qui sont la participation responsable au processus électoral et l’engagement citoyen.

En outre, le conférencier a exhorté la jeunesse à s’enrôler et à s’engager de façon bénévole dans le suivi, la surveillance et le monitoring des élections en tant que responsable des organisations de la société civile, délégués de parti politique ou observateur indépendant.

Cette conférence était placée sous la présidence du professeur Stanislas OUARO, président de l’université Ouaga 2, du parrainage de Remis Fulgance DANDJINOU, fondateur de Burkina info TV.

Benié APPIA (Stagiaire)

Burkina24



Rédaction B24

L'actualité du Burkina 24h/24.

Article similaire

Il y a 2 commentaires

  1. bien s?r qu’il y a des d?crets mon vieux. Prennez l’exemple du b?nin en 1990 ? la conf?rence nationale quand le peuple a mis fin ? la dictature de Mathieu K?r?kou. Taisez vous et laisser le Burkina Faso se d?faire de l’ enchainement de blaise Compaor? et son clic.

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *