Burkina Faso : Un collectif contre les OGM au Burkina

106 7

Le collectif citoyen pour l’agro écologie a organisé une conférence ce mardi 21 avril 2015 au centre NAPAM BEOGO à Ouagadougou. Le Collectif a fait l’analyse situationnelle des organismes génétiquement modifiés (OGM).

Pour retrouver une souveraineté alimentaire au Burkina Faso, des organisations de la société civile (OSC)  se sont réunies pour former le Collectif citoyen pour l’agroécologie.

Le collectif s’est fixé comme objectif de lutter contre l’introduction des organismes génétiquement modifié dans l’agriculture africaine en générale et en particulier burkinabé.

A cet effet, il a porté à la connaissance des hommes de la presse que le Burkina est le pays expérimental de la société Monsanto en Afrique de l’ouest par l’introduction du coton BT. Cela s’est fait grâce à la complicité de l’ancien régime déchu qui a violé la convention sur la diversité biologique de 1992 et du protocole de Carthagène sur la biosécurité de 2000.

En outre, l’utilisation de ces organismes génétiquement modifiés provoque des conséquences sur la santé avec des maladies comme le cancer, les insuffisances rénales et certaines pathologies, affirment les conférenciers. Egalement, continuent-ils, elles agissent sur l’environnement par l’utilisation des herbicides qui détruisent les champignons et les bactéries essentiels à l’entretien de la fertilité.

Aussi les OGM constituent une charge économique pour les agriculteurs du fait que les firmes qui produisent les semences génétiquement modifiées interdisent de conserver leurs semences pour la saison à venir et de les partager.

Pour l’avenir de l’agriculture burkinabè, le collectif s’approprie l’idée du président Thomas SANKARA qui disait «produisons burkinabè, consommons burkinabè » pour encourager la consommation locale et intensifier l’agriculture familiale.

Selon le coordonnateur du collectif, Ousmane Tiendrebeogo,   « la meilleure manière d’arriver à un développement durable est de renforcer les systèmes de production locaux qui existent, tout en les protégeant des menaces comme celles que représentent les cultures génétiquement modifiées ».

Par ailleurs, le collectif citoyen pour l’agro-écologie appelle à une marche prévue pour le 23 mai 2015 à Ouagadougou contre la société Monsanto et pour la souveraineté alimentaire. Elle s’inscrit dans la journée mondiale de résistance aux OGM qui implique plus de 50 pays.

Benié APPIA (Stagiaire)

Burkina24

Abdou ZOURE

Abdou Zouré est le rédacteur en chef de Burkina24.

Il y a 7 commentaires

  1. Soutiens, le r?gime pourrit de l’assassin blaise compaore est le premier pays africains ? accepter ? bras ouverts ce poison, c’est d?plorable et cela montre ? quel point cet tyran n’aimait pas son peuple

  2. Justement qui vs dit que cest lie aux OGM. Les etudes montrent que ce st les pesticides qu’on utilise ds lagriculture et les hormones et antibiotic ds lelevage qui peuvent cr?e ces problemes. Je ne defend aucune compagnie mais il faut faire des declarations justes. Certains OGM mm sont fait pour contribuer a reduire lutilsation de ces produis chimiques. Si vous parler de la protection de la biodivert? locale je ne dit pas non. Allez y a la vall?e du kou le soir vers 18h vs ne pouvez mm pas respirer a cause des pesticides. Je pense que ces mieux de lutter pour une agriculture saine au lieu de dire que vs lutter contre less OGM.

  3. Un combat tr?s difficile du moment o? des responsables au haut niveau ont d?j? empoch?. M?me le coton OGM est ? craindre ? travers son huile de consommation. Les maladies apparaissent sans rem?de, les enfants de moins de 10 ans sont des hyper tendus, chose rare avant les OGM. Nos semences sont remplac?es par des OGM ? l’insu du brave cultivateur dans sa brousse. De gr?ce, laisser nous nos semences de nos anc?tres qui, depuis des si?cles, n?a jamais caus?es un probl?me a personne. IL suffit de les s?lectionner en fonction des diff?rentes zones du pays pour faire face ? la saison qui devient de plus en plus court.

  4. Mon fr?re vient en Europe et tu sauras que c’est vrai. Le taux de cancer de l’ut?rus ici est du au d?r?glement des hormones. En mangeant des OGM , certaines femmes ont des hormones m?les plus ?lev?es et d’autres les hormones femelles pour parler terre ? terre. Ici des petites filles qui viennent en Europe apr?s 3 ans, elle a des kiste ovariens , dans les trompes. Il lui faut regler son niveau d’hormone.connais tu ce genre de consequences ? court termes et a long terme? c’est la peur des jeunes filles. On est oblig? de faire assez de sport , manger un plus de bio , moins viande avec la production de masse.
    L’effet sur certains jeunes hommes ici est sid?rant sexuellement parlant. Certains prennent des hormones comme agent r?gulateur. Et ? la longue ce sont des hommes ? moiti? tu vois ce que je veux dire? La m?decine est raffin?e ici . nous avons chacun max 3 types d’assurance de base. Et cela aide immens?ment. Combien de personnes ont ce genre de facilit? face ? un cancer ou tumeur au Burkina ? J’ai ces assurances, ce qui signifie que j’ai pas ? te mentir. Ici c est leur culture. Voit en ligne les cons?quences ? court terme d’un d?r?glement hormonal :d?pression, impuissance sexuelle temporaire, …..

  5. Comment on peut dire des choses qui ne sont pas vraies comme ca:”En outre, l?utilisation de ces organismes g?n?tiquement modifi?s provoque des cons?quences sur la sant? avec des maladies comme le cancer, les insuffisances r?nales et certaines pathologies, affirment les conf?renciers. Egalement, continuent-ils, elles agissent sur l?environnement par l?utilisation des herbicides qui d?truisent les champignons et les bact?ries essentiels ? l?entretien de la fertilit?.” Archi faux

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre