Côte d’Ivoire : Le N23 mobilise pour la transition et le code électoral à Songon

579 0

Le mouvement du 23 Novembre, le N23, avec à sa tête son président Moumouni Pograwa a rencontré le dimanche 19 avril 2015 l’importante communauté burkinabè de Songon, la 13ème commune du district d’Abidjan. Ce meeting   a été l’occasion pour le leader de cette organisation de défense des droits des Burkinabè de la diaspora d’aborder d’importantes questions, dont celle de la transition et du Code électoral.

En organisant son premier meeting à Songon, le N23 de Moumouni Pograwa estime avoir réussi le pari de la mobilisation.

Le cérémonial ayant été  respecté avec les propos de bienvenus du chef central des Burkinabè de Songon, par la voix de son porte-parole, Zongo François et le doyen l’Imam Salif Zoungrana qui a prononcé les bénédictions à la délégation  du N23, Moumouni Pograwa, avant d’aborder les principaux points à l’ordre du jour s’est présenté à ces hôtes comme un ‘’militant de la vérité’’ loin des clivages politiques et claniques.

Il est, d’emblée, revenu sur les origines de la création du Mouvement du N23 qui se rapporte au 23 Novembre de l’année 2013 où divers jeunes de la société civile burkinabè en Côte d’Ivoire ont fait remarquer à Djibril Bassolé, alors Ministre des Affaires Etrangère et de passage en Côte d’Ivoire, le mécontentement de leur communauté sur la question du coût jugé excessif de la carte consulaire burkinabè, c’est-à-dire 10.000 fcfa pour 3 ans. Bien que pas satisfaisant selon le conférencier, ce combat aura tout de même permis d’obtenir la réduction de ce sésame à 7.000 fcfa.

Le N23 symbolise donc le 23 Novembre qui est la date de la fédération de ces mouvements de défense des droits des Burkinabè de Côte d’Ivoire.

Le leader du N23 s’est par la suite longuement attardé sur la paternité de la transition qu’il a attribuée au peuple burkinabè dans son entière composante et ce afin de démontrer la neutralité de celle-ci aujourd’hui ciblée par certaines tendances la traitant de manque de neutralité et d’exclusion.

Par conséquent, le N23 s’insurge selon son premier responsable contre ‘’ la campagne d’intoxication de certains jeunes qui font croire à nos compatriotes que nous diaspora, notre droit de vote nous est refusé car nous serions les enfants d’Ahou ou Adjoua donc pas de vrai Burkinabè…Le gouvernement du Burkina Faso n’a Jamais dit que les Burkinabè de Côte d’Ivoire ne sont pas des Burkinabè’’ a-t-il fait entendre.

Le N23 ensuite fait comprendre que le report du droit de vote de la diaspora est un cas de force majeure imputable au délai très court de la transition qui du coup est confrontée à des difficultés logistiques et financières.

Le patron du N23 a voulu convaincre l’assistance sur le fait que la question du vote de la diaspora est ‘’un sujet dépassé et clos’’, avant d’aborder la phase explicative du nouveau code électoral burkinabè ‘’qui n’exclut aucun parti politique si ce n’est certaines personnes qui ont soutenu avec virulence la modification de l’article 37, à la base de troubles au pays’’.

A cet effet, il a demandé le soutien de la communauté burkinabè de Songon autour de la transition et du code électoral. Soutien confirmé par la doyenne des femmes burkinabè de Songon, Nopoko Ouédraogo, qui dit  avoir vu dans le N23 ‘’un interlocuteur crédible’’.

Ouédraogo Nopoko, porte-parole des femmes burkinabè de Songon
Ouédraogo Nopoko, porte-parole des femmes burkinabè de Songon

L’Imam Salif Zoungrana et le chef central des Burkinabè de Songon pour qui ‘’Songon ne pourrait être acquis à la cause des ennemis de la transition’’, ont salué l’engagement du N23 et de son leader en lui demandant d’être leur porte-parole auprès des responsables de la transition.

Cette tournée explicative du N23 a également éclairé la lanterne de la communauté musulmane burkinabè de Songon sur les nouvelles dispositions éditées par l’Arabie Saoudite pour la participation au Hadj 2015 et a promis aider à faciliter la participation des pèlerins burkinabè vivant en Côte d’Ivoire.

La cérémonie s’est achevée avec l’investiture du nouveau coordonateur du N23 de Songon, Napon Abdul-Karim.

Kouamé L.-Philippe Arnaud KOUAKOU

Correspondant de Burkina24 en Côte d’Ivoire.



Article similaire

Il y a 1 commentaire

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *