Epidémie de grippe aviaire : Pertes de 3 milliards de F CFA pour le Burkina

Ce mardi 21 avril 2015, le ministre des ressources animales, Jean Paul Roumba était face aux journalistes pour un nouveau rendez-vous de l’hebdomadaire point de presse dénommé « Face à la presse ».  18ème édition de la journée nationale du paysan, bilan de l’épidémie de la grippe aviaire, ce sont là, entre autres thématiques qui ont été abordées par le ministre avec les hommes de médias.

De ce rendez-vous hebdomadaire d’entretien et d’échange direct entre les membres du gouvernement et les journalistes, quatre ministres ont répondu présent. Il s’agit du ministre de la communication Frédéric Nikiéma, du ministre de l’agriculture, des ressources hydrauliques, de l’assainissement et de la sécurité alimentaire, François Lompo, du ministre des ressources animales, Jean Paul Roumba et du ministre de l’environnement Sadou Maiga.

Face à la presse, le ministre des ressources animales Jean Paul Roumba s’est plus intéressé à la question de la grippe aviaire qui sévit au Burkina depuis le mois d’avril où deux foyers ont été découverts. Au  jour d’aujourd’hui, 19 foyers ont été récensés, selon les propos du ministre.

La provenance

Cette question de la provenance du virus est revenue lors des échanges avec le ministre. Selon ce dernier, deux hypothèses peuvent être émises.  La première, pour lui pourrait venir, d’un pays voisin notamment le Ghana, où des volailles seraient importées par des commerçants burkinabè.

La deuxième pour lui pourrait aussi provenir des oiseaux sauvages. Ces oiseaux qui voyagent de pays en pays, donc pourraient rapporter cette maladie.

Conséquences

Cette épidémie de la grippe aviaire au Burkina n’est pas sans conséquence pour les commerçants et le gouvernement. Pour ce qui est de cette conséquence, le ministre soutient que plus de trois milliards franc CFA  rentrent dans le cadre des pertes directes.

En terme de pertes indirectes, (fermeture de frontières) le ministre martèle sans rentrer dans les détails qu’elles sont importantes.

Outre ces conséquences directes et indirectes énoncées par le ministre, Jean Paul Roumba, a tenu à lancer un appel. Pour lui, les producteurs, les commerçants et les consommateurs doivent respecter les consignes prescrites par les services de vétérinaires. « Au niveau de l’abattage, il est conseillé de porter des gants, des masques et de bien se laver les mains après abattage. Aussi, dans nos ménages, il faut prendre le soin de bien cuire la viande», indique le ministre.

Notons que pour cette nouvelle apparition du virus au Burkina, l’Etat a apporté un soutien d’environ 391 millions de F CFA. Par ailleurs, un manque à gagner de 2,8 milliards de F CFA reste à être comblé, selon le ministre.

Bienvenue APIOU

Burkina 24



Rédaction B24

L'actualité du Burkina 24h/24.

Articles similaires

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page