Le ministre Bagoro au Kenya : Le Burkina en quête de financement pour développer ses villes

491 0

Le ministre de l’Habitat et de l’Urbanisme, René B. BAGORO prend part à la 25e session du conseil d’administration d ’ONU-Habitat qui se tient du 17 au 23 avril 2015, à Nairobi au Kenya. Cette rencontre biennale du programme des Nations unies pour des établissements urbains se déroule cette année sous le thème : « la contribution de ONU Habitat au programme de développement pour l’après 2015, en vue de promouvoir un développement urbain et des établissements humains durables ». 

Le centre Gigiri de Nairobi au Kenya est, depuis le 17 avril dernier, le point de convergence des représentants des  Etats membres de ONU-Habitat.

Les mesures de sécurité à l’entrée du centre sont rigoureuses, au regard des menaces d’attaques terroristes qui planent sur le pays de Jomo Kenyatta. Mais, cela n’empêche pas  la tenue des activités de cette 25e session du conseil d’administration de ONU-Habitat.

Il s’agit de la séance plénière, au cours de laquelle tous les pays membres de l’organisation s’expriment sur les problématiques locales afférentes au développement urbain.

Se tiennent également, à la faveur de cette rencontre de haut niveau, des activités parallèles telles que des ateliers de formation, des conférences, des consultations informelles sur différentes questions, des rencontres de partage d’expérience et l’exposition de solutions pratiques qui ont permis de régler des problèmes urbains dans certains pays.

Lors de la séance plénière du lundi 20 avril 2015, le ministre burkinabè de l’Habitat et de l’Urbanisme, René Bagoro, a partagé avec ses pairs les défis urbains auxquels son pays est confronté.

Il s’agit notamment de la maîtrise de la planification du développement urbain, de l’accroissement de l’offre des services urbains de base, de la résolution de la problématique de l’accès au logement décent pour tous, du renforcement de la gouvernance urbaine et de la participation citoyenne. A cette tribune internationale, M. Bagoro a souligné les mesures prises par le gouvernement pour réussir l’aménagement et la gestion du territoire, le désenclavement routier, et la réalisation des infrastructures socio-économiques dans les campagnes du Burkina Faso.

Un besoin de 1700 milliards pour développer des villes

Il a également exprimé l’engagement du gouvernement burkinabè à lutter contre une croissance anarchique des villes, à travers l’élaboration des outils de gestion et de planification urbaine.  C’est dans ce sens, a –t-il rappelé, que douze villes capitales régionales viennent d’être dotées de Schémas directeurs d’aménagement et d’urbanisme (SDAU).

Ces documents stratégiques identifient le potentiel de chacune des localités concernées et définissent un plan d’investissement qui nécessite une mobilisation financière globale à hauteur de 1700 milliards de F CFA. René Bagoro a exprimé la disponibilité du gouvernement à discuter avec des partenaires au développement   sur les modalités d’accompagnement de la croissance urbaine au Burkina Faso.

Le conseil d’administration d’ONU-Habitat où siègent 58 Etats dont le Burkina Faso, s’est,  en outre, penché sur les activités de l’institution y compris les questions de coordination. Il a validé le programme de travail ainsi que le budget de l’organisation onusienne pour l’exercice biennal 2016-2017.

DCPM/MHU  



Rédaction B24

L'actualité du Burkina 24h/24.

Article similaire

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *