Burkina : Dernier hommage aux victimes du crash du vol AH5017 d’Air Algérie

719 5

Une stèle sera érigée à la mémoire des victimes du crash du vol AH5017 de Air Algérie. La pause de la première pierre a eu lieu ce mercredi 22 avril 2015. Moment d’hommage et de souvenir pour les 116 victimes.

L’émoi dans la voix, tous les intervenants à la cérémonie ont laissé éclater leur désarroi face à ce drame du 24 juillet 2014 qui a arraché 116 personnes à leurs proches parents.

En témoigne les mots de la présidente de l’association des familles des victimes françaises du crash du vol AH5017 de Air Algérie, Sandrine Tricot.

« Ce jour-là, notre vie a basculé, se rappelle-t-elle. Nous sommes passés par tous les sentiments : l’attente, le désarroi, la colère, la peine, le désespoir, l’incompréhension, et que sais-je encore !». Mais si la douleur reste encore vive, on pense déjà à immortaliser la mémoire des disparus d’où l’initiative d’ériger une stèle.

Cette stèle, de l’avis de Me Alidou Ouédraogo, président de l’association des familles des victimes du Burkina, sera non seulement un lieu de recueillement mais aussi va conforter la solidarité entre les différentes familles des victimes.

« Faire une stèle nous aide à continuer le deuil, à pérenniser la mémoire de nos disparus. Et c’est un lieu de trait d’union entre les 16  nationalités, de solidarité et de sollicitude».

Le Burkina accueille donc cette stèle en tant que terre que les victimes ont vue pour la dernière fois avec le tragique accident. En accord avec les autorités municipales, la stèle sera érigée à la cité AN II, non loin de l’hôtel des maires.

La première pierre de la stèle a été posée à la Cité An II © DR
La première pierre de la stèle a été posée à la Cité An II © DR

Et selon le secrétaire général du ministère des transports et des infrastructures, le choix de cet endroit, situé également de l’aéroportuaire, n’est pas fortuit car elle est le signe de la volonté d’œuvrer à équiper le domaine des dispositions techniques de contrôle et de guidance.

Les familles des victimes souhaitent par ailleurs que les restes non encore identifiés jusqu’à ce jour soient rapatriés au lieu de la stèle.

La cérémonie s’est poursuivie au palais de la jeunesse et de la culture, Jean Pierre Guingané, où 116 bougies ont été allumées en mémoire des 116 victimes de 16 nationalités, accompagnés des prières des différentes confessions religieuses.

En attendant, les résultats des enquêtes sur les causes du crash, les familles des victimes pensent déjà à la commémoration du 1er anniversaire de ce drame.

Maratou SOUDRE

Burkina24



Rédaction B24

L'actualité du Burkina 24h/24.

Article similaire

Il y a 5 commentaires

  1. Paix ? leurs ?mes…n oublions pas les victimes su 08 juillet 2014 ? Larl?…c ?tait peu avant le crash. Paix aux ?mes des d?funts de cette “explosion” ?galement…

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *