Commission réconciliation nationale : L’ex-front républicain claque la porte

657 111

L’ex-majorité n’est pas passée par quatre chemins pour montrer son mécontentement à la Commission de réconciliation nationale et des réformes ce mercredi 22 avril 2015, lors de la concertation qu’elle a entreprise  avec les forces vives de la nation.

Pour un premier rendez-vous avec Mgr Paul Ouédraogo et ses collaborateurs, l’ex-Front républicain, avec à sa tête l’ancienne ambassadeur Juliette Bonkoungou, n’a fait que 15 minutes dans la salle de réunion du Conseil économique et social où s’est tenue la rencontre.

En sortant de cette audience, Juliette Bonkoungou, porte-parole du groupe, affirme que « nous avons répondu à l’invitation de Mgr, mais nous tenions à faire ce déplacement par respect pour son éminence ».

Visiblement pas contente, celle qui a servi durant un long temps comme ambassadeur sous le régime de Blaise Compaoré, a surtout martelé que « nous tenions à leur dire de vive voix que compte tenu des derniers développements en ce qui concerne nos membres notamment le vote de loi sur le code électoral, les arrestations et bien d’autres choses, compte tenu de la volonté expresse de nous considérer comme des parias, aussi comparés aux nazis de la dernière guerre mondiale, nous pensons que le discours ambiant, les actes, ne nous permettent pas dans ces conditions de prendre part aux travaux de la commission parce qu’ils nous ont déjà jugés avant même de nous avoir entendus ».

Suite à cette nouvelle donne, Mgr Paul Ouédraogo dit que lui et sa commission ont pris acte. « Nous avions accueilli les délégations de l’ex opposition et de l’ex Front républicain. Il s’agissait pour nous d’expliquer à loi organique, les attributions qui sont faites à la commission nationale.

Aussi présenter aux uns et aux autres la méthode de travail. La majorité vient seulement de nous signifier son refus en disant seulement que le code électoral qui a été voté les exclut, donc à ce niveau-là ils ne pensent pas pouvoir prendre part à cette consultation. Nous, nous en prenons note, nous allons y réfléchir » a-t-il signifié.

Malgré cette sortie de l’ex-Front républicain, la commission selon son premier responsable n’entend pas arrêter ses activités. Bien au contraire, l’archevêque de Bobo-Dioulasso soutient qu’ils vont poursuivre leurs consultations car « la commission part du principe qu’il y a des difficultés et il faut trouver les moyens pour remonter ces difficultés ».

Bienvenue APIOU

Burkina 24

Rédaction B24

L'actualité du Burkina 24h/24.

Article similaire

Il y a 111 commentaires

  1. Votre g?n?ration vous tous des vampires, c’est vs les sorci?res, les inconscient, les vautours qui avez mis le feu dans cet pays pendant 27 ans. Allez si vous faire voir ? hieur, on fait rien avec vous esp?ces de macrossophalle.

  2. Franchement, j ai ?t? decue par votre soutien ? la modification de l article 37, je vous admire et respecte bcp, ne gachez pas tout, reagissez voyons. sinon l exclusion a commenc? avec tous ceux qui ont voulu modifi? ce foutu article! et puis on n a pas exclu un parti, maintenant s,il y a des parti qui ont du mal a trouv? un candidat digne de ce nom, c est grave, tout un parti politique!!! bon je passais. Que Dieu vous parle dans votre coeur afin que vous preniez de bonnes decision pour le bien de notre nation, don’t be selfish!

  3. Vous me decevez Madame Juliette Bonk. vous avez SOUTENU la modification de l article 37, donc vous avez une part de responsabilit? dans les pertes en vie humaine du 30 et 31 Octobre 2014. en tant que m?re cela ne vous dit RIEN???peut etre que vous vous etes tromp? en soutenant la modification de l’article 37 pr exclure je ne sais combien de burkinab?s?? mais vous pouvez vous resaisir en quitant la sc?ne politique, je suis sure que vs savez faire autre chose que la politique, Bi boin?

  4. Allons seulement, la route est encore longue. Tous ne peuvent pas etre a l’arrivee, laissons les laches virer et continuons.
    Ya trip de problemes en Afrique , qu’ils aillent continuer a faire des mediations ailleurs… GOD BLESS THE UPRIGHT MEN COUNTRY, LA PATRIE OU LA MORT, NOUS VAINCRONS.

  5. merci pour cette d?cision, laisser les g?rer, ils pensent ?tre en position de force ce sont des apprentis politiciens. A bient?t…..

  6. E puis il fo qon retrouve les vrais origines d blaise car il n serait pas un vrai Mossi ou bien il est acultur? parce qil est interdit chez l Mossi d’aller vivre ds sa belle famille, mais lui, il……. Le mogho naba doit l banir d l’ethnie pr haute trahison d coutumes. La vie d ceux qi bravent les lois est d’ordinaire miserable:Seydou Badian

  7. On ne va jamais vous regretter. Dites-vous et allez faire des tomates dans dans vos villages respectifs. On va sceller les choses pour les g?n?rations futures pour leurs ?viter des situations d?sagr?ables.

  8. En tout cas pour ma part, quand je ne suis pas d’accord avec quelqu’un je d?ploie des arguments, insulter est trop facile et n’apporte rien. Or dans les arguments, on peut mieux se comprendre pas forc?ment s’entendre.