Sita Ouattara, une « prisonnière politique de la transition », selon les femmes NAFA

604 74

Les femmes de la Nouvelle alliance du Faso (NAFA) ne sont pas contentes. Elles l’ont fait savoir ce jeudi 23 avril 2015 dans l’après-midi au cours d’une conférence de presse qui avait juste pour objectif de dénoncer l’arrestation et la détention à la Maison d’arrêt et de Correction de Bobo-Dioulasso de Sita Ouattara, une militante de leur parti.

Pour cette première sortie, les femmes de la Nouvelle alliance du Faso ont voulu être directes et franches car elles veulent prendre « l’opinion nationale et internationale à témoins » face à l’arrestation de Sita Ouattara, secrétaire provinciale, chargée à la mobilisation de la NAFA.

 Dans la déclaration liminaire lue par Nathalie Ouédraogo, coordonnatrice des femmes du secteur 7, l’arrestation et le déferrement de Sita Ouattara n’ont pas respecté les normes.

Nathalie Ouédraogo a déclaré que Sita Ouattara est la « première femme prisonnière politique de la transition ». Ainsi, elle demande aux autorités de la transition notamment le Président et le Premier Ministre de prendre leurs responsabilités face à cette détention.

Pour elle,   leur militante paye les frais de son militantisme avéré. «Notre pays est en train de rentrer dans une ère de confiscation de la  liberté d’expression. Il s’agit de dérives très graves qui pourraient contribuer à affecter durablement la paix et la cohésion nationale.

Ainsi, nous les femmes de la NAFA sommes convaincues que Sita a été arrêtée pour son activisme au sein de la NAFA»,  a-t-elle signifié.

Puis elle poursuit en indiquant qu’ « accuser  une vaillante femme sans armes de comploter contre la sûreté de l’Etat est un alibi non acceptable. Elle a été arrêtée pour avoir tenu des réunions politiques».

Interpellée, conduite au commissariat puis déférée, selon les dires des femmes de la NAFA, elles entendent par ce point de presse, dénoncer  aussi le traitement qu’a reçu Sita Ouattara lors de son arrestation.

Pour elles, en tant mère de 4 enfants dont une serait souffrante, les autorités de la transition doivent, au nom du principe de la non-ingérence de l’administration et au nom de nouveau pacte de la justice, libérer Sita Ouattara.

Bienvenue APIOU

Burkina 24

Rédaction B24

L'actualité du Burkina 24h/24.

Il y a 74 commentaires

  1. Que cet ?re se trasforme en temp?te et vous transportes loin de ce pays par ce que c’est s?re que vous l? vous ?tes n?es avant la honte par cons?quent vous ne savez certainement pas le sens de l’int?grit?…

  2. c’est par ce que c’est la transition que celle aussi peut s’afficher foutaise tu connais le droit mieux que sem KAFANDO DE MR KAMBOU? cherche car la prochaine sera toi tuu

  3. voila encor la preuve de la b?tise f?minine bobolaise.a part le djandjoba qu’elle organise pour vous qu’est ce que vous gagnez encore.piti? de vous et de vos enfants qui ne recevrons aucune ?ducation avec des m?res irresponsable comme vous.elle sera jug?e comme tout le monde.

  4. La prison es faite pour tou ce qui ont fai une injustice au personne ou ala nation ele ne peu ?tre une prisonni?re politiques parce que la trasition n;est pas pour une partie politique si elle na rien a ce reproch? ya la justice pour ca

  5. Ces milliards voler pendant une decenie a cot? du didacteur compaor? constitut une ?normes pouvoir d’achat de conscience. Et c’est avec cet argent qu’ils paie les mega de connexion plus 1000f cfa/jour a des jeunes dite conscients pour inonder facebook avec leur commentaires. Tu vend ta conscience et ton avenir a 30.000f cfa/mois. Tu valide les actes d’un milliardaires mafieux a 1000000 fois, alors que tu n’a pas 500.000f cfa dans ton compte.. H?? Ouvrez les yeux, chers griots pour que ?a change r?ellement et dans le bon sens dans ce pays car toi aussi tu peut d?venir milliardaires mais des milliards gagner honnetement.

  6. Les femmes connaissaient bien le Blaiso, Qu’elles parlent au hasard voir. Vs N’avez pas peur de la transition? Delirer seulma on arretera plus que femme ici. Tchrrrrrrrrrrrr

  7. Si des femmes se sont distingu?es par des d?tournements de parcelles ou par d’autres malversations il faut les laisser parce ce sont des femmes ? Elles sont toutes des sujets de droit au m?me titre que les hommes devant la loi que je sache Observatrice Bf

  8. Si des femmes se sont distingu?es par des d?tournements de parcelles ou par d’autres malversations il faut les laisser parce ce sont des femmes ? Elles sont toutes des sujets de droit au m?me titre que les hommes que je sache.

  9. Elles peuvent dire ce qu’elles veulent puisqu’elles n’ont que ?a comme argument. A leur place je me ferai discr?t au lieu de provoquer encore. On va voir tous ceux et toutes celles qui ont vol? et qui volent.

  10. C’est bien normal pour les personnes qui confondent libertinage et libert?
    Je veux que chacun se souviennent de cette citation
    “Ma libert? s?arr?te l? o? commence pour celle d’autrui”
    Quand aux femmes de la nafa elles trouveront ? faire autre chose Hier vous ?tiez dans les gnangnos-bas du cdp aujourd?hui dans ce nouveau Burkina pas la place aux danseuses car le peuple veut travailler plus de gnangno-bas et il n?y en aura plus c’est finit