Burkina : L’UPC rend visite au Boulkiemdé

595 15

La journée du dimanche 26 avril 2015 a été chargée pour le bureau national de l’Union pour le progrès et le changement (UPC). La visite de trois communes rurales du Bulkiemdé en est la cause. Pour le résident, Zéphirin Diabré, il s’agissait de faire une revue des troupes, de remercier les populations pour leurs contributions au changement qui s’est opéré en octobre dernier et surtout faire connaitre la vision et la démarche du parti.

Poa, Nandiala et Kokologho sont les trois localités visitées par le bureau politique national avec à sa tête Zéphirin Diabré.

Le père de Justin Zongo décédé

C’est dans la commune rurale de Poa que s’est effectué la première escale. Le meeting n’y a pas eu lieu. Et pour cause, le chef de Ralo et géniteur de Justin Zongo, élève décédé de suite des sévices corporels reçus en 2011, s’en est allé le vendredi dernier.

« Un politicien ne vient ici et repart déçu »

Après les présentations des condoléances au chef de Poa, le cortège a continué sa route pour rejoindre Nandiala à un peu plus de 16 km de là, pour la tenue d’un meeting.

Pour Henriette Zoumbaré/Zongo, présidente de l’Union nationale des femmes de l’UPC et correspondante du Boulkiemdé, aucune province n’aura autant vécu de si près le « sentiment de rejet » de la part du régime déchu. «Nous avons vraiment encaissé avec beaucoup de douleur, le mépris généralisé du premier responsable de cette Nation», a-t-elle ajouté. Elle a en outre demandé à la population du Boulkièmdé de rester mobilisée et de voter pour le parti du « changement ».

Zephirin Diabré chez le roi de POA pour présenter ses condoléances © DR
Zephirin Diabré chez le roi de POA pour présenter ses condoléances © DR

« Nandiala, c’est Nandiala. Personne ne vient ici et repart déçu pour des raisons politiques», a lancé Yaméogo Yabré, le représentant des vieux depuis le parloir avant d’assurer le président du soutien de la population de Nandiala à sa candidature.

Pour Zéphirin Diabré, son parti incarne le changement escompté. Et le changement se traduit dans le quotidien de chaque Burkinabè par l’assurance de la pitance quotidienne. Pour y parvenir et pour répondre aux demandes des populations, il se dit déterminé à inverser la tendance.

Deux saisons de cultures

«  Nous avons pris la décision, si Dieu nous accorde le pouvoir, qu’il n’y aura pas une mais deux saisons de cultures. Il s’agit de la saison normale de mai à septembre et celle qui ira de janvier à mai à travers l’apport des barrages et des forages», a assuré le président de l’UPC.

Après Nandiala, la délégation a rebroussé chemin sur Kokologho situé à une quarantaine de kilomètres de la capitale Ouagadougou. « Nous sommes le parti du vrai changement », y a affirmé Zéphirin Diabré. C’est justement la raison pour laquelle il a effectué cette tournée pour faire bien connaitre la vision et la démarche du parti. Il prévoit retourner dans la province pour sillonner toutes les communes.

En attendant, il a appelé à chaque escale, ses compatriotes à s’inscrire sur les listes électorales.

Oui Koueta (stagiaire)

Burkina24



Oui Koueta

'The vitality of a country can also be measured through that of its journalists'

Article similaire

CENI: Pose de jalons pour 2020

Posté par - 17 mai 2019 0
« Rationalisation et soutenabilité » de la machine électorale. Le président de la Commission électorale nationale indépendante (CENI) y tient et y…

Il y a 15 commentaires

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *