Jazz à Ouaga : Le métissage et le brassage culturels au rendez-vous

499 0

Le top départ de la 23ième édition du festival jazz à Ouaga a été donné, ce vendredi 24 avril 2015 à l’Institut français à Ouagadougou. Le métissage et le brassage culturels sont au rendez-vous. La française Zékira et le groupe Gangbé Brass Band venu du Bénin ont émerveillé le public.

Le Jazz, musique autrefois considérée comme inaccessible, a gagné aujourd’hui le cœur des mélomanes, d’autant plus que le festival est devenu un événement culturel incontournable à Ouaga et un festival de musique internationalement reconnu.

Cette renommée lui vient selon, Abdoulaye Diallo, président du festival, de sa fidélité à sa devise, qualité, originalité et innovation. Le festival reste le lieu par excellence d’expression de musique innovante à travers une programmation originale et pour des spectacles battis autour du jazz, du blues et de la fusion.

« Quand vous regardez le public, c’est un public très diversifié, très coloré. La programmation répond à cela, c’est pour ça qu’on ne fait pas que du jazz pur, on pense à tout le monde, des musiques de fusion ou musique apparentée. Il y a des gens qui n’aimaient pas le jazz mais en venant une fois, ils sont devenus fidèles », dit-il.

Toujours dans cette même optique de ramener le jazz au plus grand nombre de public, un clin d’œil est fait à la musique traditionnelle à travers la soirée Racine avec Zougna Zagamda, Yelo Kampiti et Sibi.

Au côté du jazz pur avec Zékira, la fusion de musique avec le Gangbé Brass Band venu du Bénin, celui qui a le plus émerveillé le public.

Des chansons autrefois sacrées des rites funéraires et initiatiques, des chansons d’hommage aux panafricanistes Thomas Sankara, Kwamé N’Krumah, Nelson Mandela et des chansons populaires sur fond de jazz sont portées au public.

Malgré les péripéties pour rallier Ouaga par la route, le groupe dit être finalement réconforté par l’accueil du public. « On n’était pas à l’aise dans nos sièges mais on a assumé. Refuser de venir à jazz à Ouaga c’est refuser de venir à l’appel d’un ainé», explique Athanase Dehoumon, membre du groupe.

Jazz à Ouaga se tiendra du 24 avril au 2 mai 2015, et au président de lancer un appel à la population de Ouagadougou de rejoindre le train déjà en marche.

Reveline SOME

Burkina24



Article similaire

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *