Code électoral : « Une volonté d’assainir la scène politique », selon l’ObJ

429 0

L’observatoire des Jeunes (ObJ) a tenu sa première conférence de presse le 24 avril dernier à la Maison du Peuple de Ouagadougou. L’occasion a servi aux premiers responsables pour présenter la structure à la presse mais aussi et surtout de dévoiler ses grandes lignes d’action.

S’offrir plus de visibilité

L’OBJ compte parmi les organisations de la société civile depuis 2014. Partisane des idées révolutionnaires, la structure compte relancer la « dynamique de gestion conjointe de nos cités » qu’a connue le pays sous la direction du président Thomas Sankara. Pour COULIBALY Justin, secrétaire général de l’association, la structure a mené des actions auprès des institutions comme l’ex Chef de File de l’Opposition Politique (CFOP), le Centre pour la gouvernance démocratique (CGD) et le centre de presse Norbert Zongo. « Nous avons bien voulu tenir cette conférence pour nous offrir de la visibilité », ont déclaré les responsables de la structure.

Les actions envisagées

La promotion de la démocratie, de la bonne gouvernance, du civisme, de l’écocitoyenneté et la promotion des droits humains sont les buts que se fixe l’ObJ. Tout en reconnaissant que « l’ambition dont on n’a pas les moyens est un péché », l’ObJ dit être déterminé à s’offrir les moyens de sa politique par les apports de ses membres.

Elle envisage conquérir « l’opinion nationale et internationale avec la vision de l’association en injectant des cellules de la structure dans toutes les couches socioprofessionnelles de notre pays, meubler le terrain par des actions entrant dans le cadre de la réalisation de ses objectifs avec la mobilisation des compatriotes, mobiliser les populations pour les travaux de manœuvre pour ainsi démontrer que chacun peut et chacun doit apporter sa contribution pour le développement de notre pays ».

« Nous notons là une volonté d’assainir la scène politique ». C’est l’opinion des conférenciers du jour qui estiment que la loi sur le nouveau code électoral « ouvre la voie de la gestion de la chose publique à tout Burkinabè qui peut recueillir une expression majoritaire de la confiance de ses concitoyens indépendamment de toute formation politique pour être conseiller, maire, député ou Chef de l’Etat ». Ce qui est pour eux de nature à renforcer la démocratie au Burkina.

Synthèse de Oui Koueta (stagiaire)

Burkina24



Oui Koueta

'The vitality of a country can also be measured through that of its journalists'

Article similaire

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *