1er-Mai à Bobo : Les travailleurs décrient la situation de la capitale économique

292 0

La Confédération Générale des Travailleurs du Burkina Faso (CGTB/Hauts-Bassins) a organisé une marche-meeting pour l’amélioration des conditions de vie des travailleurs au Burkina Faso. C’est à l’occasion de la commémoration de la fête du travail, ce 1er mai 2015 à Bobo-Dioulasso.

Lors de cette marche-meeting de ce 1er-mai, une déclaration  prenant en compte des analyses sur la situation  nationale des travailleurs du Burkina Faso a été remise au Secrétaire général du gouvernorat, Bernard Beba.

Ces préoccupations portent sur la question de l’impunité,  de la santé, de l’éducation, des lotissements et l’actualité de la capitale économique, Bobo Dioulasso.

Le SG du gouverneur, Bernard Beba, affirme de tramettre à qui de droit
Le SG du gouverneur, Bernard Beba, affirme qu’il  transmettra les doléances des travailleurs à qui de droit

Le Secrétaire Général de la CGTB des Hauts-Bassins, Bakary Millogo, a demandé à ce que lumière soit faite en ce qui concerne les dossiers de Thomas Sankara,  Norbert Zongo, Dabo Bakary,  Yves Kohuoun sans oublier l’audit de gestion du Centre hospitalier universitaire Sourou Sanou de Bobo-Dioulasso, de même que des universités.

Les travailleurs ont par ailleurs interpelé  les autorités de la région sur la transparence des lotissements. « C’est une question importante, il ne faut pas que ce soit l’affaire d’une minorité qui s’accapare  et qui devient des marchands de sommeil »,  a martelé Bakary Millogo.

Quant à la l’actualité de la capitale économique, les travailleurs se sont axés sur les problèmes de la SAP Olympique, de la FILSAH et de la BRAKINA. Bakary Millogo a affirmé qu’à travers ces problèmes, la ville de Bobo qui est considérée comme une ville industrielle est en train de perdre cette place.

Bien que les travailleurs de ces différentes sociétés aient engagé des grèves qui ont porté fruit, les directions refusent d’appliquer des décisions de justice et de protocole d’accord.

C’est pourquoi, la CGTB interpelle les autorités de la ville à agir afin de construire Bobo-Dioulasso qui est en train de mourir.

« L’année dernière nous avons demandé aux maires de démissionner de gré ou de force, parce que nous avons estimé que la ville avait un problème. Ceux qui sont venus les remplacer, il ne faut pas qu’ils répètent ce qui s’est passé avant, il faut qu’ils construisent cette ville, car elle en a notre besoin »,  a dit le Secrétaire Général de a CGTB/Haut-Bassins.

Sidiki TRAORE

Avec Maratou SOUDRE

Correspondant Burkina 24 à Bobo-Dioulasso

Rédaction B24

L'actualité du Burkina 24h/24.

Il y a 1 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre