Transition : L’Unité d’action syndicale estime que le Burkina n’avait pas besoin de 27 ministres

241 13

A la place de la révolution où s’est tenu le meeting de commémoration de la fête du travail, ce 1er mai, l’actualité nationale est revenue dans les discours. Les responsables des différentes structures syndicales n’ont pas manqué de se faire entendre.

Dans sa tenue traditionnelle « Faso Danfani », Yamba Georges Koanda a été la deuxième personne à prendre la parole lors du meeting des centrales syndicales pour la commémoration de la fête du travail.

Avec un discours d’environ 5 pages, lu en 15 minutes environ, le président du mois a disséqué la situation nationale en général et la transition en particulier.

Yamba Georges Koanda a fait la genèse de l’insurrection des 30 et 31 octobre 2014 avant de s’appesantir sur la situation nationale. « Il apparait que le contexte de préparation du 1er mai est très particulier avec des enjeux politiques importants.

Yamba Georges Koanda, président de mois des centrales syndicales  © Burkina24
Yamba Georges Koanda, président de mois des centrales syndicales © Burkina24

Au plan de la gouvernance, on aura noté que malgré l’annonce d’un budget d’austérité, les nouvelles autorités n’ont pas effectué une rupture avec les pratiques d’injustices sociales qui ont caractérisé la gestion des dignitaires de la 4ème république » dit-il.

Puis, il a précisé que le Burkina n’avait point besoin d’un gouvernement de 27 ministres pour organiser des élections en 11 mois. « A-t-on besoin d’un gouvernement de 27 ministres juste pour organiser des élections en 11 mois ? Certainement pas », clame-t-il.

« Le contexte national tel que nous l’avons évoqué nous interpelle. Nous devons rester attachés à nos structures syndicales, les renforcer afin de poursuivre la lutte pour la défense des libertés démocratiques et syndicales, pour une prise en compte de nos préoccupations » conclut-il.

Bienvenue APIOU

Burkina 24

Rédaction B24

L'actualité du Burkina 24h/24.

Il y a 13 commentaires

  1. la preuve irr?verssible a moins d un miracle que l arm?e en entier est une page qui doit etre ferm?e par le peuple du burkina et ce pour longtemps quand a la magistrature supreme.le premier ministre actuel est militaire , le conseiller du pr?sident est militaire, d ?ventuels candidats militaires ferment la boucle apr?s d autres ministres militaires ?galements .

  2. Venant d’un syndicaliste c’est vraiment ?tonnant. Cro?t-il que le travail qui doit ?tre fait pendant ce tps doit se limiter uniquement a ce qui rentre ds le cadre des ?lections? Si a la fin du moi il n’a pas son salaire que dira-t-il?

  3. Quand votre boss Blaise ?tait au pouvoir il y avait combien de ministre? je pense qu’il va falloir faire des textes de niveau,de culture g?n?rale et de psycho a tous ceux voudront cr?er d’associations ou je n’en sais quoi. ?a devient de n’importe quoi et c’est dangereux ?a.

  4. c’est vrai!le burkina ne doit pas compter plus de 20 ministres.Au japon comme en france, l’agriculture, la p?che et la for?t sont g?r?s par le m?me minist?re.ici au Faso,c’est 3 minist?res: d?penses et dispersion d’?nergie.Il n’y a qu’au faso et dans quelques pays africains qu’on distingue agriculture et ?l?vage.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre