Burkina : Jean Baptiste Natama perd du soutien

788 5

La vague de contestation et de mécontentement continue de faire son chemin dans les partis politiques au Burkina Faso. Trois personnes de la Convergence patriotique pour la renaissance/ Mouvement progressiste (CRP/MP), se sont présentées ce lundi 4 mai 2015 aux hommes de medias avec pour objectif de dire haut et fort qu’ils quittent ce parti qui soutient la candidature de Jean Baptise Natama.

Trois désormais ex-militants du parti CRP/MP étaient face aux journalistes, ce lundi 4 mai à Ouagadougou, pour affirmer qu’ils « prennent leur responsabilité » face à certaines manœuvres qu’ils qualifient d’ « invivables ».

Cette situation, selon le premier secrétaire national de la CRP, Amadou Tapsoba, serait née du soutien que quelques membres de la CPR/MP ont témoigné au projet de loi portant modification du Code électoral du 7 avril dernier.

« Certaines personnes de notre parti se sont associées à des jeunes de la NAFA et du CDP, le 7 avril, jour du vote pour dire non au vote. Nous, nous étions par contre avec le peuple, nous avons soutenu le projet de loi. Nous avons contribué à lutter contre le régime de Blaise Compaoré », a déclaré Désiré Guinko, le secrétaire national adjoint chargé à la mobilisation.

Les trois démissionnaires (Amadou Tapsoba, Désiré Guinko et Désiré Kaboré) ont soutenu que l’autre point qui a fait déborder le vase, c’est qu’il y a une « gestion anarchique » du parti, aucune transparence dans le budget, des absences et retards répétés et injustifiés lors des réunions, des conférences « clandestines » qui seraient organisées par Natama lui-même et une mauvaise organisation du parti.

Amadou Tapsoba dit avoir découvert que « Natama n’est pas le vrai homme à qui il faisait confiance. C’était le faux Natama, et on ne le savait malheureusement pas ».

En somme, ils affirment qu’ils ont été associés à des personnes par Jean Baptiste Natama qui ne partagent pas les mêmes idéaux.

« C’est fort de cette situation que des camarades et moi avons décidé de nous retrouver pour faire un certain nombre de constats. Et avons décidé de prendre nos responsabilités », a ajouté Amadou Tapsoba.

Aussi, s’est montré mécontent Désiré Guinko face à cette « crise qui a duré environ deux mois ». En effet, ce dernier a affirmé que sans lui la CRP/MP n’aurait jamais vu le jour et il estime qu’il a été trahi.

« J’ai pensé la CRP/MP, je l’ai réfléchie et je suis allé voir Jean Baptiste Natama que je considérais pour ses idées. Sans moi, il n’y aurait pas eu tout ce monde derrière Jean Baptiste Natama ».

Amadou Tapsoba a par ailleurs rassuré que les noms des autres démissionnaires seront bientôt publiés. Il a également martelé que des actions pourraient être entreprises dans les jours avenir si « l’autre camp » n’arrête pas les différentes intimidations et menaces.

Bienvenue APIOU avec Noufou KINDO

Burkina24                             



Rédaction B24

L'actualité du Burkina 24h/24.

Article similaire

Il y a 5 commentaires

  1. qu”est ce que vous croyez? Natama va injecter son argent dans une cause perdue avec des militants qui ne peuvent m?me cotiser. qui est fou!  honte ? vous! 

  2. Quand les autres jeunes qui suivent toujours ce fameux Natama comprendront qu’il n’est rien d’autre qu’un arrogant menteur, qu’il sauront enfin qu’ils ont foutu leur jeunesse ? ecouter un lascart beau-parleur tout simplement.

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *