Opinion – Des erreurs du système Compaoré à «plus rien ne sera comme avant»

847 0

Ceci est une opinion sur l’ancien régime de Blaise Compaoré et sur la transition.

Contrairement à une certaine opinion qui a été véhiculé depuis belle lurette, on avait cette impression forte que le Burkina Faso allait se désintégrer après le passage de son «homme fort». Un pays n’est pas du papier que l’on peut froisser d’une main.

Du soulèvement populaire du 30 et du 31 octobre 2014 est né un nouveau Burkina Faso avec une nouvelle conscience, plus audacieux, plus courageux et plus intègre. Les 30 et 31 octobre fut le jour de la liberté et de la libération des burkinabè. L’intégrité a décidé de retrouver ses lettres de noblesse au pays jadis appelé Pays des Hommes Intègres.

Le soulèvement populaire de départ laisse entrevoir peu à peu une révolution au vrai sens du terme. Cette révolution ne ressemble pas à celle des années 80 avec un jeune Thomas Sankara prêchant dans un désert d’analphabètes et qui, au finish, a été entendu pas des loups qui l’ont dévoré.

Cette révolution est la conjugaison de différents efforts utilisant parfois différents canaux, mais ayant en fin de compte le même objectif, qui était la fin de l’injustice, de l’impunité, du népotisme, des détournements de fonds, des surfacturations et des passations de marché de gré à gré etc. La goutte d’eau, qui, jadis, a fait déborder le vase, dans toute l’histoire du Burkina Faso contemporain fut l’assassinat perpétré sur la personne de l’émérite journaliste Norbert Zongo en décembre 1998.

Son genre journalistique mettait à nu les imperfections et les abus du système Compaoré. Ce système, au lieu de s’améliorer à la lumière des critiques formulées à son égard, a décidé de faire taire à jamais un de ses plus grands détracteurs.

L’activisme militant a débuté en réalité à parti de la parution du premier numéro de son journal. La jeunesse burkinabè des années 90 avait laissé la scène politique aux vieux et affidés du système Compaoré. Des théories favorables au Compaoré ont été élaborées. On pouvait entendre ceci de hautes personnalités de l’Etat:

  • El Hadj Barro Djanguinaba « Je suis prêt à mourir pour Blaise ».
  • Karim Traoré, SG du Mouvement des jeunes loyalistes pour la paix (MJLP) «Blaise, c’est le Neymar du Burkina».
  • Le Salam Dermé (secrétaire national à la jeunesse du CDP) « Notre pays n’a pas encore secrété un homme de la trempe de Blaise Compaoré».
  • Hubert Narcisse Yaro, maire de Zawara: «Blaise Compaoré, c’est notre dieu et Luc Adolphe Tiao, notre messie».
  • Hermann Yaméogo (président de l’UNDD): « Personne n’est plus bandit qu’Hermann Yaméogo au Burkina Faso. Nous sommes pour la paix, mais si ces gens veulent la bagarre, ils vont l’avoir parce que je suis aussi un grand bagarreur ».
  • Salia Sanou (ex-maire de Bobo): «Si on le veut, Djamila sera Présidente du Faso» ;
  • Blaise Compaoré sur BBC: «Ce qui me préoccupe, c’est ce que deviendra le Burkina, (…) ne pas voir détruit tout ce qui a été mis en place. Je n’ai pas envie d’assister à l’effondrement de mon pays pendant que je me repose».
  • Assimi Kouanda, (secrétaire exécutif national du CDP): «L’essentiel, en 2015, notre président est candidat, en 2020, il est candidat, le reste, nous laissons entre les mains de Dieu» ; «S’ils vont brûler une maison, il faut qu’au retour, ils trouvent que leur maison aussi brûle. Comme ça, on va s’entendre. Est-ce clair ? Allez organiser des brigades afin que notre réaction soit immédiate.».
  • Gilbert Noel Ouedraogo: «Nous sommes victimes de notre sincérité».
  • Nestorine Sangaré (ex-ministre de la Promotion de la Femme et du Genre) « Dites au chef de l’Etat que les femmes burkinabè lui sont très reconnaissantes pour les souffrances, les calomnies et les trahisons qu’il a accepté d’endurer en silence comme sacrifice pour assurer à notre cher pays la stabilité et la concorde.».
  • Hamidou Compaoré (ancien député CDP): «Nous allons voter Oui au référendum. Nous allons réviser l’article 37 et Blaise Compaoré sera notre président. Il y a des gens qui avaient perdu leurs forces et s’étaient arrêtés ici pour donner un carton rouge au président du Faso. Nous, nous accordons à Blaise Compaoré un carton vert et oui pour le référendum».
  • Ernest Paramanga Yonli (président du CES): « Au CDP, nous reconnaissons le berger depuis plus de 25 ans. C’est Blaise Compaoré. Nous reconnaissons la vache qui est le CDP et nous disons que le lait est toujours de bonne qualité aujourd’hui et demain… D’ailleurs, on a modifié la Constitution déjà 3 fois. Et nous le referons bientôt…».
  • Noël Sourwèma (Secrétaire général de la section provinciale du Kadiogo) «Nous avions dit que nous allions remplir le stade recto verso, en haut et en bas avec des intercalaires. Au vu de la mobilisation, on peut dire qu’à partir de ce soir, le match est terminé. Il n’y aura ni penalty ni prolongation, c’est un coup K.-O. Ce qui reste maintenant, c’est le référendum».[1]
  • etc

Ces absurdités ont entretemps conforté Blaise dans sa position et il se croyait invulnérable et indéboulonnable. Ce «soutien» de la part de partisans, qui étaient pour la plupart des opérateurs économiques, n’était du tout désintéressé.

Faire les louanges de Blaise Compaoré et de son frère François équivalait à des marchés, à des postes de directeurs généraux, d’ambassadeurs, à des bourses d’études pour les neveux, etc. Beaucoup de braves burkinabè, surtout des intellectuels de hauts rangs, se sont laissés emporter par le pouvoir de l’argent, par le pouvoir des honneurs éphémères et égoïstes. Aussi l’avènement des réseaux sociaux comme Facebook et Twitter a été d’un apport considération dans l’insurrection populaire.

Les jeunes qui ont mené l’insurrection populaire, peuvent être considérés comme les enfants et les petits enfants de Thomas Sankara, les étudiants de Oumarou Clément O., les neveux de Norbert Zongo, etc. Blaise Compaoré n’a pas su lire dans les signes du temps.

Il s’est laissé bercer et endormir par les psalmodies de ses mendiants et courtisans orgueilleux. Des courtisans éhontés, qui au nom de leurs panses, ont travaillé à faire couler le système. Quelques grandes erreurs ayant contribué à la perte du régime Compaoré peuvent se résumer ainsi (la liste n’est pas exhaustive):

  1. L’impunité: L’impunité érigée sous Blaise Compaoré comme méthode de gouvernement a finalement agi comme de l’acide sur les fondements et les idéaux du CDP. Les camarades de départ furent vus comme des ennemis. Beaucoup ont perdu de leurs vies à cause de simples divergences d’opinions, qu’une simple discussion entre camarades de parti aurait suffire à résoudre. Oumarou Clément en sait longtemps.

  1. Un multipartisme de façade: Le multipartisme instauré par Blaise Compaoré entre 1991 et 2014 était un multipartisme de façade. Les partis d’opposition n’ont jamais su être reconnus en temps qu’animateurs utiles à la vie politique. Ces partis d’opposition avaient pourtant des propositions concrètes et utiles à même de faire avancer le pays.

Dans les pays avancés en démocratie, les présidents s’adonnent à une écoute indirecte de l’opposition en s’abreuvant de son discours, de son langage, afin de recueillir des bonnes propositions allant dans le sens de la cohésion nationale. Au Burkina Faso de Blaise Compaoré, le terme opposition équivalait au mot ennemi de la famille Compaoré et par extension ennemi de la nation.

Blaise Compaoré incorporait en lui seul nation et famille. Le Cdp, le parti de Blaise Compaoré bénéficiait de plus de financements que les autres partis de l’opposition et remportait toujours les élections avec un score soviétique.

  1. Le culte de la personnalité: Blaise Compaoré a passé le gros de son temps à vouloir se faire aimer du «peuple». Les billets de banques, les postes juteux, les achats de consciences ont été comme un booster pour permettre à l’ex-enfant terrible de Ziniaré de se faire une image mitigée au sein de la population burkinabè. Beaucoup ont d’ailleurs aidé à «immortaliser» Blaise Compaoré. Il a eu au cours de son long règne assez d’attributs comme «homme prodigue», «enfant béni de Dieu» «médiateur», etc.

Cette stratégie intelligente ne pouvait qu’assurer à Blaise Compaoré une certaine pérennité au pouvoir. Les bénéficiaires de faveurs de sa part contribuaient inlassablement au travail de veille pour que Blaise reste aussi longtemps au pouvoir qu’il le souhaitait. En effet, ces masses, en alerte maximum, étaient les yeux et la bouche du système. Elles veillaient sur «la vache à lait» qu’était Blaise Compaoré. On ne laisse pas comploter contre celui-là qui vous nourrit et qui vous habille.

Le culte de la personnalité avait pris place au cœur du régime avec la création des ABC (les Amis de Blaise Compaoré disparu au profit de la FEDAP-BC et d’autres structures fan-clubs similaires, qui ont travaillé à se torpiller dans l’ombre et ont oublié leur mission principale, qui était de «déifier» Blaise Compaoré et de le maintenir au pouvoir). En plus La FEDAP-BC (Fédération associative pour la paix et le progrès avec Blaise Compaoré): Ces deux associations ont contribué, avec tant d’autres, en même temps à rehausser et ternir l’image de Blaise Compaoré à travers des querelles intestines de positionnement.

De grandes campagnes médiatiques furent organisées à coût de milliards durant ces trente dernières années au Burkina Faso pour donner à Blaise une image solide.

L’essentiel des énergies ont donc été plus concentré sur l’image d’un homme qui était réellement mal dans sa peau. Arrivé au pouvoir dans le sang d’un ami n’est pas chose aisée. Nul n’ignore les conditions d’accès de Blaise Compaoré au pouvoir en octobre 1987. Ce meurtre hantera sa vie tout le long de son règne au pouvoir et son image sera encore plus écornée lors de l’assassinat du journaliste Norbert Zongo.

Les nombreuses sorties de Blaise Compaoré dans les derniers moments avant sa chute, étaient en réalité une manière de jauger les masses acquises et de vérifier de vu su le travail de mobilisation de ses généraux. La réalité était tout autre. Blaise Compaoré n’a pas su lire les signes du temps.

Son long règne et les magouilles du système ont fini par lassé les masses. Blaise Compaoré a confondu foules et masses, spectateurs et militants, etc. Tous ceux qui sortaient pour voir le Président du Faso, n’étaient forcément pas des fanatiques, mais des gens, qui juste par simple curiosité, voulaient voir celui qui présidait depuis des décennies à leur destinée. Aucun de ses proches n’a osé dire la vérité au roi.

Il faut manger et se taire, même si le navire doit couler. Les gens ayant accepté de dire la vérité à Blaise Compaoré et de façon conséquente, ont été purement et simplement mis à pied pour faute lourde. Ouali Luther Diapagri avait vu venir les choses et avait osé appeler le chat pas son nom: la «Compaorose». Il ne sera pas suivi dans son «suicide» par le peuple burkinabè.

  1. Un régiment de sécurité présidentiel «encombrant»: L’armée burkinabè semble de prime à bord être une armée soudée et une entité indissoluble. Mais la réalité est tout autre. Cette armée était divisée. Le RSP se détachait grandement de part ses privilèges et ses armes du reste de la troupe. Etre du RSP est un privilège, un luxe et reconnaissance éternelle voué à ses chefs suprêmes.

Cette troupe à elle seule est une armée dans une armée et serait à même de mettre en déroute toute l’armée régulière. En effet, les missions les plus difficiles sont confiées à cette troupe, qui a directement ou indirectement contribué au désamour entre la base de l’armée et Blaise Compaoré. La plupart des assassinats de dissidents au régime ont connu des morts atroces (Professeur Oumarou Clément Ouédraogo, Norbert Zongo et ses compagnons (la liste n’est pas exhaustive)).

L’une des escarmouches du RSP digne d’un film Hollywoodien est l’affaire Tuina, ce militaire, qui se prendrait pour «Rambo», pour avoir été assez fou pour s’attaquer seul la forteresse de Kossyam. Cette version livrée par l’armée est rocambolesque et bon nombre de burkinabè ont encore du mal à croire. Pour un équilibre et une entente entre les frères d’armes, le RSP doit être dissout et ouvert à tous. Chaque militaire peut et doit contribuer à la sécurité du président.

Il faudra arrêter le favoritisme au sein de l’armée. Chaque soldat, qu’il soit du RSP ou de l’armée régulière, est un burkinabè et risque sa vie au même titre face au danger menaçant la stabilité du pays. Aucun régiment, aussi armé qu’il soit, ne doit pas être un facteur de déstabilisation du pays ou de la corporation.

Certains chefs devraient être tout simplement extirpés du RSP, afin que l’assainissement voulu soit réel. Effacer les empreintes et autres traces de la «compaorose» dans l’armée et dans les autres compartiments de la société ne sera pas une mince affaire, mais un travail de longue haleine demandant des efforts herculéens.

  1. Le médiateur: En médiateur-pyromane-négociateur, Blaise Compaoré a su asseoir un ensemble de sous-systèmes dans son système, afin de se rendre utile. Le culte de la personnalité a traversé les frontières du pays. Le jeu était simple. Blaise Compaoré allumait le feu et revenait jouer les pompiers. Son nom est cité dans presque tous les conflits de la sous-région: Libéria, Sierra-Léone, Côte d’Ivoire, Mali… Blaise Compaoré s’était spécialisé dans la libération des otages occidentaux retenus dans le désert malien. Quels en étaient les dividendes pour le Burkina Faso?

 

  1. François Compaoré et ses acolytes ont noyé Blaise Compaoré: Celui qui aurait contribué le plus à noyer le «roi», est le prince François, qui pensait que le règne de son grand-frère était illimité. Ses prises de bec avec les faiseurs et tombeurs de roi comme Salif Diallo et bien d’autres personnes dans l’entourage de son frère contribueront de façon indélébile à rendre le climat plus délétère en défaveur de la famille régnante. En plus des agissements de François Compaoré, il y avait ceux de la sœur du président qui le faisait savoir à qui le voulait à Ziniaré, que le pouvoir appartenait aux Compaoré.

Peu bavard, François avait trouvé des griots pour faire son travail de communication. Ces gens au langage dur et arrogant ont corrodé lentement et sûrement les bastions du parti et a floué du pied les règles d’ascension au sein du bureau politique national.

  1. Le sentiment élitaire et d’indispensabilité: Le sentiment élitaire et d’indispensabilité avait grandi en Blaise Compaoré. Les courtisans l’ont flatté et ont fait grandi en lui ce sentiment. Blaise Compaoré pensait que le Burkina Faso était sa création et il ne se voyait pas attribuer le titre d’ancien chef d’état. Il aurait pu finir calmement son mandat en novembre 2015.

Les faux conseillers et les mauvais amis ont eu raison d’un président, qui serait devenu selon certaines indiscrétions, aux dernières heures de son règne, fumeur et buveur. Il aurait maintes fois essayé de rentrer en contact avec le MPP pour des négociations de sortie de «crise», une crise synthétique fabriquée pourtant par lui-même.

  1. L’avènement des réseaux sociaux et l’insurrection 2.2: Les réseaux sociaux n’ont pas été en reste dans le combat contre la forfaiture et la patrimonisation du pouvoir. Par tablettes ou ordinateurs interposés, les jeunes se sont adonnés à des diatribes virtuelles et parfois à des attaques de tout genre. Facebook aurait été d’un apport considérable dans cette lutte. Même après la chute du dictateur Blaise Compaoré, les attaques en ligne continuent entre les militants de partis politiques.
  2. Le manque de communication réel entre le président et son peuple : Les représentants du peuple choisis par Blaise Compaoré pour le représenter dans dans divers compartiments de l’administration n’ont pas su jouer véritablement leur rôle. La preuve sera donnée lors des mutineries de 2011 où le président affirmait ne pas être au courant des choses. Son calendrier trop chargé et son rôle de médiateur ne lui laissaient point de temps pour être à l’écoute de ceux qu’il gouverne. Les futurs présidents du Faso sauront sûrement faire la part des choses entre leur propre gloire et celle du peuple.
  3. Le sénat puis le referendum et l’embastillement de la démocratie à Laico: Le comble de la dictature fut l’embastillement des députés de la majorité à l’hôtel Laico fut une atteinte de taille à la sureté démocratique au Faso. Dommage, que les militaires n’ont pas su réagir à temps pour freiner la forfaiture et l’arbitraire ! Le sénat et ensuite le referendum n’étaient en rien des moyens de consolidation de la démocratie au Burkina Faso, mais plutôt un subterfuge, pour mieux asseoir un pouvoir personnel et clanique. La fixation de la date du referendum via l’Assemblée Nationale a cristallisé toutes les positions. La jeunesse, héritière des idéaux de Thomas Sankara, à travers des OSC, a décidé de mettre fin au rêve des Compaoré de s’éterniser au pouvoir. La suite, tout le monde la connaît. Un soulèvement populaire monstre a raison en 48 heures du régime Compaoré.

Plus rien ne sera comme avant

Le vœu de tous les burkinabè de maintenant est que plus rien ne soit comme avant. Ce vœu se veut sacré, mais risque de se voir compromettre par plusieurs facteurs, qui sont d’ordres divers:

  • Le RSP: L’un des éléments les plus contesté de l’ancien régime déchu est bien le Régiment de Sécurité Présidentielle, dont beaucoup demande la dissolution pure et simple. Cette dissolution sera difficile, compte tenu du fort taux de militaire dans le Conseil National de Transition. Le premier ministre est d’ailleurs un élément de ce régiment et il lui sera difficile de scier la branche sur laquelle il est lui-même. Ce régiment a maintes fois montré au peuple, qu’il peut se fait entendre à tout moment. Il faut vite et même très réorienter le RSP, qui malgré les boutades et autres critiques, reste un corps d’élite pouvant mener un combat qualitatif contre Boko Haram.
  • La moralisation de la vie politique elle-même au Faso: Certains acteurs de la vie politique devraient revoir leur langage politique ou sinon même se discipliner politiquement. Blaise Compaoré est parti, pas parce qu’il est moins burkinabè ou moins intelligent que certains, mais juste quelque part à cause du langage politique qui l’a parfois piégé. On se rappelle bien qu’il avait dit que la rue n’avait jamais changer les lois. Les partis politiques devraient discipliner leurs militants, qui passent le gros de leur temps à lancer des fatwas contre des militants de tel ou tel autre parti politique.
  • La «ruecratie» ou plus rien ne sera comme avant risque de mettre en mal les efforts du CNT: Le désordre et la chienlit peuvent vite s’installer pour rendre la transition difficile. Cette forme d’expression est née sous l’ère Compaoré, car ses différents gouvernement ont fait comprendre aux populations que tout et presque tout pouvait être obtenu à travers différentes formes de pression telles que les sit-in, les marches, les casses, etc.

Cette méthode de lutte a eu raison de Blaise Compaoré et a conforté les positions des manifestants qui ne lâcheront plus la rue à partir du moment où elle apporte des solutions à leurs doléances. Vivement que la rue laisse un peu de répit aux institutions de l’Etat pour leur bon fonctionnement.

  • Le pardon sans la justice: Le pardon sans la justice sera fatal plus tard pour la paix sociale. On ne joue pas avec le feu surtout quand celui-ci vous a une fois brûlé. Certains acteurs politiques ont pris leurs bâtons de pèlerin pour faire le tour du Faso à la recherche du pardon.

Le pardon est devenu une notion vidée de son sens. Pour pardonner, il faut savoir, qui a fait quoi, quand et pourquoi. Ceci est très important pour le futur. Sinon, n’importe qui pourra se lever et au gré de ses humeurs du jour, violer, assassiner, détourner, empoisonner et ensuite demander pardon. Le pardon ne soit pas se substituer à la justice. Autrement, on devrait bientôt remplacer la cour de justice par celle du pardon.

  • La résurrection des partis pro-référendaires: Il faut situer les responsabilités dans l’avènement d’octobre 2014. Quels deals a été passé entre les partis ayant soutenu Blaise Compaoré avec le CDP ? Des burkinabè sont morts et jusque là rien n’est fait pour soulager leurs familles respectives. Le CDP se réorganise pour les élections d’octobre.

Il part au combat divisé, mais uni. Les militaires issus de ses rangs restent avant et après tout des produits du système Compaoré. Le plus rien ne sera comme avant est un vœu qui sera difficilement réalisable, car la plupart des politiques sortent du moule Compaoré.

Les 27 ans de règne de l’ex-enfant terrible de Ziniaré a fini par «polluer» et «gangréner» le monde politique. Blaise Compaoré est parti, mais ses idées de conquête de l’électorat sont restées. La constitution burkinabè ne condamne t-elle pas les coups d’états constitutionnels ? Si, oui pourquoi laisser les partis pro-référendaires concourir lors des élections à venir?

  • La naissance de deux consciences: Si Thomas Sankara a marqué une bonne partie de la jeunesse avec ses idées, Blaise Compaoré n’en demeure pas moins. Il a osé contribuer à sa manière avec les billets de banque à forger une conscience.

Aujourd’hui, les deux consciences s’affrontent aujourd’hui d’une manière où d’une autre sur différents champs de combats idéologiques. Les réseaux sociaux sont le lieu idéal pour croiser le fer des idées et des indélicatesses politiques.

On s’y insulte et y fait de la démagogie à cœur joie. Ces échanges verbaux n’affaiblissent point l’émergence de la démocratie, ils contribuent au contraire à forger une conscience politique aux jeunes, qui longtemps, furent écartés du jeu politique.

Actuellement, la jeunesse connait sa valeur et son poids politique et elle compte bien s’en servir. Pourvu que les attaques et autres diatribes restent et resteront seulement verbaux pour le bien de tous.


[1] http://www.lobservateur.bf/index.php/politique/item/3261-notre-homme-de-l-annee-est-une-femme


NDLR : Le titre est de l’auteur



B24 Opinion

Les articles signés B24 Opinion sont soumis par nos lecteurs et/ou des libres penseurs et n'engagent que la responsabilité de leurs auteurs.

Article similaire

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *