Lutte contre la fraude électorale : L’UPC veille au grain avec l’installation de ses 45 commissaires

586 11

La salle de réunion du conseil burkinabè des chargeurs a abrité ce samedi 16 mai 2015 l’installation des 45 commissaires provinciaux de l’Union pour le progrès et le changement (UPC). C’était en présence du président du parti et du bureau politique national. De ces 45 militants, il est attendu la formation et l’installation des sous-commissions chargées de la supervision des prochaines échéances électorales.

Un rôle de surveillance électorale

C’est suite à «l’expérience douloureuse de 2012  qui a coûté au parti plusieurs sièges dans le Kadiogo» que l’UPC a décidé d’installer ses 45 nouveaux commissaires. Le Conseil burkinabè des chargeurs a constitué de lieu de convergence pour la cérémonie d’installation. Et c’est pour éviter de se prendre une fois de plus au dépourvu que le parti a pris l’initiative d’installer ses représentants dans toutes les provinces du pays.

 «Quand un voleur entre par votre fenêtre une fois, c’est qu’il a pu faire bien. Mais s’il revient une deuxième fois, c’est que c’est la faute du propriétaire de la maison», estime Zéphirin Diabré, président du parti.

« Avoir le bon profil »

Revenant sur les propos de Nathanaël Ouédraogo, directeur national de campagne du parti, le président a tenu à rappeler aux commissaires combien il est important qu’ils puissent « avoir le bon profil ».

 Estimant que c’est ce qui a pu manquer à l’UPC lors des dernières élections, Zéphirin Diabré dit attendre de ces 45 commissaires, « la sélection rigoureuse » des hommes et des femmes qui vont être les représentants de l’UPC dans les bureaux de vote.

 « Ayez le bon profil, mettez d’abord des gens qui sont engagés, incorruptibles, difficiles à influencer et encore moins à qui on peut faire peur. Mettez des gens qui connaissent les textes et qui sont capables de les interpréter, y compris, de tenir tête parfois même au premier responsable du bureau de vote », a fait comprendre le premier responsable du parti.

Séance de brainstorming

De ces 45 commissaires nouvellement installés, il est attendu « qu’ils évitent qu’il y ait des fraudes, parce que la fraude fait partie de l’histoire électorale de notre pays ». Les 45 provinces ont été pourvues par des gens compétents, a fait savoir Nathanaël Ouédraogo.

Et c’est pour s’assurer que ces derniers mèneront bien à terme la mission qui leur sera confiée qu’une séance de brainstorming est prévue pour leur rappeler ce qu’il faut pour « conduire à bien » les tâches qui leur sont confiées.

Oui Koueta (stagiaire)

Burkina24



Oui Koueta

'The vitality of a country can also be measured through that of its journalists'

Article similaire

Il y a 11 commentaires

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *