Suspension des émissions interactives : Le CSC et les promoteurs sur la même longueur d’onde

740 3

La tension née de la suspension des émissions d’expression directe par le Conseil supérieur de la communication (CSC) va vers son épilogue. C’est en tout cas ce que laisse croire cette déclaration de l’institution de régulation qui a rencontré une deuxième fois les promoteurs de radios et de télévisions, le 15 mai dernier, pour échanger sur la question et trouver une solution qui arrange la liberté d’expression au Burkina.

Comme suite à sa déclaration du 12 mai 2015 consécutive aux réactions sur la suspension des émissions d’expression directe, le Conseil supérieur de la communication a entrepris des concertations avec les responsables des associations professionnelles des médias et les promoteurs des radios et télévisions privées pour échanger autour des propositions de solutions en vue d’un meilleur encadrement des émissions d’expression directe.

Le vendredi 15 mai 2015, une équipe du CSC a rencontré les responsables des associations professionnelles des médias. Le samedi 16 mai 2015, ce fut au tour des promoteurs des médias audiovisuels d’échanger avec la Présidente, Nathalie SOME, entourée des membres du Collège des conseillers.

Les différentes parties rencontrées reconnaissent une fois de plus, que les émissions d’expression directe telles que conduites en ce moment posent problème bien que pouvant être des tribunes citoyennes qui contribuent à l’éveil des consciences et à la bonne gouvernance.

C’est pourquoi elles n’ont pas manqué de faire des propositions au CSC. Au cours des échanges, il s’est dégagé l’impérieuse nécessité de mettre un accent sur la formation, l’éducation aux médias, l’application des sanctions telles que prévues par la loi, ainsi que la relecture de la Décision N°2003-0001/ CSI du 24 juin 2003 portant réglementation des émissions d’expression directe sur les antennes des radiodiffusions sonores du Burkina Faso.

Le CSC s’est engagé, dans les prochains jours, à délibérer sur une décision qui prend appui sur les propositions reçues. Il s’agira d’un tableau de bord consensuel sur la gestion des émissions d’expression directe dans la perspective de leur reprise.

Le Conseil Supérieur de la Communication se félicite de l’atmosphère conviviale et des échanges empreints de courtoisie ainsi que de la disponibilité des promoteurs à l’accompagner dans la recherche de solutions pour une communication apaisée au Burkina Faso

La Direction de la Communication et des Relations publiques


NDLR : Le titre est de la Rédaction B24



B24 Opinion

Les articles signés B24 Opinion sont soumis par nos lecteurs et/ou des libres penseurs et n'engagent que la responsabilité de leurs auteurs.

Article similaire

Il y a 3 commentaires

  1. franchement, je ne comprends pas les gens quoi! il faut une libert? totale dans cette mati?re. En revanche, si quelqu'un est coupable d'infraction, on le traduit devant le juge. Il faut mettre l'accent sur la responsabilit? individuelle, et abandonner ces suspensions irrationnelles-l?. Laisser les gens parler; on doit s'habituer ? ?a. une fois qu'on est habitu?, c'est fini. ?a devient de la parent? ? plaisanterie!

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *