Déclaration du Camjbci relatif à « l’Affaire Seydou KIEBRE », SG du CROMP-Mont Péko

524 0

Le Collectif des Associations et Mouvements de Jeunesse Burkinabè en Côte d’Ivoire, le Camjbci, a délivré un communiqué relatif à « l’affaire Seydou KIEBRE », le Secrétaire Général du Conseil Représentatif des Occupants du Mont Péko- CROMP, incarcéré à la Maison d’Arrêt et de Correction de Man, dans l’ouest de la Côte d’Ivoire dans sa lutte pour la défense des droits des ressortissants Burkinabè vivant dans la forêt du Mont Péko. Burkina24 en a reçu copie.

C’est avec un grand intérêt que nous, Collectif des Associations et Mouvements de Jeunesse Burkinabè en Côte d’Ivoire (CAMJBCI) , Organisation de la Société Civile suivons ce qu’il convient d’appeler aujourd’hui « l’Affaire Seydou KIEBRE» du nom du Secrétaire Général du Conseil Représentatif des Occupants du Mont Péko (CROMP)  arrêté et incarcéré à la Maison d’Arrêt et de Correction de Man (Ouest de la Côte d’Ivoire)  depuis la mi-janvier  pour des raisons que nous ignorons.

Suite à la conférence de presse donnée par l’Association des Ivoiriens d’Origine Burkinabè le Vendredi 20 Mars 2015 à la Maison de la Presse à Abidjan-Plateau demandant sa mise en liberté, corroborée par une mission d’enquête indépendante du Mouvement Ivoirien des Droits de l’Homme (MIDH) dans les régions de Duékoué, Guiglo et Man dont les conclusions ont été rendues publiques le 13 Mai 2015 (Confer www.midhci.org), nous appelons les plus hautes Autorités Ivoiriennes et plus particulièrement le Président de la République SEM Alassane OUATTARA à se saisir personnellement de ce dossier épineux afin que toute la lumière soit faite dans cette affaire.

Aussi, nous invitons les Organisations de Défense des Droits de l’Homme telles que Human Right Watch, la Fédération Internationale des Droits de l’Homme (FIDH), la Division des Droits de l’Homme de l’ONUCI à emboiter le pas au MIDH pour le règlement définitif de ce conflit qui dure et met en mal la cohésion sociale entre nos Compatriotes et les autres populations.

Enfin, nous souhaitons que soient préservées d’une part  les excellentes relations existantes entre la Côte d’Ivoire et le Burkina Faso depuis la nuit des temps et d’autre part entre nos Compatriotes et les Populations Ivoiriennes qui nous accueillent avec beaucoup de fraternité, de solidarité, et d’hospitalité car les Hommes passent mais l’Etat reste.

VIVE LA FRATERNITE  ET L’AMITIE  IVOIRO BURKINABE !!!!!!!!!!!!  

Fait à Abidjan, le 21 Mai 2015

POUR LE CAMJBCI 

LE PORTE PAROLE PRINCIPAL

ZALLE Moussa



Article similaire

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *