Djibril Bassolé à Korizéna : « Je ne vais pas attendre d’être président pour servir mon peuple »

571 106

La province de l’Oudalan a été le deuxième point de ralliement du parti de la Nouvelle alliance du Faso de Djibril Bassolé.  Pour cette sortie ce dimanche 24 mai 2015, Djibril Bassolé a déclaré qu’il n’attendrait pas d’être président du Faso pour servir le peuple. Cette déclaration a été faite à Korizéna, un village situé à quelques kilomètres de Gorom Gorom.

▶ Lire aussi – Bassolé : « Je suis chez moi et je dis encore que personne n’a le droit d’exclure des Burkinabè »

Cette deuxième sortie du général en disponibilité, Djibril Bassolé, s’est faite à Korizéna, village Sonraï, située à quelques kilomètres de la province de l’Oudalan, chef-lieu Gorom Gorom.

Pour cette sortie, ils étaient nombreux à faire le déplacement pour voir et écouter le message de celui que « certains détracteurs disaient en fuite ».

Vêtu de blanc et accompagné de sa femme, le message de Djibril Bassolé  a été bref.

Courtoisie dans les discours. De ce meeting de Korizéna, l’ex ministre des affaires étrangères, s’est transformé en donneur de leçon. Pour celui qui représente  l’Organisation de la  Coopération Islamique, le discours des différents secrétaires provinciaux de la NAFA doit être pondéré, courtois et respectueux.

« Je voudrais recommander au secrétaire provincial du parti, à ses collaborateurs et à l’ensemble des militants du parti, de vous montrer meilleurs exemples dans votre comportement politique, de toujours tendre la main, de toujours faire preuve d’ouverture et de dialogue. Faite exactement comme celui que vous présentez comme votre candidat a toujours fait, la force de la persuasion, l’élégance et la courtoisie dans le propos ».

La population du village de Korizéna, des villages environnant et celle de la province de la part de ces anciens et de son  ancien député Issaka Boukary Maïga, ont posé quelques deux doléances qu’ils qualifient de fondamentales au potentiel candidat de la NAFA à l’élection présidentielle d’octobre 2015.

« Excellence, la population de par ma voix voudrait vous poser deux problèmes qui minent notre province. Le premier est celui de l’eau. Nous et nos animaux souffrons. Le deuxième est celui de l’emploi. Il existe des sociétés minières ici dans l’Oudalan, mais nos jeunes sont toujours au  chômage », déclare l’ex-député Maïga à son hôte du jour.

Les militants de la NAFA lors du meeting
Les militants de la NAFA lors du meeting

Au cours de son allocution, Djibrill Bassolé a déclaré que pour ces problèmes évoqués, « que je sois candidat ou non, je travaillerai pour mon pays ».

« Je n’attendrai pas la campagne pour venir vous faire de promesses, je travaille depuis longtemps pour le Sahel. Je suis d’accord avec vous, nous ne pouvons pas avoir autant de ressources minières et croupir dans la misère. Nous allons tout mettre en œuvre pour que l’exploitation minière de Tambao soit une réalité. Je travaille déjà sur ce dossier », ajoute-t-il.

Pour la question du manque d’eau, Djibril Bassolé soutient que des efforts seront faits pour exploiter la nappe souterraine.

Ce passage du parti NAFA dans la province de l’Oudalan a été une occasion pour ces premiers responsables de mettre sur pied le bureau provincial composé de 31 personnes.

Bienvenue APIOU

Burkina 24

Rédaction B24

L'actualité du Burkina 24h/24.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre