Exhumation des restes de Thomas Sankara : « On a trouvé des ossements et même bien plus » (Me Ambroise Farama)

467 0

Les travaux d’exhumation des restes du président Thomas Sankara et de ses 12 compagnons tués le 15 octobre 1987 ont débuté ce 25 mai 2015. Sur 13 tombes, les experts n’ont pu exhumer que deux tombes.

[Article mis à jour à 18h30]

▶ Lire aussi – LES RESTES SUPPOSÉS DE THOMAS SANKARA EXHUMÉS : « JE N’AI PAS PU CONTENIR MES LARMES », ME SANKARA

Environ 10 heures, c’est le temps qu’ont mis les experts pour se consacrer à l’exhumation des restes de Thomas Sankara et de ses compagnons d’infortune assassinés le 15 octobre 1987.

Sur 13 tombes, les experts ont pu exhumer, selon l’un des avocats Me Ambroise Farama, que deux tombes. Sans préciser les noms de ceux qui sont inscrits sur les épitaphes, l’avocat a déclaré que compte tenu de l’instruction, « je ne peux en dire plus ». Mais selon nos informations, la tombe du président Thomas Sankara n’est pas encore concernée.

« Les travaux d’expertise ont commencé. Il faut reconnaitre que c’est un travail laborieux, on a commencé depuis 9h et jusque-là, on a pu expertiser que deux tombes. Il reste encore onze autres tombes à ouvrir. On a trouvé des restes, des ossements et même bien plus », dit-il.

Les onze autres tombes devraient être ouvertes demain, selon l’avocat. Par ailleurs, ce dernier espère qu’à travers ces exhumations, ils pourront retrouver des objets ou autres choses qui vont booster l’enquête.

Plus tôt ce lundi matin, la gendarmerie nationale a investi le cimetière de Dagnoën où les 13 tombes se trouvent et mises sous scellés. La police scientifique est également présente sur les lieux, ainsi que des services de pompes funèbres.

Journalistes et curieux font le pied de grue © Burkina24
Journalistes et curieux font le pied de grue © Burkina24

Seuls les proches des défunts, convoqués, ont accès au cimetière. Des curieux sont amassés à plusieurs mètres de l’entrée, sous surveillance des forces de l’ordre. Ce dispositif a été déployé afin de permettre aux juges et aux experts de travailler en toute quiétude.

Chose que ne comprennent pas les badauds. Pour eux, même si les citoyens n’ont pas accès au lieu des travaux, que les journalistes en soient au moins témoins.

Les curieux regardant de loin le cimetière © Burkina24
Les curieux regardant de loin le cimetière © Burkina24

Qu’est-ce qui prouve qu’ils exhument vraiment les restes“, s’interroge un citoyen. “S’ils viennent dire qu’ils n’ont pas trouvé Thomas Sankara là-bas, qu’est-ce qui prouve que c’est vrai ?, continue-t-il, on a vu ici avec l’affaire du juge Salifou Nébié, ce que le médecin français est venu faire“.  Un autre citoyen ajoute que pendant 27 ans, “personne ne gardait la tombe de Thomas Sankara“.

▶ Lire ici – Accès filtré au cimetière de Dagnoën : Le parquet du tribunal militaire s’explique

Une manifestation spontanée a été organisée par les quelques badauds présents. Mais après quelques moments d’explication, les forces de l’ordre et les manifestants ont fini par se comprendre, permettant de libérer l’entrée du cimetière.

Pour rappel, deux experts burkinabè et un français devront examiner les restes des défunts afin de déterminer les causes de leur décès, ceci dans le cadre de la réouverture du dossier Thomas Sankara et de ses 12 compagnons dans des circonstances non encore élucidées par la justice.

Bienvenue APIOU

Burkina24

Rédaction B24

L'actualité du Burkina 24h/24.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre