Gouvernance démocratique en Afrique : L’IGD organise un colloque en vue de proposer des solutions

574 0

 L’Institut Général Tiémoko Marc Garango pour la gouvernance démocratique (IGD) organisera les 28 et 29 mai prochains un colloque international. C’est ce qu’ont fait savoir les organisateurs au cours d’une conférence de presse dans la matinée du 25 mai 2015 dans un hôtel du centre-ville de Ouagadougou. Au cœur du colloque à venir, les débats seront articulés autour de la réflexion  sur l’état de la démocratie, la constitution et l’Etat de droit en Afrique.

‘’Etat de droit, démocratie et changements anticonstitutionnels de gouvernement’’, est le thème sous lequel se tiendra le colloque. Et c’est partant du constat que les peuples africains semblent avoir décidé de prendre leur destin en mains devant les tergiversations des institutions africaines que l’organisation du colloque à venir trouve son sens.

« Réfléchir sur l’apport des révolutions »

« On remarque à travers les révolutions qu’il y a une ferme volonté des citoyens africains de vouloir s’approprier eux-mêmes l’obligation d’assurer la protection de la constitution », a déclaré le Pr Séni Ouédraogo, membre du comité d’organisation du colloque.

Et eu égard à  certains présidents, que l’on pourrait considérer comme « premier bourreau de la constitution » et de même que de certains juges constitutionnels, « bras armés de l’exécutif », on ne peut plus attendre de ces derniers qu’ils soient des régulateurs du fonctionnement des institutions. Et partant des révolutions intervenues dans les pays du Maghreb et récemment celle du Burkina Faso, il semble donc nécessaire de « réfléchir sur l’apport des révolutions ces dernières années ».

Identifier et proposer des solutions

« Conceptualiser la notion de  ‘’changements anticonstitutionnels de gouvernement’’, identifier les causes et y apporter des réponses concrètes susceptibles d’enraciner la gouvernance démocratique, le constitutionnalisme et l’Etat de droit en Afrique », est l’axe majeur autour duquel se tiendra la rencontre a fait savoir Dr Abdoul Karim Saidou, chargé de programme à l’IGD.

Une quinzaine de constitutionnalistes attendus

L’organisation d’un tel colloque sur l’état de la démocratie, la constitution et l’Etat de droit en Afrique ne saurait sans doute se faire sans la participation de constitutionnalistes. Ainsi, sont attendus des constitutionalistes venant de la sous-région, mais aussi d’au-delà des frontières africaines.

Sont attendus entre autres les professeurs David Salami (Bénin), Kokoroko Ddodzi et Kpoda Adama (Togo), Charles Bwao (Congo Brazzaville) Bléou Martin et Mélèdje Djedjro (Côte d’Ivoire), Ghozali Naceredine (Tunisie) et bien sûr Augustin Loada, Luc Ibriga,Ousseni Ouédraogo et Abdoulaye Soma du pays hôte du colloque.

Viendront du reste du monde les professeurs Jean du Bois de Gaudusson, Badara Fall Bolle Stéphane et Christine Dessouche (France), Gazibo Mamadou du Canada et Andréas Aueur de la Suisse.

A l’issue de la rencontre, il sera procédé à l’élaboration d’un document scientifique compilant les résultats des réflexions autour du thème ci-dessus évoqué.

Oui Koueta (stagiaire)

Burkina24



Oui Koueta

'The vitality of a country can also be measured through that of its journalists'

Article similaire

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *