Journée d’hommage aux martyrs de l’insurrection : Le MBDHP n’y prendra pas part

709 28

Un rapport spécial sur les violations de droits humains commises depuis l’insurrection populaire d’octobre dernier sur le sol du Burkina Faso vient de paraitre. Il est du Mouvement burkinabè des droits de l’Homme et des peuples (MBDHP). La présentation dudit rapport a eu lieu ce mardi 26 mai 2015 dans ses locaux sis au quartier Somgandé de la ville de Ouagadougou.

Chrysogone Zougmoré, président du MBDHP, a procédé à la présentation du rapport spécial sur les violations des droits humains constatées depuis les dates des 30 et 31 octobre 2014. Le rapport est intitulé ‘’ Situation des droits humains au Burkina depuis l’insurrection populaire’’ et couvre jusqu’au mois d’avril 2015.

Du contenu du rapport

Toute l’étendue du territoire a été prise en compte dans le processus de recueillement des données qui sont consignées à l’intérieur du rapport. Il est réparti sur  deux grandes parties que sont d’une part le contexte politique, économique et social et d’autre part, du cas de violations des droits humains. Pour ce qui est des victimes de l’insurrection,  le rapport fait cas d’une trentaine de morts et de plus de 300 blessés.

De l’avis de Chrysogone Zougmoré, « au-delà de son aspect et de sa dimension simplement narratifs ce rapport se veut une lecture critique des évènements des 30 et 31 octobre 2014 ». Il contient également un certain nombre de recommandations que le MBDHP adresse aux autorités.

 « Jusqu’à ce jour, on n’est pas arrivé à identifier ou du moins on ne veut pas identifier ceux-là qui ont donné l’ordre de tirer sur les manifestants », a fait savoir le président du MBDHP avant d’exiger que la justice soit libérée de « toute entrave possible pour faire normalement ce travail ». Cela contribue en partie à la non-participation du MBDHP à la journée d’hommage aux martyrs.

De la non-participation du MBDHP à la journée d’hommage

Le 30 mai prochain aura lieu la première célébration de la Journée nationale d’hommage aux martyrs de l’insurrection populaire. Et le MBDHP ne prendra pas part à ladite cérémonie. En voici la raison. « Il n’est question que l’on rende hommage à ces martyrs-là sans savoir au préalable dans quelles circonstances ils ont été tués ».

Pour Chrysogone Zougmoré, le meilleur hommage que l’on puisse rendre à ces martyrs, c’est d’abord la vérité et la justice sur la circonstance de leur mort.

La publication du présent rapport du MBDHP a vu le jour en partie grâce au soutien financier de l’Organisation Non Gouvernementale (ONG) DIAKONIA.

Oui Koueta (stagiaire)

Burkina24



Oui Koueta

'The vitality of a country can also be measured through that of its journalists'

Article similaire

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *