SEMICA 2015 : « L’Afrique…à la veille d’un décollage à l’asiatique » (Innocent Bélemtougri)

145 0

Le Salon international de l’énergie, des mines et des carrières (SEMICA) a ouvert ses portes ce jeudi 28 mai 2015 à Ouagadougou. C’est donc parti pour trois jours (du 28 au 30 mai) de conférences, de tables rondes, de rencontres d’affaires, d’expositions, de cocktails de réseautage et d’évènements spéciaux sur les industries minières et énergétiques opérant notamment en Afrique.

Considéré comme le plus grand évènement minier de l’Afrique de l’Ouest par plusieurs professionnels du secteur minier et énergétique du monde, le SEMICA créé en 2012 se veut le lieu où l’on doit être pour rencontrer véritablement « l’industrie minière africaine ».

Plusieurs personnalités étaient présentes à la cérémonie d'ouverture de la 4e édition du SEMICA. (©Burkina24)
Plusieurs personnalités étaient présentes à la cérémonie d’ouverture de la 4e édition du SEMICA. (©Burkina24)

Malgré le contexte sociopolitique du Burkina et l’avènement de la crise Ebola en Afrique, le SEMICA 2015 a ouvert ses portes et plus de 600 professionnels africains et mondiaux de l’énergie, des mines et des carrières dont près de 300 dirigeants d’entreprises sont attendus à cet effet.

La cérémonie d’ouverture de la 4e édition de ce « grand salon international », ce 28 mai 2015 au Pavillon Soleil levant du SIAO, a vu la présence de bon nombre de personnalités venant de 53 pays dont 31 en Afrique.

La coupure du ruban a marqué le début des activités. (©Burkina24)
La coupure du ruban a marqué le début des activités. (©Burkina24)

L’échange, la communication, la participation (politique) et la responsabilité sont les 4 grands objectifs de ce Salon placé sous le thème général : « Contribution du secteur minier à l’émergence des Etats de la CEDEAO : Promotion des matériels locaux et de la fourniture locale de biens et services miniers ».

Pour le président et promoteur du SEMICA, Innocent Bélemtougri, « nous avons voulu un SEMICA qui soit véritablement représentatif de l’économie africaine ». Il a remercié tous les participants pour leur présence à ce rendez-vous annuel.

Il a également rappelé la 6e place occupée par le Burkina dans le classement 2010-2011 du célèbre Institut Fraser en terme de potentiel minier sur 79 pays dans le monde hors mis l’Antarctique dont les Etats-Unis, le Canada, l’Australie.

Expliquant également les 4 objectifs du SEMICA, Innocent Bélemtougri a fait savoir que « l’Afrique est bien partie et que nous sommes à la veille d’un décollage à l’asiatique ». Il ajoute cependant que le décollage africain nécessite de redoubler plus d’efforts à tous les niveaux.

Les autorités ont ensuite visité les différents stands d'expositions et de rencontres. (©Burkina24)
Les autorités ont ensuite visité les différents stands d’expositions et de rencontres. (©Burkina24)

Le premier ministre, Yacouba Isaac Zida, s’est quant à lui, réjoui de l’initiative du SEMICA et espère que cette rencontre de grande envergure apportera des réponses aux besoins et attentes du secteur minier africain notamment sur sa contribution véritable au développement à court, moyen et long terme des pays africains.

Le ministre des mines et de l’énergie, Boubakar Ba et Madame le Commissaire de l’Union africaine en charge du commerce et de l’industrie, Fatima Acyl, invité spécial, ont tous reconnu que l’Afrique représente un des potentiels miniers les plus importants au monde, avec près de 60 minerais et métaux exploités et possède 2/3 des réserves minérales de la planète.

Il faudrait alors que le continent passe par une « émancipation stratégique », comme l’a également reconnu le président de la Chambre des mines, Elie Justin Ouédraogo, parrain de cette 4e édition.

Noufou KINDO

Burkina24

Noufou KINDO

@noufou_kindo s'intéresse aux questions liées au développement inclusif et durable. Il parle Population et Développement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre