Zéphirin Diabré à Zabré: « On rencontre les mêmes problèmes génériques presque partout »

435 0

Une conquête de l’électorat digne d’une odyssée, c’est un peu ce que l’on peut retenir de cette deuxième journée de la sortie du l’Union pour le progrès et le changement (UPC) dans le Boulgou. Le périple de ce dimanche 31 mai 2015 de Zéphirin Diabré a débuté par Gon-Boussougou avant de se terminer par un meeting réunissant les militants des ‘’trois Z’’ à Zabré.

Gon-Bonssougou, c’est par cette commune qu’a débuté la deuxième journée consacrée par le président de l’UPC parti à la rencontre des militants du parti des « trois Z ». Les trois Z, ce sont ces 3 communes rurales que représentent Zonsé, Zoaga et Zabré. Il n’y pas que les trois Z qui ont été visités par Zéphirin Diabré.

Visite de la mine d’or de Bagré

Le site minier de Youga, a lui aussi été visité. Cette halte a permis en même temps au président du parti de décliner la vision du parti en ce qui concerne la production minière du pays.

Pour Zéphirin Diabré, il est tout aussi bien de rencontrer les populations, mais également de s’interroger sur les ressorts économiques de la zone. La visite de la mine d’or de Youga a donc été une occasion pour lui « de se faire briefer sur les activités de cette mine, connaitre les attentes des populations » afin de pouvoir leur donner les réponses appropriées.

« On rencontre les mêmes problèmes génériques presque partout »

Une journée digne d’une odyssée et pour cause ce ne sont pas les difficultés qui ont auront manqué tout au long de la journée. Les crevaisons à répétitions d’un des véhicules de la délégation créant par la même occasion des arrêts dans des localités qui ont fini par décaler l’heure du meeting de plus de deux heures.

Zéphirin Diabré, président de l'UPC s'adressant aux militants
Zéphirin Diabré, président de l’UPC s’adressant aux militants

Et c’est justement l’une des préoccupations sur lesquelles Zéphirin Diabré n’a manqué d’observer une halte. « Elles s’intègrent très naturellement, parce que l’on rencontre les mêmes problèmes génériques presque partout dans toutes les provinces du Burkina où nous sommes passés ».

Il a aussi profité de l’occasion pour décliner le programme du parti par rapport aux préoccupations dont ont fait cas les intervenants à la tribune.

Naaba Sougri-Nooma, chef du village de Sargou et correspondant communal de l’UPC, lui aussi a observé un arrêt pour revenir sur les préoccupations de l’heure des populations que sont « d’abord une bonne route, ensuite la sécurité, du travail pour les jeunes et des écoles ».

«  C’est du déjà connu pour nous et ce sont des préoccupations qui figurent en bonne place dans notre réflexion pour ce que l’UPC fera le moment venu s’il est aux affaires », a-t-il laissé entendre par la suite.

Bagré, un cas à reproduire

Il n’y a pas que ces cas-ci évoqués. Il y a aussi le problème d’eau qui est ressorti. Et pour le premier responsable du parti, Bagré (situé dans la même zone) est un cas qui mérite d’être reproduit. « C’est toujours bon que dans une région on ait un pôle de croissance, un instrument qui sert à faire croître toute l’économie de l’ensemble du pays ».

Oui KOETA (stagiaire)

Burkina24

Oui Koueta

'The vitality of a country can also be measured through that of its journalists'

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre