Organisation des soins au Burkina Faso : Faciliter l’accessibilité des formations sanitaires aux populations

614 0

Ceci est l’hebdomadaire chronique du gouvernement. Elle porte cette semaine sur l’accessibilité des populations aux formations sanitaires. 

Dans sa quête de promotion du bien-être des populations, le gouvernement de la Transition, à travers le Ministère de la Santé développe au quotidien des initiatives en vue de répondre aux besoins en santé des burkinabè. Des actions sont entreprises aussi bien dans les secteurs publics, privés que traditionnel pour offrir une meilleure prise en charge sanitaire aux populations.

A l’instar des autres pays en développement, notamment ceux du continent africain, le Burkina Faso fait face à de grands défis sanitaires caractérisés par une inaccessibilité aux soins.

Les indicateurs de santé sont assez préoccupant tels que l’ont révélé les statistiques :

  • Taux de mortalité néonatale : 28 pour 1000 naissances vivantes en 2012
  • Taux de mortalité des enfants de moins de 5 ans : 102 pour 1000 en 2012
  • Ratio de mortalité maternelle : 300 pour 100 000 naissances vivantes en 2010
  • Densité de médecins : 0,047 pour 1000 personnes en 2010
  • Taux de couverture vaccinale des enfants de moins de 5 ans : 81% (EDS 2012)
  • Taux de couverture de la consultation prénatale (au moins 4 visites au cours de la grossesse) : 18%
  • 70% des enfants meurent  encore de maladies évitables le plus souvent à domicile et  les enfants des familles les plus pauvres ont un risque de mourir avant l’âge de 5 ans avec  un taux de 50% plus élevé que ceux des familles les plus riches (EDS 2003).

C’est pourquoi, le Ministère de la Santé a pris la problématique à bras le corps en travaillant à augmenter le nombre des structures de soins dans les sous-secteurs public, privé et traditionnel.

En 2014, l’annuaire statistique a fait ressortir plus de 1 606 centres de santé et de promotion sociale (CSPS), 155 dispensaires et maternités isolées, 32 centres médicaux (CM), 45 hôpitaux de districts (HD) ou centres médicaux avec antennes chirurgicales (CMA), 09 centres hospitaliers régionaux (CHR).

Il y également les Centres hospitaliers universitaires (CHU) au nombre de quatre (4) qui servent de référence pour les CHR et de centre de formation de base des professionnels de santé et de recherche.

Le secteur privé comprend 78 établissements sanitaires privés de soins hospitaliers (cliniques, polycliniques) et 306 établissements sanitaires privés de soins non hospitaliers (cabinets de soins infirmiers, cabinets médicaux)

Les  infrastructures  publiques ont été réalisées  par le Gouvernement avec l’appui de ses partenaires techniques et financiers.

En 2013, trois milliards sept cent trente-quatre (3 734 000 000) de FCFA ont été transférés aux communes pour la réalisation de formations sanitaires de base dans les communes.  Deux soixante-six millions (266 000 000) francs CFA ont été transférés aux communes pour la réhabilitation des formations sanitaires.

La transformation des  CSPS et CM

Le Projet de transformation des CSPS des chefs-lieux de communes rurales en CM a été créé en vue de rapprocher les soins de santé de qualité des populations. Il constitue une alternative à la résolution d’un certain nombre de maux qui minent le système de santé du pays et qui sont entre autres :

  • La distribution inéquitable des ressources humaines sur le territoire et l’inadaptation des normes en personnel en termes de nombre et de profil, notamment au niveau des CSPS
  • Les problèmes de référence et de contre référence et les difficultés de transport des malades
  • L’inadéquation des infrastructures et l’insuffisance des équipements, la mauvaise couverture de certaines communes en services de santé
  • La faible capacité d’accueil et l’engorgement des services d’urgence au niveau des centres hospitaliers et leur faible capacité pour faire face à certaines catastrophes.

En plus de ce projet de  transformation des CSPS des chefs-lieux de communes rurales en CM,  le ministère a entamé  la création de nouveaux districts pour répondre à un certain nombre de difficultés dont fait face le département  de la santé. Cela permettra de faciliter l’accessibilité des formations sanitaires aux populations tant sur le plan financier que sur le plan de la distance.

La création des nouveaux CSPS permettra enfin au Ministère de la Santé d’améliorer certains indicateurs, notamment le ratio habitant/médecin, les taux de morbidité et de mortalité.

Ministère de la Santé



Rédaction B24

L'actualité du Burkina 24h/24.

Article similaire

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *