Crise à Namissiguima : Le gouvernement déterminé à faire respecter l’autorité de l’Etat

646 11

Le ministre de l’administration territoriale, de la décentralisation et de la sécurité, Auguste Denise Barry, et son homologue des mines et de l’énergie, Boubakar Bâ, étaient face aux Hommes de médias, dans la soirée de ce jeudi 4 juin 2015 à Ouagadougou. La crise de la mine de True Gold dans le village de Namissiguima et des questions sécuritaires étaient au menu de cette conférence conjointe.

Après l’arrêt momentané des travaux d’aménagement du site, suite à des saccages et incendies en janvier 2015, True Gold fait de nouveau face à la colère des populations qui s’opposent farouchement à son implantation à Namissiguima, Commune située à une trentaine de kilomètres de Ouahigouya.

Il aura fallu des mouvements de quelques machines Caterpillar sur le site, le 28 mai 2015, pour provoquer à nouveau le courroux des populations, qui y ont vu une reprise des travaux.

Ce qui a débouché sur une marche « non autorisée », selon le ministre de la sécurité, Auguste Denise Barry, et son homologue des mines, Boubakar Bâ, qui a été « dispersée » faisant ainsi 10 blessés dont un « cas grave » dans le camp des Forces de l’ordre.

Le bras de fer, entre les populations musulmanes qui craignent que la mine n’engloutisse leur lieu de culte et les industriels miniers de True Gold, est reparti donc à nouveau, malgré les nombreuses missions effectuées par le gouvernement.

Le ministre de la sécurité, Auguste Denise Barry, et son homologue des mines et de l’énergie, Boubakar Bâ, étaient face aux Hommes de médias.
Le ministre de la sécurité, Auguste Denise Barry, et son homologue des mines et de l’énergie, Boubakar Bâ, étaient face aux Hommes de médias.

Ces missions ont pour but de rassurer les populations que le village de Ramatoulaye ne sera pas délocalisé, ni la mosquée, ni le cimetière ne seront touchés.

Le ministre Auguste Denise Barry et son homologue Boubakar Bâ ont encore réaffirmé, ce 4 juin 2015, lors d’une conférence de presse conjointe, la détermination du gouvernement à faire respecter la loi et l’autorité de l’Etat partout où besoin sera.

A écouter le ministre des mines, il serait « utopique » de penser que l’implantation de la mine ne serait pas effective, parce qu’il y a selon lui, un contrat qui lie déjà la mine et l’Etat. Et au ministre de la sécurité de renchérir qu’il n’est d’ailleurs pas dans l’intérêt des populations à ce que la mine s’en aille.

En tout cas, « le gouvernement réaffirme sa volonté de rechercher et de trouver des solutions concertées et pérennes garantissant la sauvegarde de l’intérêt de toutes les parties », a rassuré le ministre des mines, Boubakar Bâ.

Pour Auguste Denise Barry, « le gouvernement est sur la dynamique d’éviter une dégradation du tissu social, donc de la cohésion sociale… Le dialogue n’est pas pour autant rompu ».

En rappel, le gouvernement burkinabè a, par décret en date du 31 décembre 2013, octroyé un permis d’exploitation à la société Riverstone Karma SA. L’administration étant une continuité, le gouvernement de la transition a pris en compte ce projet minier qui selon les autorités, a suivi toutes les démarches administratives et légales en la matière.

Noufou KINDO

Burkina24



Noufou KINDO

@noufou_kindo s'intéresse aux questions liées au développement inclusif et durable. Il parle Population et Développement.

Article similaire

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *