Bientôt un technopôle pédagogique à l’Université de Ouagadougou

Dans le cadre du Programme Socio-économique d’urgence de la Transition (PSUT), il est prévu la construction d’un technopôle  pédagogique à l’université de Ouagadougou. La pose de la première pierre a eu lieu ce vendredi 5 juin 2015 au sein de l’institution par le premier responsable du département de l’enseignement supérieur.

Le 16 mars dernier au cours de sa séance extraordinaire, le conseil des ministres a adopté un programme dénommé Programme socio-économique d’urgence de la Transition (PSUT). Et justement, l’urgence à laquelle fait face l’Université de Ouagadougou n’est pas passée au travers dudit programme.

De la constitution du bâtiment

Le technopôle pédagogique, d’une valeur de plus d’un milliard de F CFA et  dont la pose de la première a eu lieu ce 5 juin sera dédié aux activités académiques, a fait savoir Olivier Sawadogo, coordonnateur du PSUT. Le joyau en question n’est autre qu’un  bâtiment du type R+2 avec un total de 1700 places hormis l’ensemble de bureaux prévus pour les enseignants.

Il est conçu pour contenir également une salle informatique et une  salle de vidéoconférence de 50 places chacune, cinq (05) salles de travaux dirigés de 200 places chacune, une salle multifonctionnelle de 100 places et un auditorium insonorisé (salle des actes) de 500 places.

Résoudre un tant soit peu le problème d’infrastructures

« Un dicton de chez nous dit qu’un soleil qui se lève est toujours plein d’espoir », a lancé Karifa Bayo, président de l’Université de Ouagadougou, avant d’ajouter qu’il garde espoir en attendant l’érection de cette infrastructure, certes symbolique actuellement, eu égard aux possibilités qu’elle offrira après sa finition.

Olivier Sawadogo, quant à lui, reconnait les attentes en matière de renforcement des capacités d’accueil des universités du pays et d’adaptation de nos systèmes d’enseignement à l’évolution technologique. Lui aussi, espère trouver en la réalisation de ce technopôle pédagogique à l’Université de Ouagadougou, le renforcement de l’offre éducative.

 Le ministre Filiga Michel Sawadogo, lui également garde espoir et pense que la finition des autres chantiers, à savoir ceux de Ouaga II, Bobo-Dioulasso, Koudougou et autres permettront « d’améliorer nettement la situation » pour les activités académiques des universités.

Offrir l’infrastructure  « dans la qualité et les délais arrêtés »

Le coordonnateur du PSUT  a tenu en outre à rappeler aux responsables de l’entreprise en charge de la construction à respecter les délais d’exécution.

Revenant sur l’avènement de la transition et le lieu d’exécution des travaux, il n’a pas manqué d’évoquer le rôle combien important qu’ont joué « ces milliers de jeunes » en bravant la peur et en risquant leur vie les 30 et 31 octobre 2014 pour dénoncer certaines pratiques de la société burkinabè.

Et c’est donc là, « l’occasion et le devoir ici de leur montrer que ce message a été entendu en leur offrant leur infrastructure dans la qualité et les délais arrêtés », a rappelé Olivier Sawadogo en s’adressant à l’entreprise en charge des travaux. Octobre, c’est la date butoir à laquelle est attendu ce technopôle.

Oui Koueta (stagiaire)

Burkina24



Oui Koueta

'The vitality of a country can also be measured through that of its journalists'

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page