Ali Badra Ouédraogo démissionne du CDP et craque le CRAC

734 0

Ali Badra Ouédrago, jusque-là coordonnateur du CRAC (Cadre de réflexion et d’action pour le renouveau du CDP), a annoncé le 8 juin 2015 sa démission du Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP). Une annonce confirmée ce 10 juin 2015 par une lettre de démission adressée au président de l’ex-parti au pouvoir, Eddie Komboïgo.

[Article mis à jour le 10 juin 2015 à 12h50]

Dans une lettre de deux pages adressée au nouveau président du CDP, Ali Badra Ouédraogo revient sur les raisons de sa démission. Il assure à Eddie Komboïgo de sa “profonde admiration” pour l’ex-président Blaise Compaoré, même si, relève-t-il,« je note avec amertume que nous avons en tant que militants contribué à obstruer sa lucidité si fait qu’il y a eu un certain 31 Octobre 2014 ».

Le coordonnateur du CRAC, dont la dissolution est également annoncée, indique que  l’une des raisons de sa démission, par ailleurs “volontaire et librement consentie pour convenances personnelles”, réside dans le fait que le CDP n’a pas effectué sa mue comme il l’espérait.

Grief. « Monsieur le Président, la vie de chaque Homme est un grand fleuve qui lui impose inéluctablement deux choix à opérer en toutes circonstances, lit-t-on dans la lettre.

De ce fait, ma petite histoire surtout politique me conduit aujourd’hui et ce, au regard des derniers épisodes de la vie du parti marqués par un entêtement  aveugle de certains politicards en perte de vitesse et toujours accrochés à leur strapontin par le truchement de pratiques aux antipodes de la courtoisie politique et de l’élégance démocratique  d’une part et d’autre part, le sentiment personnel teinté de regret du fait  que la problématique du changement générationnel  posée en toile de fond par l’insurrection populaire des 30 et 31 Octobre et qui  imposait au CDP une profonde mutation a été peu ou prou prise en compte;  à vous demander en toute humilité et sans haine ni gêne aucunes d’agréer ma démission en ma qualité de membre du Bureau Politique National du CDP  et d’en tirer toutes les conséquences de droit qui découlent de cette décision volontaire et librement consentie pour convenances personnelles à compter de la date de la présente».   

Ali Badra Ouédraogo termine sa lettre en remerciant ceux de ses désormais “ex-camarades” qui l’ont formé sur le plan politique, en demandant pardon à ceux qu’il a “offensés” et en pardonnant ceux qui l’ont « combattu de la plus laide des manières possibles ».

Le désormais ex-membre du bureau politique du CDP, selon des informations, envisage créer son parti politique. Mais une conférence de presse devrait y apporter une réponse définitive.



Rédaction B24

L'actualité du Burkina 24h/24.

Article similaire

940 Burkinabè décorés

Posté par - 6 décembre 2017 0
En prélude au 11-Décembre, fête nationale de l’indépendance du Burkina Faso, le mérite de près de 1000 Burkinabè a été…

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *