Exclusif – Fabian LOJEDE (Bola Abayomi de Jacob’s Cross): « Sankara est mon héros »

1592 49

Né au Nigéria, panafricaniste, producteur, acteur, réalisateur, Artiste Voix Over, Fabian Adeoye LOJEDE s’est rendu célèbre grâce à son rôle de méchant dans la peau de “Bola Abayomi” dans “Jacob’s Cross”, la première série télé panafricaine. Burkina24.com l’a rencontré. Au cœur de notre entretien, le nom de Thomas SANKARA, son idole, ne quitte pas ses lèvres.

Burkina24: A quand datent vos premiers pas dans le cinéma et quelles sont les circonstances qui vous ont conduit là?

Fabian Adeoye LOJEDE : J’ai toujours aimé faire du cinéma et les arts créatifs. Je savais qu’il était fait pour moi après avoir lu un livre écrit par l’écrivain afro-américain James Baldwin. A la suite de cela, j’ai voulu être un écrivain.

Burkina24: Vous avez été révélé à l’Afrique francophone par la série à succès ” Jacob’s cross ” dans laquelle vous avez campé le rôle du ” méchant ” Bola Abayomi. Comment vous avez été choisi pour ce rôle et comment est-ce que vous êtes arrivé à incarner un personnage aussi austère ?

Fabian Adeoye LOJEDE: (rire) Eh bien un ami cinéaste à moi, Akin Omostoso m’a recommandé auprès des producteurs. C’est ainsi qu’après m’avoir vu, ils  m’ont attribué ce rôle non sans être auditionné comme tout le monde.

Burkina24: Vous le faites si bien que vous semblez être naturellement dur. Qu’en est-il en réalité ?

Fabian Adeoye LOJEDE: Eh bien merci. Mais il suffit juste de faire comme vrai même si en réalité je ne le suis pas du tout.

Burkina24: Quelle est votre lecture de l’état actuel du cinéma en Afrique?

Fabian Adeoye LOJEDE: Je pense que les choses s’améliorent. Nous avons juste besoin que les gouvernants luttent véritablement contre la piraterie. Cela constitue la plus grande aide qu’ils peuvent nous apporter.

Les Africains aiment les contenus des films africains, ce qui est génial. Vous ne pouvez pas construire un marché sans des gens pour consommer votre produit. Nous avons également besoin de raconter nos histoires africaines de telle sorte qu’elles puissent voyager au-delà des limites de l’Afrique.

Burkina24: Que pensez-vous du FESPACO au Burkina Faso?

Fabian Adeoye LOJEDE: Je pense que c’est une excellente initiative que j’aime d’ailleurs.

Burkina24: Connaissez-vous le cinéma burkinabè?

Fabian Adeoye LOJEDE: Naturellement! Eh bien, je serais ravi de jouer Thomas Sankara dans un film. C’est cela mon rêve actuel.

Burkina24: Nous savons qu’en plus de Fela KUTI, le président Thomas Sankara est celui que vous appelez affectueusement ” mon héros”. Comment votre intérêt  a commencé ?

Fabian Adeoye LOJEDE: Je suis un panafricaniste. Depuis mon adolescence, j’ai un esprit révolutionnaire, c’est ainsi que j’ai découvert Sankara alors qu’il était encore en vie. J’ai toujours été attiré par les idéologies et les personnalités qui reflètent la pensée panafricaine. Je suis un fan d’Amilcar Cabral, Sobukwe et Abdel Nasser.

Sankara était spécial. Il était courageux et a montré ce qui pouvait être possible en Afrique si un chef aime son peuple et s’identifie en lui. Il n’a pas été parfait, comme la plupart d’entre nous, mais je pense qu’il était un peu plus parfait que la plupart des dirigeants que nous avons eus en Afrique.

Burkina24: Qu’est-ce que vous avez particulièrement appris de lui?

Fabian Adeoye LOJEDE: Je pense avoir appris que rien ne vaut l’humilité et la force de caractère pour défendre ce qui est juste et bon. Je pense aussi que s’il est mort, c’est la preuve que le mal se lie d’amitié généralement avec le bon pour le faire tomber.

Burkina24: Votre dernier mot pour les lecteurs de Burkina24  et le  peuple du Burkina Faso.

Fabian Adeoye LOJEDE: J’adore véritablement votre pays, le Burkina Faso….Vous pouvez sembler comme un petit pays pour certains, mais vous avez produit un fils qui a inspiré des millions de personnes dans le monde entier. Je me demande combien d’autres Sankara il existe actuellement au Burkina Faso.

Interview réalisée et traduite par Kouamé L.-Ph. Arnaud KOUAKOU.

Burkina24




Article similaire

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *