Des candidats au CEP (Centre de Pissy A, Ouagadougou)

Burkina : 330 634 candidats à la conquête du CEP et de la classe de sixième

762 0

Ce mardi 9 juin 2015, ont débuté les examens du Certificat d’études primaire (CEP) et du concours d’entrée en classe de sixième, session 2015. Les épreuves écrites, orales et pratiques se dérouleront sur toute l’étendue du territoire national, du mardi 09 juin au jeudi 11 juin 2015.

La présente session enregistre un effectif global de 330 634 candidats soit 171 324 filles et 159 310 garçons. Comparativement à la session 2014 qui avait enregistré 351 894 candidats, l’on constate une baisse de 21 260 candidats représentant une valeur relative de 6,04%.

La session 2015 enregistre 63 candidats malvoyants, 79 malentendants et 32 non-voyants soit 174 candidats en situation de handicap sur les 330 634 inscrits. Cet effectif est en baisse par rapport à la session précédente qui totalisait 195 candidats, soit une baisse de 21 candidats.

Ce sont 1 669 centres qui abriteront 7 219 salles de composition. Le nombre de centres est en hausse (cela se justifie par la création des nouvelles CEB)  et celui des salles en baisse (cela est en rapport avec la baisse des effectifs) comparativement à la session de 2014.

examen scolaires 2012

Déroulement des épreuves

Les épreuves du CEP et du Concours d’entrée en classe de sixième se déroulent en trois journées consécutives.

Pour cette 1re journée (mardi 9 juin), les candidats auront pour épreuves : Rédaction, Dictée, Etude de texte, Histoire-Géographie et Sciences.

La 2e journée (Mercredi 10 juin) sera marquée par les épreuves d’Opérations, Problème, Dessin ou Travail manuel et les épreuves orales (Lecture, Récitation ou Chant) et la 3e journée (Jeudi 11 juin) sera consacrée aux épreuves sportives.

Selon un communiqué du ministère de l’éducation nationale et de l’alphabétisation (MENA), cette session de 2015 introduit des innovations. La sélection des candidats aux concours d’entrés en classe de sixième, option Enseignement Général, se fera en fonction des possibilités d’accueil de la région.

Désormais, ce sont les Gouverneurs des régions, par délégation de pouvoir, qui prennent les décisions d’admission au concours d’entrée en classe de sixième. La seconde innovation est  la prise en compte des spécificités de l’enseignement  bilingue. En plus du lébiri, le baraka est pris en compte pour couvrir les deux dialectes de la langue bissa.

Notons que pour le MENA, il n’y a pas de difficultés particulières préjudiciables au bon déroulement des examens et concours session de 2015.

Noufou KINDO

Burkina24



Noufou KINDO

@noufou_kindo s'intéresse aux questions liées au développement inclusif et durable. Il parle Population et Développement.

Article similaire

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *