Côte d’Ivoire : Le mouvement N23 innove avec sa rentrée associative

452 0

 Le Mouvement N23, organisation de la société civile présidée par Moumouni Pograwa a effectué sa rentrée associative le dimanche 14 juin 2015 au centre pilote de la commune de Port-Bouët dans le district d’Abidjan en Côte d’Ivoire.  Une grande première dans l’histoire des associations de Burkinabè en Côte d’Ivoire. Cette cérémonie s’est faite en présence de plusieurs délégations de la communauté burkinabè et du N23 venues de l’ensemble du territoire ivoirien, à savoir entre autres, Bouaké, Sassandra, Ouangolo, Fresco, Gagnoa, etc…

La salle du centre pilote de Port-Bouët a refusé du monde le dimanche 14 juin lors de la rentrée associative du Mouvement du N23.

Pour son président Moumouni Pograwa, cette mobilisation est la preuve de la représentativité et de la crédibilité de son organisation qui a à son actif de nombreuses victoires dont le plus éloquent est la baisse drastique du coût de la carte consulaire de 10.000 F CFA à 7.000 F CFA pour finalement 5.000 F CFA présentement, en plus de nombreux cas d’assistance à des Burkinabè en situation de détresse.

Le leader de cette organisation de défense des droits des Burkinabè de la diaspora a justifié l’opportunité de cette rentrée associative par ‘’un souci de déclinaison du programme d’actions annuelles afin de contribuer plus efficacement à l’union, la prospérité de la communauté burkinabè en Côte d’Ivoire.’’

Ainsi, le programme d’actions du N23 s’articule en sept (7) points et fait la part belle à la formation à la vie associative, l’installation des coordinations internationales du N23, notamment au Ghana, Gabon,  Etats-Unis, etc…

Le N23 accorde également un intérêt tout particulier à l’organisation des Etats Généraux de la diaspora burkinabè en Côte d’Ivoire. A cet effet, Moumouni Pograwa a interpelé les autorités consulaires, diplomatiques et étatiques du Burkina Faso afin d’en réaliser la tenue qui devrait aboutir à l’installation d’un président des Burkinabè en Côte d’Ivoire.

‘’Ce président devra être le seul et unique interlocuteur crédible de nos autorités afin de mettre fin à l’anarchie au sein de notre diaspora’’.

Le programme de solidarité envers les membres de la diaspora en détresse et principalement les déguerpis des quartiers précaires et des forêts classées, constitue également une des priorités du N23.

Ajoutons à cela les projets de signature de convention avec d’autres organisations de défense des droits de l’homme, la mise en place d’un fonds N23 destiné à financer des activités génératrices de revenus, au profit des femmes et des jeunes.

Enfin, continuer les discussions avec le gouvernement burkinabè en vue de la réduction de la carte consulaire à 3.000 F CFA avec une validité de 10 ans. Le N23 s’assigne également la mission de se doter d’un nouveau siège ‘’digne d’une organisation communautaire sérieuse’’.

A la demande  de Moumouni Pograwa, cette  manifestation s’est achevée avec une minute de silence pour les martyrs de la révolution et une autre minute d’ovation pour la transition ‘’pour soutenir la transition dans sa mission de normalisation du Burkina Faso.’’

Kouamé L.-Ph. Arnaud KOUAKOU

Correspondant de Burkina24 en Côte d’Ivoire.



Article similaire

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *