Visite de Kafando et ZIDA en Côte d’Ivoire : Réaction de quelques membres de la diaspora

566 71

Le Président ivoirien, Alassane Ouattara a eu un tête-à-tête le dimanche 14 juin 2015 avec le Premier Ministre burkinabè, le Lieutenant – Colonel Isaac Yacouba Zida, à Johannesburg en Afrique du Sud en marge du 25ème sommet ordinaire des Chefs de l’Etat et de Gouvernement de l’Union africaine.

A l’issue de cette entrevue, le Président Alassane Ouattara annoncé la visite du Président Michel Kafando et le Premier Ministre Isaac ZIDA à Abidjan, en Côte d’Ivoire, dans le mois de Juillet.

Qu’inspire cette visite des hautes autorités du Burkina Faso en Côte d’Ivoire aux Burkinabè qui y vivent et quelles en sont leurs attentes ? Voici la réponse de quelques uns d’entre eux.

Moumouni POGRAWA, Président du Mouvement N23 (organisation de la société civile) :

pograwa.moumouni

« Cette visite m’inspire une grande satisfaction et surtout un sentiment de joie immense car nous commencions  à ressentir de la frustration de remarquer que le Président Kafando et le premier ministre ZIDA ont presque rencontré tous les Burkinabé des autres pays et on avait le sentiment qu’on nous évitait nous de la Côte d’Ivoire.

C’est donc avec joie que nous accueillons cette nouvelle et nous allons mobiliser nos membres en tout cas au N23 et tous les Burkinabé de Côte d’Ivoire pour les accueillir dans la ferveur.

Nous attendons tout simplement que cette visite historique puisse dissiper tous les nuages qui ont pu exister entre nos deux gouvernements,

Que cette visite consacre surtout une part belle à  la fraternité, a l’amitié et au bon voisinage entre nos deux pays. Que tous les accords d’amitié économiques, sociaux, politiques puissent être réactivés et profitent à nos deux peuples ».

François KABRE, Leader de l’Alliance pour la Démocratie et la Paix, 

KABRE François, le leader de Alliance pour la Défense de la Patrie (ADP), une organisation de la société civile du Burkina Faso.
KABRE François, le leader de Alliance pour la Défense de la Patrie (ADP), une organisation de la société civile 

« Cette visite n’a rien d’extraordinaire car les deux pays sont frères et le brassage des populations est plus fort que les relations politiques. Pour moi cette visite doit être l’occasion pour les deux présidents de restaurer un bon niveau de confiance dans leur relation politique.

L’occasion sera aussi belle pour la diaspora burkinabè d’avoir un échange direct avec les autorités de la transition sur leurs préoccupations.

Pour clôturer cette visite en beauté, il serait intéressant et honorable de rendre visite à l’ex -résident du Burkina démissionnaire et résidant en Côte d’Ivoire, cela va déclencher un signal fort de réconciliation et donner le caractère rassembleur aux autorités actuelles. »

ZALLE Moussa, Porte-parole du Collectif des Associations et Mutuelles de Jeunesse Burkinabè en Côte d’Ivoire 

ZALLE

« Cette visite pour nous démontre les liens étroits existant entre notre pays d’origine et notre pays d’accueil.

Les hommes passent mais les nations existe toujours. La Côte d’Ivoire est le pays le mieux indiqué pour le Burkina Faso qui est à la recherche d’une sortie de crise heureuse.

Cette visite de l’exécutif burkinabè est la volonté de nos deux peuples à s’attacher au  dialogue, qui reste pour nous l’arme des forts.

Que cette visite soit celle qui ouvrira la voix à un dialogue entre la classe politique burkinabè, vu que le président Ouattara par son leadership dans la sous-région pourra insuffler cela à la classe politique burkinabè.

Je réitère mon vœu de voir une élection inclusive et transparente dans mon pays. Que chaque Burkinabè, quel que soit son lieu de résidence,  puisse exercer ce droit constitutionnel pour le choix du président du Faso, pour ces élections de 2015 et à venir. Vive le Burkina Faso, vive la Côte d’Ivoire ».

Emile Scipion ILBOUDO, Journaliste 

EMILE SCIPION

« Ce n’est pas trop ! J’estime qu’il fallait bien que les autorités du Burkina Faso viennent un jour sur le sol ivoirien prendre langue avec les autorités ivoiriennes.

C’est bien le Président De Gaulle qui disait fort à propos que les Etats n’ont pas d’amis, mais des intérêts. Et je juxtaposerais cette idée forte à une autre, qui coule de source, ‘’l’Etat, c’est la continuité’’.

En tant que des ‘’frères siamois’’, la Côte d’Ivoire et le Burkina Faso ont en commun bien des valeurs, de l’histoire jusqu’aux intérêts économiques en passant par le brassage et les alliances nuptiales.

Au regard de tout cela, la prochaine visite du Président Kafando et du Premier ministre Zida ne fera qu’améliorer et  réchauffer les relations entre les deux Etats, d’une part et, d’autre part, elle permettra aux deux membres influents de l’exécutif burkinabè de rencontrer certainement, en privé, le Chef de l’Etat déchu, Blaise Compaoré.

De ces rencontres, j’ai foi que ces différentes personnalités videront les éventuels contentieux qui les opposent sournoisement. Je souhaite qu’au cours de ce voyage,  Kafando et Zida échangent avec la diaspora burkinabè de Côte d’Ivoire, comme ils le font lorsqu’ils sont à l’extérieur».

 Propos récueillis par Kouamé L.-Ph. Arnaud KOUAKOU-Burkina24 



Article similaire

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *