Tenkodogo : Un réseau de délivrance de faux permis de conduire démantelé

1320 23

La compagnie de gendarmerie de Tenkodogo a animé un point de presse ce 25 juin 2015  sur un cas de faux permis de conduire. 319 faux permis de conduire ont été saisis. Cinq personnes ont été interpellées,  un agent de la direction régionale des transports et ses complices. Des responsables d’auto-écoles  sont placés en garde-à-vue à la brigade en entendant d’être déférés devant le Procureur. Ils encourent une peine de 10 à 20 ans.

La fraude des permis de conduire a été découverte suite aux anomalies constatées par le directeur régional des transports du Centre-Est, Désiré Thiombiano, sur sa signature. Un agent chargé de l’établissement des documents à la direction en est l’auteur.

Comment procédait-il ?

« Il disposait d’un carnet parallèle d’autorisations provisoires de permis de conduire qu’il a gardé par devers lui lorsqu’il était question de changer de carnet. Mais une petite différence existe à l’entête.

Lorsque que le candidat échoue au permis, soit il n’a pas eu le créneau, soit il n’a pas eu la conduite ou qu’il n’a jamais mis le pied dans une école.

Il passe par une auto-école qui l’inscrit dans la liste de ses admis puis l’auto-école constitue le dossier que l’agent glisse dans le lot des dossiers normaux de la direction», explique le Capitaine Savadogo Almissi, commandant de la compagnie de gendarmerie de Tenkodogo.

« Le permis en tant que tel n’est pas faux mais c’est la démarche. C’est un permis normal mais obtenu de façon contournée », dit-il.

Selon les gendarmes, des gens venaient de Ouagadougou et d'autres régions pour se faire délivrer ces faux permis © Burkina24
Selon les gendarmes, des gens venaient de Ouagadougou et d’autres régions pour se faire délivrer ces faux permis © Burkina24

Il ressort que les détenteurs de ces « vrais faux » permis sont venus de Ouaga et autres régions. « Ils délocalisent leurs candidatures fictives pour obtenir les permis » pour des sommes allant de 31 000 à 200 000 FCFA.

319 permis fraudés ont été saisis du 2 au 3 juin, date du passage de la mission de la direction générale des transports terrestres venue de Ouagadougou pour une séance de signature d’admissions de plus d’un trimestre (7 mois).

« Il n’est pas exclu que cette fraude ait commencé depuis longtemps. Mais aussi des faux permis s’établissent en dehors de la direction », ajoute le capitaine.

Que les détenteurs remettent les faux permis

Pour ce faire, le commandant soulignant que ces « faux vrais » permis constituent une atteinte grave à la sécurité publique et routière, il lance un appel à l’association des promoteurs d’auto-écoles à combattre de tels actes.

Quant aux détenteurs, ils sont sommés de  restituer les documents incriminés dans les meilleurs délais sous peine de poursuites judiciaires.

Une rigueur que le capitaine Savadogo en ces termes : « ces derniers sont des criminels en puissance. Il est ressorti  que le non-respect du code de la route et de la maitrise des véhicules sont causes de beaucoup d’accidents».

Revelyn SOME

Burkina24



Article similaire

Il y a 23 commentaires

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *