Bobo-Dioulasso : Le collectif Balai citoyen pour un réaménagement du RSP

595 0

Le Collectif Balai citoyen a animé une conférence de presse sur la situation actuelle du Burkina Faso, le mardi 7 juillet 2015 à Bobo-Dioulasso. Le coordinateur du mouvement, Alexandre Kaba Diakité, qualifie le processus de transition d’une « socio-comédie transition » et les acteurs semblent avoir oublié les raisons profondes  de la lutte du peuple et les attentes des insurgés.

8 mois après l’entame de la transition, les résultats sont en deçà des attentes du peuple. C’est l’analyse faite par le Collectif Balai citoyen. Pour le coordonnateur du mouvement, Alexandre Diakité, le collectif ne peut rester sous silence face à la situation actuelle du pays qu’il a qualifiée  de « Socio-comédie transitionnelle » dont les acteurs ont oublié les raisons profondes  de la lutte des Burkinabé. De « plus rien ne sera comme avant », on est passé à « tout est pire qu’avant » a-t-il ajouté.

Justice équitable et non sélective. Les personnes suspectées de crime de sang, ou crime économique ne sont pas inquiétées, clame le collectif. Il en veut pour preuve les assises criminelles qui étaient tant attendues mais  dont certains verdicts n’ont pas donné un signal fort en matière de justice. Le Collectif parle en outre de justice sélective.

« Nous assistons à une sorte de justice sélective non équitable qui consiste à arrêter les uns et à laisser d’autres en liberté. Le cas des maires Salia Sanou, Seydou Sanou et Karim Barro en sont des exemples. Il faut soit rendre une justice pour tous ou rendre la liberté à chacun ».

Le collectif dit ne pas épouser l’idéologie d’exclusion du code électoral parce qu’il porte en lui des germes de la division et pourrait même entraîner le report des élections.

« Non à l’exclusion par le code électoral mais par la justice », « oui au maintien du RSP avec une poursuite judiciaire des brebis galeuse de ce corps » et « oui à une 5e république », a laissé entendre le coordinateur.

Le RSP est loin d’être dissous, il doit être réaménagé. Sur la question RSP, le collectif reconnait qu’il existe des brebis galeuses au sein de ce corps, mais n’empêche, cela ne nécessite pas sa dissolution. Il faudrait plutôt, de l’avis du collectif Balai citoyen, traduire les fautifs devant la justice et réorganiser le RSP en lui-même dans ses attributions au gré de la volonté de la république.

Sidiki TRAORE

Correspondant Burkina 24 à Bobo-Dioulasso



Rédaction B24

L'actualité du Burkina 24h/24.

Article similaire

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *