Le Collectif contre l’exclusion appelle à l’apaisement

567 0

Le Collectif contre l’exclusion (CCE) s’est prononcé sur la situation politique nationale actuelle à travers une conférence de presse qu’il a animée  ce vendredi 10 juillet 2015. Le Collectif a lancé un appel à l’apaisement.

Le collectif contre l’exclusion a bien voulu mettre ses objectifs premierz en veille pour un moment et se prononcer sur la situation politique nationale marquée ces dernierz temps par plusieurs événements qui ont créé la psychose au sein de la population.

Dans sa quête de paix et de cohésion sociale, le CCE encourage le gouvernement de la transition à travers sa récente sortie donnant l’assurance au peuple pour leur sécurité et ceux des biens des institutions de la république.

Selon Abdallah Bafa Ben Ouattara, coordonnateur du collectif, « cela traduit une volonté manifeste du gouvernement de transition de mener à bon port leur mission qui ne reste plus que trois mois et donner l’éclairage de la non prolongation du mandat de transition ».

 Le Collectif contre l’exclusion n’est pas pour la dissolution du Régiment de sécurité présidentielle (RSP), du moins dans la période de la transition, car si cette question devrait abordée, selon Ouattara, le gouvernement risquerait de démissionner.  “Si le gouvernement démissionne aujourd’hui, ce n’est pas évident que la transition respecte les délais. Or, nous ne voulons pas de prolongation de la transition“, dit-il.

Le Coordonnateur du Collectif appelle par ailleurs à accompagner la transition.  « Travailler main dans la main pour finir la transition. Laissons tomber qui est reprochable ou non et accompagnons la transition jusqu’à son terme”.

Egalement, le collectif a interpellé les acteurs de la vie politique, civile et militaire à plus de responsabilité dans leurs actions afin de ne pas entraver la bonne marche de la transition.

Pour le CCE,  « la maturité du peuple burkinabè, aujourd’hui lui permet de discerner les vautours prêts à vouloir manger partout et quand le repas se fait rare veulent utiliser le peuple pour l’obtention de nouveau pain ».

En effet, le collectif s’insurge contre des manœuvres de certaines organisations de la société civile (OSC) qui voudraient remettre en cause les efforts abattus par la transition en utilisant le peuple. Par la même occasion, il a invité la population à plus de vigilance et de ne pas se laisser instrumentaliser par ces acteurs qui animent la scène politique  en ces moments sensibles de la transition.

Par ailleurs, le collectif compte organiser une caravane à travers des villes du Burkina (Ouagadougou, Bobo-Dioulasso, Koudougou, Ouahigouya et Tenkodogo) en vue de prôner la paix qui aura pour thème : « une élection paisible pour un Burkina uni ».

Benié APPIA (Stagiaire)



Rédaction B24

L'actualité du Burkina 24h/24.

Article similaire

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *