Echangeur de l’Est : Un accident mortel provoque la colère des riverains

La route menant de l’Echangeur de l’Est au rond-point de l’Unité africaine à Kossodo à Ouagadougou a été bloquée à l’échelle de la station Oryx ce 13 juillet 2015 dans l’après-midi par les riverains,  remontés par un accident mortel qui s’est produit dans la matinée.

A notre arrivée sur les lieux à 18 h, les manifestants véritablement remontés après l’enterrement d’un enfant qui a été fauché le matin, étaient intraitables. «Nous avons enregistré 6 morts cette année et on n’en peut plus. Nous sommes là pour exprimer notre mécontentement face à cette situation», s’est exclamé Ousmane Kaboré, habitant du quartier.

Les manifestants étaient déterminés à se faire entendre
Les manifestants étaient déterminés à se faire entendre

En effet sur cette voie à double sens, personne ne pouvait passer à cause des barricades et obstacles divers érigés par les manifestants et habitants du quartier Wayalghin que traverse le boulevard entre les secteurs 21 et 42.

Les usagers étaient obligés de bifurquer à l’intérieur du quartier pour se frayer un passage et poursuivre leur route. Pendant ce temps, les véhicules à maniabilité complexe comme les remorques n’avaient d’autres choix que de patienter sur la chaussée en attendant que le passage soit libéré.

Les manifestants exigent des autorités la prise en compte de leurs préoccupations sans délais, c’est-à-dire installer des feux tricolores ou tout au moins mettre des ralentisseurs afin de réguler la circulation, réduire les accidents et éviter ceux mortels, selon Antoine Kaboré, un autre habitant du quartier.

Antoine Kaboré, manifestants exige que les autorités trouvent une solution au problème dans un délai d'une semaine.
Antoine Kaboré, manifestant,  exige que les autorités trouvent une solution au problème dans un délai d’une semaine.

Malgré la présence de la police sur cet axe pour règlementer la vitesse des véhicules, les motocyclistes échappent à ce contrôle et font une vitesse hors norme. C’est d’ailleurs un motocycliste qui a fauché un piéton ce matin causant la colère des riverains.

Malgré l’intervention le chef du quartier, les manifestants sont restés sur leur position. Ils exigeaient la venue sur les lieux du ministre en charge de la sécurité pour négocier.

Quand nous quittions les lieux à 18 heures 30, c’est le commandant du groupement CRS de Ouagadougou, le commissaire principal de police Brice Hien qui était venu s’entretenir avec les manifestants et leur demander de lever le blocus.

La Rédaction B24



Rédaction B24

L'actualité du Burkina 24h/24.

Articles similaires

13 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page