Azise OUATTARA : “Nous disons non à la démission du Premier ministre et à la dissolution du RSP”

311 0

Abdallah Bafa Ben Azise OUATTARA, coordonnateur du Collectif contre l’exclusion, revient à nouveau pour clarifier sa position. Il déclare être pour la non prolongation de la transition. Ce qui, selon lui, suppose le maintien du Premier ministre Isaac Zida à son poste et le report du sort du Régiment de sécurité présidentielle (RSP)  au prochain gouvernement.

L’évolution de la situation ces derniers temps laisse présager que certains ne prônent pas la paix et la cohésion sociale. Pour ces derniers, la réussite et la fin de cette transition signifierait le renvoi immédiat de ces acteurs troublants au chômage.

Je ne nommerai personne, mais à travers mes écrits ils se reconnaîtront. Chacun de nous peut interpréter ma sortie de sa façon, dont on qualifie de revirement pour des intérêts personnels, mais le plus important aujourd’hui demeure la stabilité pour notre chère patrie.

Au delà de nos égos, pensons à l’intérêt général du peuple burkinabé. Des facteurs devraient nous permettre de savoir qu’une violence dans notre pays ferait souffrir plus de burkinabè, que quiconque ailleurs, dont je peux en énumérer quelques uns :

  • L’enclavement de notre pays ne nous permettra pas de pouvoir résister à une violence pendant longtemps en matière de besoin de première nécessité (nourriture, produit de santé etc.…) ;
  • Nos prévisions et ressources ne couvriront pas les besoins de la population plus d’une semaine ;
  • Nos réserves en matière d’hydrocarbures sont faibles et peuvent entrainer une rupture en électricité, gaz, ce qui ne met personne à l’abri.

Quelques exemples parmi tant d’autres pour que chacun puisse bien réfléchir à tout le mal que cela pourrait bien engendrer.

J’accepte tout ce qu’on dira sur ma personne et respecte tous les points de vue, ce qui prouve que la liberté et la démocratie est en marche dans notre pays. Aussi, j’assume cette responsabilité en toute humilité, car il est temps que nous primons l’intérêt général du pays et non les nôtres. Nous savons tous comment certaines OSC fonctionnent; Qui instrumentalise qui ? Qui fait quoi au profit de qui et non du peuple. De grâce, je sollicite à toutes ces OSC, au non de l’intérêt général de sortir de ce couloir noir, induit par ces opportunistes et emprunter la lumière dont le peuple revendique.

Je disais à un proche ou ex collaborateur à travers cet adage « quand une maison est en fumée ou brûle, éteint avant de chercher à comprendre qui a commis cette forfaiture, au lieu de laisser s’embraser avant de chercher le coupable » et cela interpelle bien, nous les dirigeants d’OSC, pour faire appel à notre conscience et prendre un peu de recul sur nos actes et actions.

Ma sortie n’est nullement une trahison comme le pensent certaines personnes. Vous pourriez faire toutes sorte de déclarations, sorties incendiaires ou encore me jeter tous les péchés de ce monde, inciter la population à aller en l’encontre de notre position, mais sachez que cela n’ébranlera pas notre conviction.

La sympathie de ce peuple mature nous rassure à travers notre lutte, notre engagement à accompagner cette transition et notre appelle à l’apaisement, à la paix et cohésion. Aujourd’hui on parle de coalition, je ne sais de quelle coalition s’agit-il? Quand on est en perte de vitesse, ou on se sent isolé, ou manque d’argument, ce qui est le cas de certaines personnes ou OSC, évitons d’attiser le feu.

Certaines personnes ou OSC ont refusé de participer au cadre de concertation avec le collège des sages initié par le Président du Faso pour une issue favorable à la crise,( que d’ailleurs nous saluons à sa juste valeur) qualifié de rencontre fallacieuse et sélective, mais c’est leur droit le plus absolu.

Au vu du nombre des OSC qui sont au Burkina, il est difficile à chaque échange que tous puissent y participer, mais une représentativité de quelques unes  permettra une fluidité des échanges et une compréhension plus rapide.

Le collectif contre l’exclusion s’assume pleinement, nos objectifs sont clairement définit dans notre statut, et pour toute action posée allant dans le sens de la paix et la cohésion, nous ne ménagerons aucun effort pour la soutenir.

Dans une lutte, à un moment donné, il faudrait bien faire une évaluation à mis parcours, pour déceler les succès et échecs, afin de réorienter cette lutte dans le sens de l’intérêt du peuple.

Les réseaux sociaux sont devenus un cadre d’attaque, de contre attaque des idéaux et opinions, ce qui prouve que le peuple, d’une manière général la jeunesse burkinabé, est à l’affut des informations et peut réagir, s’exprimer ou donner ses opinions sur une situation donnée, ce qui évite la psychose au sein de la société quand il ya une rumeur ou acte tendant à semer des troubles.

Nous (CCE) assumons entièrement nos responsabilités et réitérons notre engagement à la lutte et réaffirmons notre soutien aux autorités de transition pour toute action ou acte posé allant dans le sens de l’acheminement de la transition, l’assurance pour la sécurité du peuple burkinabé, des biens et des institutions de la république. Nous userons de tout les moyens pour accompagner la transition, et disons non à la :

  • Démission du Premier Ministre car la période n’est pas opportun,
  • Dissolution du RSP, car cela est une question sensible que nul n’ignore surtout en cette période de transition, mais souhaitions que le gouvernement futur dans sa stratégie politique de sécurité et de défense trouve une solution définitive.

Peuple du Burkina, vous qui avez eu cette grande maturité et courage, lutter pour le changement et la liberté, ne vous laisser pas tromper, ni conduire dans l’incertitude pour remettre en cause les résultats de votre lutte que vous avez acquis dans le sang et la souffrance. Quand l’intérêt général est en cause faisons preuve de grandeur d’esprit.

Le Collectif Contre l’Exclusion (CCE) pour la Paix, la Cohésion Sociale, l’Amour de la Patrie et la Bonne Gouvernance.

Coordonnateur Général

Abdallah Bafa Ben Azise OUATTARA


NDLR : Le titre est de la Rédaction B24

B24 Opinion

Les articles signés B24 Opinion sont soumis par nos lecteurs et/ou des libres penseurs et n'engagent que la responsabilité de leurs auteurs.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre