Explosion de Larlé: Un an après, les victimes attendent toujours d’être prises en charge

550 0

Cela fait un an jour pour jour ce mardi 15 juillet 2015 qu’a eu lieu l’explosion du quartier Larlé de Ouagadougou. Et pourtant les victimes de cet « accident » attendent toujours dédommagement et relogement de la part de l’Etat. Elles ont pour cela décidé de plaider leur cause en adressant à la suite d’une marche, une déclaration en ce jour anniversaire de l’évènement au président de la Transition, « simple citoyen » au moment des faits.

L’Etat doit jouer son rôle

La déclaration adressée au Président du Faso émane de la Coalition nationale de lutte contre la vie chère, la corruption, la fraude, l’impunité et pour les libertés CCVC/Baskuy et l’Association des victimes de l’explosion et toutes les populations, indignées par le non traitement de ce dossier.

Elles reconnaissent aux autorités actuelles leur absence au niveau des instances de décision d’alors. Cela ne les disculpe par pour autant. Au Président Michel Kafando, « vous avez dû suivre cette situation à l’époque en tant que simple citoyen. Aujourd’hui nous vous interpellons en tant que Président du Faso, chef de l’Etat sur le sort des victimes de cette explosion qui ont été et continuent, depuis un an, d’être durement éprouvées par les conséquences de ce sinistre »

Les deux coalitions s’indignent du fait que l’autorité municipale se saisisse du «statut de victime aussi» pour ne pas avoir à s’impliquer.

Ils attendent ainsi de l’Etat, un relogement sur le site explosé dans des maisons reconstruites suivi d’un dédommagement des victimes qui ont perdu leurs biens ou dont les biens ont subi une dégradation du fait de l’explosion. La liste comporte aussi le remboursement des frais d’ordonnances et de scolarité péniblement honorés par les victimes. Aux ayants- droit des victimes décédées, ils attendent une indemnisation.

La liste des demandes prend fin par celle de la recherche active des véritables coupables de ce drame et leur sanction exemplaire, car « aucun Etat sérieux n’abandonne ses populations lorsque survient ce genre de drame ».

Les représentants des victimes demandent enfin aux plus hautes autorités gouvernementales d’accorder la considération qui sied à ce sinistre et à ouvrir, sans délais, les voies de réparation des conséquences désastreuses de l’explosion du 15 juillet 2014 à Larlé.

Oui Koueta

Burkina24



Oui Koueta

'The vitality of a country can also be measured through that of its journalists'

Article similaire

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *